Bilan musical année 2011

/ Dossier - écrit par Carlitolindo, le 02/01/2012

Temps de lecture estimé de l'article : 12 minute(s) - 12 réactions

Le 31 décembre est passé avec son lot de cotillons et de bonnes résolutions que vous ne tiendrez que 2 semaines maximum ! (et encore deux semaines je suis sympa). La fin d’année étant généralement propice à la fête et à la grosse gueule de bois du lendemain, nous, à la rédaction musique de Krinein, avons sûrement fini cet état mais quand même nous en profitons pour faire un bilan musical de l’année 2011 qui, je ne vous surprends pas, fut très riche !

Metronomy vs The Black Keys

Commençons par les bonnes notes et même les très bonnes car pour moi deux albums se sont franchement démarqués ! Sans surprise, ce sont The English Rivieira de Metronomy et El Camino de The Black Keys qui remportent la palme. Deux albums bien différents mais ô combien bluffants, d’un côté The English Rivieira de Metronomy succède à The Suburbs de Arcade Fire ! Oui les deux ont explosé sur leurs années respectives et oui ces albums confirment leurs précédents opus qu’étaient Neon Bible pour les Canadiens et Nights Out pour nos quatre Anglais
des récompenses en vue!
. Pas la peine de faire plus de rapport : Arcade Fire a eu son heure de gloire, maintenant c'est celle de Metronomy avec cet album Pop qui sonne particulièrement retro mais tellement novateur au final ! Chaque chanson est du pain béni pour nos oreilles. Entraînant et fascinant par sa fausse simplicité, The English Rivieira était l’album parfait pour les grandes vacances… et pour tout le reste !

Passons au deuxième coup de cœur en la personne d’El Camino des Black Keys. Enfin un vrai disque rock là où nous sommes continuellement noyés par la Dance à toutes les sauces ! Bien sûr, nous ne sommes pas revenus à la grande époque mais cette fameuse euphorie que nos parents ont ressenti, nous pouvons la toucher à travers El Camino qui sonne beaucoup plus moderne forcément mais possède ce mélange de sexe, de puissance, d’explosivité et d’assurance ! Bref on ne saurait que trop vous conseiller de vous jeter dessus car c’est un album qui à coup sûr restera gravé un long moment dans les mémoires collectives, un peu comme This is it des Strokes. Hé oui n’ayons pas peur de sortir les références, oui monsieur !

À part ça faisons un tour rapide de quelques albums marquants pour les différents grands styles répertorié de nos jours. Je m’excuse par avance des nombreux oublis car malheureusement vu l’immensité du répertoire il me faudrait plusieurs semaines de travail ce qui est clairement impossible pour moi… Je ne parlerai pas non plus de jazz, musique du monde et classique, mes connaissances étant trop limitées dans ce domaine ! La chose étant mise au clair on y va ou quoi ?

Pop-rock mon body !

On commence par le Pop-rock avec la belle surprise Go tell fire to the mountain de Wu Lyf qui n’a pas déçu, loin de là, avec un savoureux mélange de guitare, d’orgues. Et que dire des textes... Sinon la vieille briscarde PJ Harvey continue d’agresser délicieusement nos tympans avec Let England shake, un opus qui a raflé encore un grand nombre de récompenses comme le Mercury Prize par exemple... Que l’on soit bien d’accord, PJ Harvey est comme une montre suisse, elle ne s’arrête jamais et c’est plutôt une bonne nouvelle. Au rayon de ces dernières, on peut citer In The grace of your love de The Rapture, The chase de... The chase, Torches des Foster the people, Neighborhoods de Blink 182 et bien d’autres. En un peu moins connu qui a bien plu à la rédaction on peut citer Inner anger, feather de Moonjellies, Équilibriste de La Mathilde, Both ways open jaws de The Dø (bon ok c’est assez connu), Regarde-moi de Virgin Princesse et Écoute s'il pleut de Melissmell... En revanche Angles des Strokes a particulièrement bien matérialisé la cassure du groupe (Casablanca a enregistré les paroles à l’écart du groupe), le son est bon on pourrait même dire que l’album n’est pas trop mal mais aucune sensibilité ne se dégage de l’opus et résultat petite déception... I'm With You des Red Hot Chili Peppers n’a pas convaincu non plus, à vrai dire moi j’avais déjà sauté du train à Stadium Arcadium !

Jay-Z + Kanye West… sérieux ?

