8/10Coldplay - X & Y

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 18/06/2005
Notre verdict : 8/10 - White Shadows (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 6 réactions

Après Parachutes en 2000 et A Rush Of Blood To The Head en 2002, qui totalisent à eux deux plus de 10 millions de disques vendus dans le monde, la pression autour de la réalisation du troisième opus était énorme. Ainsi, après avoir passé plusieurs mois à enregistrer de nouveaux titres, Chris Martin (chants/piano), Jon Buckland (guitare), Will Champion (batterie) et Guy Berryman (basse), décidèrent tout simplement de mettre au placard toutes leurs nouvelles créations. S'en suivirent des délais de sortie non respectés - de plus de 6 mois - qui obligèrent Capitol, la maison de disque, à débourser une somme conséquente. Après un retour en studio et avec presque un an de retard sur le planning original, voici donc X & Y, un album de Pop-Rock qui fera indéniablement date dans l'histoire de la musique.

Difficile d'avoir pu passer à côté du premier single ravageur Speed Of Sound qui, même s'il reprend exactement les accords de Clocks aux couplets, nous emporte au refrain dans un tourbillon de mélancolie rarement atteint par le groupe. D'ailleurs, en quelques jours, Speed Of Sound est devenu le titre le plus téléchargé légalement dans le monde et le premier hit britannique à se placer dans le Top 10 américain la semaine de sa sortie...
Néanmoins pour l'adepte de Coldplay, ce Speed Of Sound laissait un goût de doute. Car, même s'il pouvait y retrouver toute la puissance mélodique qu'il affectionne, il avait peur que le groupe s'enferme dans une formule répétée à l'infini et dans un manque d'originalité.

Dès Square One, avec des sonorités électroniques, des guitares énergiques et un refrain grandiloquent comme ils savent si bien en faire, les 4 anglais nous rassurent avec des arrangements complexes maîtrisés de longs en large, des résonances U2 et un final d'une beauté exceptionnelle où la voix haut perchée de Chris Martin ravit. What If?, la balade qui suit, apparaît à première vue comme un vulgaire ersatz de The Scientist. Mais, à l'arrivée du refrain, les « ouh ouh ouh » très aigus et les guitares lancinantes subliment le classicisme de la partie au piano. White Shadows, ensuite, s'impose largement comme le sommet de X & Y. Ses guitares électriques lointaines, sa basse hypnotique aux couplets, son pont vers le refrain - qui seul aurait très bien pu en être un -, son refrain indescriptible de profondeur émotionnelle et sa fin ultra mélodieuse - avec ses accords plaqués et la voix décidément impressionnante de Martin -, en font un chef-d'oeuvre qui peut rivaliser avec Yellow, Don't Panic, Warning Sign, A Rush Of Blood To The Head et Clocks.
Dans le même esprit, A Message et Talk - avec son sample d'un titre de Kraftwerk - en tête, X & Y et Low légèrement derrière, donnent dans le gros calibre imparable, avec des lignes de basses démentes, des guitares psychédéliques, des refrains épiques, de douces nappes de synthés et de violons, des soupçons d'intimisme Folk à la Nick Drake et des paroles d'amour généralistes dans lesquelles tout le monde peut se retrouver.
Le reste de l'album, moins énergique et percutant, sans réellement décevoir pour autant - car on est habitué aux baisses de régime de Coldplay - , propose un classicisme de balades Pop un peu niaises et en conséquence plutôt irritantes (les « down tempo » Fix You et Swallowed In The Sea, les « mid tempo » The Hardest Past, Twisted Logic et le titre caché Til Kingdom Come).

Les membres de Coldplay ferment la trilogie qu'ils ont entamée avec Parachutes. Globalement moins Folk que A Rush Of Blood To The Head et mieux assumé que Parachutes, X & Y n'est pas forcément moins bien ou mieux. Comme à chaque fois, l'album contient des futurs tubes inoubliables forts de spécificités mélodiques et d'autres chansons plus traditionnelles qui laissent souvent indifférent.
Au final, pour ceux qui voudront dire que Coldplay est le plus grand groupe du monde, ils pourront: avec leurs chansons tristes et puissantes, ils vendent des millions de disques, jouent à guichet fermé et bénéficient de la popularité « People » de Chris Martin (mari de Gwyneth Paltrow).
Mais avec un peu d'objectivité, on pourra penser à la phrase de Chris Martin qui dit qu'ils ont du soucis à se faire avec l'arrivée du groupe indépendant canadien Arcade Fire (dont ils sont fans). Même si la musique des deux groupes n'a pas grand chose à voir, on pourra tirer de cette phrase le fait que le genre Pop-Rock vit aussi intensément avec d'autres groupes moins connus...


Coldplay - X&Y

01. Square One
02. What If ?
03. White Shadows
04. Fix You
05. Talk
06. X & Y
07. Speed Of Sound
08. A Message
09. Low
10. The Hardest Part
11. Swallowed In The Sea
12. Twisted Logic
13. Til Kingdom Come (titre caché)

A découvrir
Coldplay - Parachutes
Coldplay - Parachutes
Radiohead - L'intégrale
Radiohead - L'intégrale
Eskobar - There's Only Now
Eskobar - There's Only Now