10/10Korn - Issues

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 10/06/2004
Notre verdict : 10/10 - La perfection made in Korn (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 3 réactions

En 1999, Korn n'a plus grand-chose à prouver. Tous leurs disques sont d'énormes succès aussi bien artistiques que commerciaux et le groupe décide de retourner en studio pour sortir le successeur de Follow the Leader. Alors que tout le monde pensait que Korn allait surfer sur la vague hopcore emmenée par Limp Bizkit grâce au succès tonitruant de Significant Other, les cinq de Bakersfield prennent une nouvelle fois tout le monde à contre-pied avec Issues, un album bien plus noir et puissant que le précédent et aidé par une production sans faille.

Korn a choisi de s'offrir les services de Brendan O'Brien afin d'obtenir un album très bien produit, avec un son parfait et une richesse musicale supérieure aux précédents. Alors que le premier album prenait aux tripes, Issues prend au coeur. L'album éponyme parlait des souffrances endurées par Jonathan dans son enfance, celui-ci évoque tout ce qu'il ressent maintenant. Issues est un concept-album qui regroupe tout ce qui hante quotidiennement le chanteur, des ses pulsions suicidaires, son rapport avec les fans, ses tentations polygames, les rapports au sein du groupe ou son mal de vivre perpétuel. Bref, Jonathan est encore plus dépressif que d'habitude et nous livre encore une fois un album d'une richesse émotionnelle incroyable. Pour la petite histoire, le titre Issues (problèmes en français) vient de Fieldy qui en entendant les textes de Jonathan Davis c'est dit : "Man, you got issues". Issues n'est pas le plus violent de leur album mais est leur plus beau. Korn a réussi à allier ses textes tortueux, sa puissance à un incroyable sens mélodique. Jonathan hurle peut-être moins mais chante mieux, aidé par de superbes paroles directes et introspectives. Cet album possède une richesse musicale encore non égalée, servie par un son exceptionnel. Issues est d'une fluidité incroyable, on a l'impression que toute l'inspiration est venue d'un seul coup et qu'aucun des titres ne pourrait être meilleur.

Issues démarre par la cornemuse de Dead où Jonathan chante "All I want in life is to be happy". C'est court, c'est beau, c'est calme et on entre tout de suite dans le ton dépressif de l'album. La suite se nomme Falling away from me et on fait plus qu'entrer dans le vif du sujet. Comment Korn arrive à faire des chansons à ce point parfaites ? La mélodie est magnifique, la puissance exceptionnelle, les paroles somptueuses et la construction innovante. Je pourrais écouter ce titre en boucle toute la journée sans jamais me lasser. Avec la chanson suivante, Trash, le groupe essaie pour la première fois de faire une chanson un peu plus atmosphérique et le résultat est magnifique. Le refrain est d'une beauté inégalée, les paroles vous frappent à chaque fois et la puissance reste incroyable. Le premier des interludes, 4U, suit ces deux tueries et vous ramène dans un monde calme et plein de volupté. Beaucoup trouvent que ces petits morceaux cassent le rythme, personnellement ils ne me gênent pas même si leur qualité se détériore au fur et à mesure. Le reste de l'album est tout aussi exceptionnel. Korn utilise peut être à chaque fois les mêmes procédés, c'est-à-dire couplets calmes chantés ou susurrés suivis d'un refrain puissant et mélodique, le tout accompagné de quelques breaks bien sentis, mais ceux-ci marchent toujours. Il y a quelques variantes dans les morceaux, Wake up plus bourrin, Hey Daddy plus psychédélique et No way plus atmosphérique. Quoi qu'il en soit, tous les morceaux sont des chefs-d'oeuvre, que ce soit Beg for me, Make me bad, Somebody Someone, Let's Get this party started ou Counting (en plus de ceux cités précédemment). Il n'y a que les interludes dont on pourrait se passer. Je n'ai pas encore parlé de Dirty, laissant comme d'habitude une place à part pour le dernier morceau. Et rien à dire, voilà encore un titre d'une puissance émotionnelle intense à l'instar de Trash. L'atmosphère créée est sublime, surtout lors du break de toute beauté qui clôt cet album de la plus belle manière qui soit entre grosses guitares, petite mélodie et chant torturé.

Avec Issues, Korn vient de frapper plus qu'un grand coup. Cet album est le plus beau de tous. Il allie puissance, mélodie et émotion comme jamais. Je ne me suis encore jamais lassé de l'écouter et c'est le disque qui passe le plus régulièrement dans ma chaîne. Korn approche, voire atteint la perfection. Je pense même que Jonathan a réussi avec cet album à enfin exorciser la plupart des ses démons. Les lives et futures compositions qui suivent Issues ne possèdent plus cette intensité. Ce quatrième album est à mon sens un pur chef-d'oeuvre marquant pour la dernière fois le génie et la sensibilité si particulière que dégage Korn.

A découvrir
Korn -
Korn -
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
MuDvAyNe - The End of All Things to Come
MuDvAyNe - The End of All Things to Come