Au niveau du Rap-Hip Hop et du R’NB ça donne quoi ? La réponse est un fossé toujours plus grand entre ces deux styles pourtant si proches au départ. Inutile de vous dire que la Dance y est pour quelque chose ! Bon du côté du Rap Hip Hop il était difficile de passer à travers Watch the Throne du duo Jay Z/Kanye West, ou comment produire un album avec les 2 plus grosses pointures du Rap Us.
Copain!!!!
On pensait cela impossible vu leurs égaux surdimensionnés, ils l’ont fait ! Véritable œuvre omnipotente et sans limites entre instrumentation qui laisse sans voix et flow baigné d’expérience de vétéran, ne cherchez pas plus loin c’est une orgie Us et non romaine. Moins impressionnant mais quand même intéressant, on peut noter que les Beastie Boys ne sont pas morts, la preuve avec leur opus Hot Sauce Committee Part Two ! À noter aussi Volcanic Sunlight de Soul Williams, Last Train to Paris de Diddy, The hypnoflip invasion de Stupeflip ou encore 5.0 de Nelly... Au rayon français Orelsan a frappé fort avec Le champ de sirènes où il prouve encore l’énorme qualité de ses textes, on peut citer aussi Egomaniac de JoeyStarr plein de fureur, Le coté Malsain de Sinik, La Fouine vs Laouni de La Fouine ou encore En attendant l’apogée – Les chroniques du 75 des inévitables Sexion d’Assaut... et j’en passe bien sûr.

Du coté du R’NB on peut assister à une joute commerciale assez intense entre trois divas toutes aussi bien gaulées les unes que les autres, la première en date étant Jennifer Lopez avec Love ? qui assez improbablement résonne... Dance (Get on the floor avec un sample de la lambada je ne m’y ferais jamais). On suit avec 4 de Beyoncé moins Dancefloor que la première au vu de la production, il est inutile de donner les détails de la claque musical qu’elle a infligé à tous ses fans... On termine avec Talk that Talk de Rihanna qui continue de mettre sa patte sur l’électro à travers les productions de DJ ultra connus (Calvin Harris…). Alors qui est la meilleure ? Réponse : Les trois, pourquoi ? Point du vue commercial on ne doit pas être loin du kif kif, étonnant non !
Futur patron?
D’autres ne sont pas en reste comme la belle Nicole Scherzinger avec Killer love et Kat Deluna avec Inside Out.

Coté messieurs un personnage nous a particulièrement surpris c’est Drake avec Take Care.
Album mi-rap mi-R’NB aux instrumentations et featuring savoureux, le Canadien a franchi un nouveau cap cette année c’est sûr ! Chez les autres Chris Brown avec F.A.M.E nous fait bien comprendre qu’il est toujours là et Bruno Mars se balade sur différents styles avec Doo-Wops & Hooligans. En France chez les femmes on n’était pas super garni, chez les hommes ce n’est pas mieux ! On peut quand même citer Au rapport de Colonel Reyel... Super.

Du son, du gros son électro

On zappe sur le monde de la musique électronique et là il y a du lourd ! On va commencer avec les étrangers et tout particulièrement Björk avec Biophilia qui a comme d’habitude divisé,
le caillou me parle
mais sincèrement l’écoute de ce disque avec une installation acoustique vous transportera dans une autre galaxie ! Le chant y est très pur et l’instrumentation toujours aussi loufoque… Björk définitivement ne voit pas le monde comme nous. On continue avec SBTRKT et son album éponyme aux rythme Dubstep sans grande révolution mais d’une efficacité rare, c’est là la marque des artistes en pleine confiance ! Question confiance on pourrait aussi parler du magicien du son Amon Tobin avec Isam qui, comparé à Foley Room, est encore plus technique mais au détriment de la mélodie, le résultat n’en est pas moins prodigieux ! A noter aussi Sorry for party rocking de LMFAO, The Less You Know, The Better de Dj Shadow, l’envoûtant Within and Without de Washed Out ou encore The king of Limbs de Radiohead. Je ne cite certainement que des artistes connus mais sachez que le registre électro est en pleine expansion, alors n’hésitez pas à vous renseigner sur le net. Bon passons à nos artistes frenchies qui ont été fort nombreux à tirer leurs épingles du jeu cette année ! Mention spéciale pour Mondkopff avec Rising Doom qui confirme l’impression laissée sur Galaxy of Nowhere, ce jeune homme a du talent au-delà de sa facilité de création mélodique sa musique nous touche directement au plus profond de notre être ! Vraiment chapeau. Du côté de Justice c’est pouces levés pour A cross the universe, un live énergique et démentiel. En revanche, on déchante pour Audio Video Disco trop inégal tout comme Defiant Order de Birdy Nam Nam qui déçoit une fois de plus, on est loin de leur début beaucoup moins électro. Yuksek avec Living on the Edge of Time, Martin Solveig avec Smash, M83 et son tout nouveau Hurry Up, We're Dreamin monstrueux ont plu et même si mes doigts refusent de pianoter, on souligne Nothing but the beat de David Guetta… (Je me déteste d’avoir écrit ça).

Quoi d’autre docteur ?

