9/10Korn - Life is Peachy

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 08/06/2004
Notre verdict : 9/10 - Korn is peachy (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 3 réactions

Deux ans après le succès de leur premier album éponyme, Korn retourne en studio toujours sous l'égide de Ross Robinson pour enregistrer un successeur au carton qu'était le premier opus et montrer toute la puissance de son métal. Le résultat se nomme Life is Peachy et reprend tout ce qui a fait le succès du premier album. Ainsi, il n'y a peut-être pas de grosses évolutions notables mais le son reste tout aussi lourd et la qualité de la même excellence.

Il ne faut pas s'y tromper, Korn reste tout aussi noir et violent malgré le succès, entre guitares bien fortes et rythmique claquante. Jonathan Davis est très loin d'avoir exorcisé tous ses démons. Il nous en ressert une seconde couche, toujours aussi poignante et sombre. Life is Peachy ou "la vie est belle" en français avec sa pochette montrant un jeune garçon bien habillé et se regardant dans un miroir nous rappelle le second degré de la situation. Jonathan Davis est toujours aussi énervé et tourmenté. Il va encore nous le montrer.

Life is peachy s'ouvre sur Twist, une piste de 50 secondes ô combien violente et originale où Jonathan hurle ses borborygmes dans tous les sens. Voilà une bien belle entrée en matière tout de suite suivie de Chi (nom provenant du bassiste des Deftones) rappelant le talent du groupe à alterner les rythmes, créer une atmosphère sombre et partir dans des excès de folie et de rage au moment opportun. Tout le reste de l'album est principalement basé sur ce schéma mais comme d'habitude avec Korn, pourtant pas une de leurs chansons ne se ressemblent. A chaque titre, on entre dans une nouvelle atmosphère qui arrive à chaque fois à nous toucher. C'est par exemple le cas pour Good God et son break ravageur, pour Mr Rogers et son ambiance si particulière ou pour No place to hide et sa rythmique de folie (titre joué d'ailleurs à Nulle Part Ailleurs, un grand moment pour ceux qui l'ont vu). Le single de Life is Peachy se dénomme A.D.I.D.A.S., clin d'oeil à l'équipementier avec un refrain devenu culte pour les fans qui scandent tous en choeur pendant les concerts "All Day I Dream About Sex". Kill You, la dernière chanson de l'album est encore une fois la plus forte émotionnellement. Jonathan raconte comment chaque nuit il rêvait de tuer et en même temps baiser sa belle-mère qui le traitait de façon horrible. Jon termine une nouvelle fois en pleurs ce titre et il faut voir avec quelle force et quelle intensité il le chante (d'ailleurs visible dans le DVD Deuce).
Life is Peachy a été enregistré très vite, un peu trop à la hâte et on sent que l'album aurait pu être plus approfondi. Certains titres sont assez basiques et avec plus de temps, Korn aurait encore pu faire mieux. On note quand même quelques évolutions dans leur style. Wicked, duo avec Chino Moreno (chanteur des Deftones) intègre déjà des influences hip-hop. Deux interludes sont également présents mais n'apportent rien à l'album.

Au final, Life is Peachy est un peu moins bon que son prédécesseur mais il était quasi impossible de faire mieux. Korn reprend ce qui avait la force du premier opus, c'est-à-dire la même énergie, la même hargne et la même sensibilité. Le groupe de Bakersfield nous a encore sorti un album largement au-dessus du lot et va pouvoir avec celui-ci implanter durablement son style.

A découvrir
Mass Hysteria - Contraddiction
Mass Hysteria - Contraddiction
Korn -
Korn -
Deftones - Around the fur
Deftones - Around the fur