7.5/10The smoke behind the sound, le nouvel opus de MLCD

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 09/03/2014
Notre verdict : 7.5/10 - Vraiment pas fumeux (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Sur Krinein on connaît déjà MLCD sous le nom de My Little Cheap Dictaphone. À croire que la tendance aux acronymes à tout va a atteint le groupe belge. C'est franchement dommage mais tant que la musique reste bonne (bonne bonne bonne).

Sur Krinein, on aime bien suivre les groupes que l'on a découverts précédemment. En 2008 on vous présentait Small town boy de My Little Cheap Dictaphone.. En 2011, c'était au tour de The tragic tale of a genius de se voir chroniquer sur Krinein. En 2014 le groupe belge sort un nouvel opus répondant au nom de The smoke behind the sound. Il est donc temps d'en faire une chronique éclairée.

Le premier single extrait de l'album se nomme Bitter taste of life et se tapit à la 4ème place du skeud : porté par
DR. MLCD en mode tragique
une rythmique sautillante et quelques nappes de synthé plutôt bien senties, il fait partie de ces petites douceurs pop que l'on suçote longtemps. Plus que celui de leur premier album, MLCD creuse évidemment le sillon que le groupe a marqué avec The tragic tale of genius, un ensemble de morceaux doux, finement ciselés avec amour et talent. Pas de quoi évidemment transporter les foules attirées par l'originalité à tout crin mais de quoi proposer un bel album qui aurait pu être enregistré de l'autre côté de La Manche. D'ailleurs il nous faut signaler que The smoke behind the sound a été en partie façonné du côté d'Abbey Road. On retrouve donc sans surprise quelques éléments typiquement anglais comme les synthés nocturnes d'Archive sur Change my heart ou la voix de Chris Martin de Coldplay qui est une référence évidente de MLCD, la preuve par exemple avec Feather smile ou Summer in the dark, simples exemples parmi d'autres. Si l'on voulait aller plus loin, on pourrait citer aussi Ellery James Roberts (Wu Lyf) dont la voix, toujours la voix bien sûr, semble hanter ce Fire qui ouvre l'album.

Dans cet ensemble de chansons douce que ne me chanterait pas ma maman (forcément elle ne parle pas anglais),un rayon de soleil illumine brièvement ; Out of the storm, qui prend parti pour une énergie pure et maîtrisée, est comme un flash qui nous éclaire sur la vérité, MLCD aurait pu se détourner de la suave tranquillité des autres titres. Mais peut-être est-ce aussi bien que ce titre soit le seul dans la veine, histoire qu'on puisse le ressentir comme un pic au milieu d'une mer de nuages douceureux mais qui présentent vraiment bien.

Point fort : un talent de composition évident

Point faible : tranquille, trop tranquille ?

À découvrir Fire

MLCD – The smoke behind the sound

01. Fire
02. Change in my heart
03. You are not me
04. Bitter taste of life
05. Summer in the dark
06. Out of the storm
07. Rabbit holes
08. Hard to tame
09. Feather smile
10. Not hype

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites