7/10L'originullité de Cadillac exposée en plein jour !

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 16/11/2018
Notre verdict : 7/10 - Moins nul que prévu (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le Stupeflip crou ne mourra jamais. Ils ont même laissé échapper Cadillac. Planquez les vieilles dames du d'ssus.

Le Stupeflip crou ne mourra jamais même si, selon certaines infos, Stup Virus pourrait être le dernier album du groupe. Quant au C.R.O.U. en lui même, on ne l’a que rarement vu en dehors des albums du groupe à part peut-être Pop Hip qui est allé traîner et faire des saletés avec Simone elle est bonne. Mais vous pouvez désormais planquer les enfants et enfermer les grands mères, Cadillac est lâché dans la nature et ça va pas être propre.

Sur une intro digne des meilleurs ritournelles de films d’horreur, Cadillac se lance dans une carrière solo comme un malade mental et écrase, tout en dansant, le champignon d’un corbillard sans frein. Dès Game over, tout est clair, le mal est fait : le hurleur fou tape, claque, t’agrippe, t’attrape et ne fait toujours pas de sentiment, même sans son pote King Ju, sur une instru sombre et pêchue. Il ne faudra pas chercher l’originalité à tout va par rapport à Stupeflip .

Parsemé d’une multitude d’intermèdes évidemment tous plus essentiels les uns que les autres, Originul, au contraire, transpire aussi d’originullité, si vous voulez bien me passer ce barbarisme. Chaque titre, ou presque, est ainsi une ode à la débilité, à l’absurdité, au n’importe quoi. Ainsi Aka, en honneur sans doute à son immense interprète, enchaîne les rimes en yak (Aurillac, kanoé-kayak) sur des rythmes titubants et déstructurés. Dans le même ordre d’idée, Fer multiplie les assonances à base de fer/faire sur des sons acides et basiques. Encore plus loin dans la débilité, le bien nommé Débile, qui, au passage, voit MC Salo et King Ju faire un petit coucou en featuring, base son refrain sur le gimmick « Je suis débile » qui revient inlassablement. Mais le sommet de l’originullité reste L’umour fou dont les paroles sont tout simplement… exceptionnelles. Mais jugez-en sur pièce : « J’ai beaucoup d’infection pour toi, on va faire l’umour, l’umour pour toujours, embrasse-moi sur la bûche, dis-moi que tu m’humes ». Voilà. C’est à ce niveau là. Autant dire que c’est l’un de mes petits coups de cœur.


DR.

 

Mais le vrai coup de cœur de l’album ne peut être que Coca cola, c’est-à-dire le titre le plus méga-entraînant de toute la galaxie (à croire que Pop-hip est venu poser quelques lignes mélodiques par ici) avec des paroles d’une profondeur assez incroyable puisque Coca et Cola sont les noms des deux chiennes des voisines de Cadillac. Essayez de poser une oreille sur le morceau pour voir si vous pouvez résister plus d’une demi-seconde à danser comme un malade mental sur la piste de danse. Originul regorge en effet de ces petits morceaux honteusement dansants comme Zoo, Arkboot ou le superbe Mécanique (« C’est quoi cette mécanique ? Tu m’niques et moi j’te nique »).

Stupeflip a lontgemps été un groupe à part dans le paysage du rap français : qui d’autre hurle avec autant de talent ? Il a fallu que Cadillac s’échappe du C.R.O.U. pour qu’on ait le droit à un album du même acabit que The hypnoflip invasion, Stup virus ou Stupeflip. Même si Cadillac réussit à développer un univers un peu particulier, peuplé de jeux de mots douteux et de chansons attachiantes, intellichiantes… et interminables (les 25 minutes du dernier titre X !).

En écoute Game over

La critique en 140 caractères :

Attention aux insomniaques, dans le canapé, ya Cadillac et ses effets sont démoniaques !

Cadillac – Originul

01. 23
02. Game over
03. Aka
04. Débile (feat. King Ju, MC Salo)
05. Intro
06. Zoo
07. SF
08. Coca Cola
09. L’umour fou
10. OK
11. C Guignol
12. Limaces
13. Fer
14. Interlude 93
15. Arkboot (feat. MC Salo, Mona Soyok)
16. Mécanique
17. Intro 8
18. Ego slave (feat. King Ju)
19. Rétroviseur
20. SPDC
21. X

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites