4/10Muse - Un nouvel album qui bat toute résistance

/ Critique - écrit par Lopocomar, le 29/09/2012
Notre verdict : 4/10 - Un mélange indigeste sans queue, ni tête. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 37 réactions

The 2nd Law, c'est le sixième album de Muse après le décrié Resistance, ce qui ne l'a pas empêché de cartonner. Devant un album aussi bordélique et incohérent, il m'est impossible d'évoquer la totalité pour aborder toutes ces facettes. Ce sera donc une critique titre par titre.

Supremacy avec ses lignes de guitares ronflantes, ses percussions militaires tente de faire monter la tension dès le premier morceau. Essai peu concluant tellement Bellamy s'écoute chanter avec ses envolées insupportables qu'on lui connaît trop ces derniers temps. La fin toute en bordel achève de nous casser les oreilles et bien d'autres choses allant par paire dans un grand délire que n'aurait pas renié une B.O de James Bond.

Madness est le fameux single R'n'B qu'on a tous entendu qui sonne comme du George Michael des années 80. Dans ce fourre-tout non-sensique s'ajoute Panic Station à la liste des sans familles. Récupération éhontée d'une mélodie à la INXS, c'est un morceau ringard isolé dans la tracklist qui vous fera peut-être dandiner de honte mais qui reste très douteux.


Un homme, seul face à son manche.

L'hymne des J.O 2012, qu'on aura entendu nulle part sauf à la cérémonie de clôture, reprend les choses là où Resistance les avait laissées en fouillant dans la sépulture de Queen. Pas besoin de s'attarder dessus : vous connaissez déjà les chœurs, les montées hallucinées et la voix surgonflée d'un Matthew Bellamy qui donne l'impression qu'il est en train de sauver la planète.

Follow Me, la bien nommée. Une fois passée sa première minute, elle est lancée vers une ballade limitée où Bellamy s'amuse à chanter à contre-courant de la mélodie. Cette dernière qui bascule même sur une rythmique dub-step pendant le refrain. Tout un programme pour un titre qu'on retiendra comme l'un des plus mauvais de la galette.

Animals se rappelle au bon souvenir du groupe, à savoir les premiers albums avec quelques atours proches de Origin of Symmetry. Mais comme sur chaque titre, on n'est pas à l'abri de longueurs et de notes tenues à n'en plus finir. À l'inverse, Explorers est d'une mièvrerie à vomir des arcs-en-ciels et gagne en lourdeur minute après minute grâce à des percussions Bontempi et des chœurs ridicules. Big Freeze est un autre cas de conscience car il est impossible d'en dire du bien. Chaque phrase est reprise par le bassiste dans un gimmick risible et l'ensemble qui ressemble à un pastiche de U2 dure la bagatelle de 4 minutes 30.

La véritable nouveauté de 2nd Law, c'est que le bassiste se met à chanter dans 2 morceaux. Notamment dans Save Me, bluette où il implore par tous les moyens quelqu'un de l'aider. Une mise en abîme pour l'auditeur, pris en otage de cette galette grand guignolesque. On pourra apprécier le changement de ton à la Tears For Fears aux alentours des 1.30. Quant à l'autre piste, c'est la costaude Liquid State qui ressemble à s'y méprendre à du Metallica par sa partie rythmique agressive. Une bonne surprise.

Unsustainable : Hans Zimmer vs Skrillex pour le premier extrait dévoilé pendant l'été. À vous de juger... Pour finir, Isolated System réunit Clint Mansell et Debussy dans un titre d'ambiance plutôt vain qui conclut maladroitement l'album et qui laisse à penser que le chanteur pourrait se porter vers la composition de bandes originales de films.

En définitive, The 2nd Law est l'un des albums les plus incohérents qu'il m'ait été donné d'écouter. Comme un puzzle résolu au C4, c'est une collection d'influences plus ou moins bien digérées, implantées tant bien que mal. Bien sûr, on ne se fait aucun doute sur le raz-de-marée que provoquera encore la nouvelle sortie des trois Anglais. Cependant, je suis curieux de savoir combien de temps ou de fois restent Resistance et maintenant 2nd Law dans les oreilles de ce cher public pressé d'acheter en masse un truc aussi malade.


Une édition limitée comprenant vinyle, livre, l'album et un échantillon de selles.

Muse - The 2nd Law

  1. Supremacy – 4:55
  2. Madness – 4:39
  3. Panic Station – 3:03
  4. Prelude – 1:03
  5. Survival – 4:17
  6. Follow Me – 3:51
  7. Animals – 4:23
  8. Explorers – 5:48
  9. Big Freeze – 4:41
  10. Save Me – 5:09
  11. Liquid State – 3:03
  12. The 2nd Law: Unsustainable – 3:48
  13. The 2nd Law: Isolated System – 4:59
A découvrir
Muse - Origin of Symmetry
Muse - Origin of Symmetry
Muse - Hullabaloo Soundtrack
Muse - Hullabaloo Soundtrack
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz