7/10My Little Cheap Dictaphone - Small Town Boy

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 11/06/2008
Notre verdict : 7/10 - Bastons de liège (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Des Belges qui font de la country, c'est aussi incongru qu'une fourmi de 18 mètres. Mais pourquoi pas ?

Le plat pays de Jacques Brel est depuis plusieurs années une des hautes terres du rock, à l'égale presque de leurs voisins d'outre-Manche. Si dEUS avait ouvert cette scène, des groupes comme Ghinzu ou Girls In Hawai leur ont brillamment emboîté le pas. Parmi eux, My Little Cheap Dictaphone, trio originaire de Liège, a sorti un premier album en 2002, Music Drama avant de proposer, en 2006, Small Town Boy. Le public français, lui, le découvrira près de deux ans après : la Belgique a su exporter plus facilement certains de ses autres "artistes". Heureusement qui vient à point à qui sait attendre, et cet album, loin d'être dénué de qualités, a enfin franchi les frontières françaises !

De la country belge

Ya pas que le dictaphone qu'est cheap
Ya pas que le dictaphone qu'est cheap
Small Town Boy s'appuie sur de profondes racines folk et country. Difficile de ne pas associer Put a smile upon your face à l'Ouest américain. Après quelques secondes dignes d'un poor lonesome cowboy, on se retrouve en effet pris dans l'ambiance typique d'un saloon ou du moins de la représentation qu'on s'en fait. Les girls se trémoussent sur la scène, l'alcool coule à flots, les cigares s'allument et ce diable de pianiste s'excite sur son instrument. Et c'est véritablement un sourire qui s'affiche sur le visage de l'auditeur qui n'a qu'une envie : se lever et aller sautiller au rythme de la musique. Moins de sautillements, mais toujours cette atmosphère sudiste se fait ressentir jusqu'à Let the children play dont la voix cassée est un voyage à elle-même, en plus du banjo qu'on retrouve aussi sur Last night country saved my life, véritable clin d'oeil appuyé au Far West.

Pourtant cette ambiance chaleureuse et américaine n'apparaît qu'exceptionnellement dans l'album. La country qu'on retrouve sur Why you are here ou Hope you're back n'est pas de celle qu'on entend dans les bas-fonds du Texas. En y incorporant des éléments pop et en l'adaptant à la scène liégeoise, elle est devenue plus froide et plus maussade. Si l'on osait, on pourrait presque parler de country belge, à l'image de la pochette de l'album consacrant un stetson entre pluie et brouillard.

Idéal spleen

Et là j'suis habité?
Et là j'suis habité?
Pour s'enfoncer encore un peu dans la tristesse et le spleen, la musique de MLCD (soyons modernes, utilisons des sigles, JCVD style) s'en va même chercher des guitares lancinantes (le superbe Crazy to love porté qui plus est par une voix profondément habitée). Une musique parfaite pour être écoutée en ce mois de juin pourri et quasi-automnal, comme l'annonce d'un monde qui se délite petit à petit, qui s'évanouit dans le brouillard (Day is ending). Cependant, à force de trop tirer sur la corde de l'émotion, certains titres tendent à sombrer dans le trop larmoyant (Hope you're back ou What you are doing), mais ils seront heureusement un peu sauvés par l'arrivée des guitares saturées et énervées qu'on avait pu apercevoir dès le premier titre, le fameux Devil à la basse diabolique. Pour terminer le tableau, difficile de ne pas citer LA balade sympathique au refrain calibré pour la radio et qu'on va pouvoir chanter au volant, et qui est aussi étrangement le premier single, Upside down.

 

De l'aveu même de Redboy qui officie aussi dans les Hollywood Porn Stars, My Little Cheap Dictaphone lui permet de composer des chansons plus personnelles et basées sur l'émotion. De ce côté, c'est une réussite. Et l'auditeur passe, au final, un très moment très agréable, malgré quelques ratés, avec la musique de MLCD, au croisement de la pop, du rock et de la country. Une musique tour à tour entraînante, triste, énervée, un beau condensé d'émotions. En espérant que le groupe ne prenne pas une voie trop facile qu'on entrevoit parfois sur Small Town Boy et continue à proposer de bien belles compositions originales.

My Little Cheap Dictaphone - Small Town Boy

01. Devil
02. At the other end of love
03.Upside down
04. Why are you here
05. Crazy to love
06. Hope you're back
07. Put a smile upon your face
08. Travel
09. Cha Cha
10. Let the children play
11. What you are doing
12. Day is ending
13. Last night country saved my life
14. Obviously

A découvrir
Pearl Jam - L'intégrale
Pearl Jam - L'intégrale
Eminem - The Eminem Show
Eminem - The Eminem Show
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State