8.5/10Les Elles - Siamoises

/ Critique - écrit par Kassad, le 10/01/2004
Notre verdict : 8.5/10 - Sournoises (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 5 réactions

Les elles ce sont Pascaline Herveet (chanteuse et compositrice de la majorité des morceaux) et Christine Lapouze (au violoncelle), mais elles sont maintenant accompagnées de trois "ils" : Pierre Millet (trompette), Florent Richard (contrebasse) et Stéphane Diatchenko (partie électro). Voilà pour les présentations que le spectacle commence ! Siamoises est plus qu'un simple album, en fait il s'agit de la première partie d'un projet artistique bien plus ambitieux. Ce CD est le versant musical d'une "opérette cirque" (je cite car le concept est pour le moins nouveau) réalisée en coopération avec le cirque du Dr Paradi. Après avoir construit un album autour d'une infirmière délurée (Pamela Pacemaker) c'est maintenant dans l'univers du cirque que les elles nous entraînent.

Comment décrire la musique des elles ? A l'instar de Björk ou d'Emilie Simon il est difficile de les catégoriser. L'originalité reste leur principale caractéristique. Le terme le plus adapté est "électro-jazz" mais les riffs de la piste L'écuyère pourrait vous faire croire à du rock alternatif. Cependant, autant vous prévenir tout de suite, les elles ce n'est pas de l'easy listening, en fait c'est tout le contraire. C'est une musique prenante intellectuellement et pas du tout reposante ni même apaisante comme peuvent l'être Björk et Emilie Simon. Si je recite ces deux artistes c'est parce que pour moi avec les elles nous sommes en présence d'un triangle d'artistes de sensibilités différentes mais avec de nombreux points communs : personnalité de la chanteuse, la dimension poétique/lyrique des chansons (autant dans les paroles que les musiques), liberté totale vis-à-vis des courants dominants de la musique actuelle... Les elles en forment, en quelques sortes, le côté obscur. Plus torturées mais aussi plus coquines. La souffrance est souvent présente dans leurs chansons Bouche Trou, Trapéziste, Mathilda Kepps par exemple. Rien n'est jamais simple avec les Elles , les histoires d'amour sont tordues Mathilda Kepps, Plume et le sexe aussi : Martine, Siamoises ("Siamoises sournoises" sic). Il faut mêler à tout cela un certain niveau de burlesque et de macabre. A certains points de vue l'univers des Elles me fait penser à celui de Crash avec un mélange d'érotisme et de fascination pour la chair meurtrie. Juste pour vous donner une idée dans cet album une femme se fait couper les jambes qui sont données comme repas aux lions, une autre se fait écraser le visage par un éléphant et les soeurs siamoises en sont aux propositions explicites : "Si t'as pas peur des bouchées doubles / Si t'as la langue bien pendue / T'en auras deux pour le prix d'une / C'est la classe d'avoir deux bourgeoises / Siamoises sournoises...". Mais c'est bien la voix de la chanteuse qui est sournoise, une petite voix toute gentille comme ça l'air de rien qui contient plus de fiel que marylin manson korn etslipknot réunis...

Le fait est que les Elles ne peuvent vous laisser indifférent. Soit vous allez adorer soit vous allez détester. Les personnes que je connais et qui n'aiment pas ne supportent généralement même pas une chanson. Leur musique est exigeante. Moi vous avez compris je suis plutôt admirateur. Et c'est vrai que quand on se donne la peine de rentrer dans l'album Siamoises on est récompensé par un contenu extrêmement riche. Les textes sont bourrés de doubles sens et de jeux de mots. Plus important les morceaux forment un ensemble cohérent et de subtils renvois se font d'une piste à l'autre. Chaque chanson met en place un nouveau personnage apparaissant dans le cirque. Et vous, allez-vous y entrer ?

A découvrir
Cradle of filth
Cradle of filth
Alizée - Gourmandises
Alizée - Gourmandises
Korn -
Korn -