Un petit mot quand même sur deux albums qui m’ont impressionné,
du talent et du charme what else?.
le premier est celui de l’incontournable Adèle avec 21 voix puissante pour une jeune femme qui tente crânement sa chance, nous on accroche totalement.
Un mot aussi sur LP1 de Joss Stone, la charmante anglaise continue son bonhomme de chemin dans la soul avec sa voix chaude qui nous prend aux tripes, bref on lui souhaite une bonne continuation, j’allais presque oublier de parler de son projet avec Mick Jagger, Damian Marley, Dave Stewart et A.R Rahman nommé SuperHeavy. On peut largement leur donner le titre de meilleure collaboration de l’année tant ils sont complémentaires, chacun trouvant sa place sans écraser l’autre de son ego !

 

C’est bien beau mais dans tout ça certains ont déçu au point de se moquer limite de nous et pour la peine je vais en citer quelques uns avec en tête de liste notre Justin Bieber international ! Son album Under the Misteltoe a clairement dépassé la farce pour tomber dans le foutage de trogne complet, je ne remets pas en cause sa popularité ainsi que sa réussite dans le milieu c’est tant mieux pour lui, mais cet opus de Noël ne vaut rien du tout et conforte l’idée reçue que l’on nous prend pour des vaches à lait sans cervelle qui consommons à tout va, même les plus grosses daubes ! Un carton rouge aussi pour Lady Gaga qui continue de nous servir des albums dignes des années pop dance 90 (si si j’insiste). Born this way a affolé la terre entière mais sérieusement il n’y a pas de quoi tant on frôle le réchauffé depuis son premier album The Fame… Finalement il ne reste que ses prestations live qui valent le coup car là rien à dire c’est un vrai show !
Tu est sérieux la?
En parlant comme ça de Lady Gaga je ne vais sûrement pas me faire d’amis mais sachez que ma plus grosse déception, celle qui m’a clairement donné envie de brûler mon lecteur mp3 est le premier album de Sebastian nommé Total … Un opus totalement en deçà de son talent car grâce à ses nombreux remixes (Daft Punk, Uffie,The Rapture…) il avait acquis une bonne notoriété, qu’il a saccagé à travers cet album plus que médiocre plein de complaisance et sans une once de génie technique et mélodique. Bref on dépasse clairement la déception pour tomber dans le « ah ah ah tu es sérieux, c’est du Sebastian ? Parce que là je me mets les doigts et pas qu’un peu ».

Un dernier paragraphe avant la conclusion pour dire quelques mots sur certains artistes qui ont disparu cette année et comment ne pas commencer par Amy Winehouse qui comme Morrison ou Cobain nous a quitté à 27 ans, soyons clair il était pratiquement impossible de la retrouver au niveau de Back to black mais sa voix, son charisme et son talent va manquer là où nous sommes bombardés par des bimbos stéréotypées… Un mot aussi Pour MADAME Cesaria Evora qui laisse un vide énorme pour la musique mondiale et pour son pays le Cap Vert, cette chanteuse aux pieds nus et à la voix si particulière avait popularisé la Morna (chant typique de ce pays) à travers le monde.
..........
Je termine avec mon plus gros regret qui est celui de la disparition très bête de Mehdi Favéris-Essad plus connu sous le nom de Dj Mehdi. Franchement l’album Lucky Boy est un tournant majeur dans mon écoute musicale en général, on sentait toujours la même envie de bien faire, de découvrir et de partager à travers ses musiques. De plus, cet artiste avait acquis une forte notoriété à travers sa simplicité et sa discrétion. Je ne vais pas faire de détails sur ses concerts juste énormes avec Busy-P son compère mais la France perd un ses plus grands artistes producteurs rap et électro de notre époque loin devant nos DJ hypra connus qui nous servent la même purée en boucle.

Je ne pouvais pas atteindre la conclusion sans noter quelques artistes ou groupes qui ont rendu leur tablier comme les Whites stripes ou encore The streets qui nous livrent en guise de sortie l’album Computer & Blues (tout un symbole pour ce rappeur blanc qui avait explosé début des années 2000). Il y en a en revanche qui, pour bien marquer leur sortie, préfèrent organiser un immense concert, c’est le cas de LCD Soundsystem car James Murphy a offert à ses fans qui était présents au Madison Square Garden un show immense, voire même monstrueux !

Et bonne année quand même

En conclusion il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une très bonne année 2012 pleine de nouveautés musicales de qualité, en espérant que l’industrie du disque trouve rapidement un nouveau moyen cohérent de partager la musique. Première grosse question pour ce début d’année… Lana Del Rey a-t-elle du talent ou alors est-elle une blague commerciale ?

Je termine cet article en vous posant la fameuse question : en 2011 quels albums vous ont marqué et qu’attendez-vous de 2012 ?

 

Un petit clip de Metronomy pour finir

A découvrir
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Eminem - The Eminem Show
Eminem - The Eminem Show