10/10Stupeflip - Stupeflip

/ Critique - écrit par CBL, le 19/02/2003
Notre verdict : 10/10 - Le crou du spectacle ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

Octobre 2002, sur fond de musique rigolote et avec une voix de débile, un type nous explique qu'il "fume pu'd shit". Ce titre interplanétaire et très sympa a la particularité de rester dans la tête très longtemps. Les auditeurs des radios parisiennes découvrent le nom de Stupeflip. Ils n'ont pas compris qu'ils étaient à l'aube d'une nouvelle ère, L'ERE DU STUP !

Après "je fume pu'd shit", apparaît "je refume du shit", version triste de la chanson précédente et grosse private joke du groupe qui n'a évidemment jamais cessé d'en fumer. Et là, c'est le drame... Décembre 2002, Stupeflip signe chez BMG et nous fait comprendre par l'intermédiaire de la chanson "l.e.c.r.o.u." ce que ca signifie pour eux : l'assurance de pouvoir faire leur musique sans se prendre la tête même s'ils ont l'impression que les maisons de disques s'intéressent plus au buzz qu'il y a autour du groupe qu'à leur musique... Moi je m'en moque. J'écoute religieusement le CD chaque semaine en lançant des incantations inintelligibles à base de VENGEANCE !!ou A BAS LA HIERARCHIE !!. Faut le reconnaître, Stupeflip c'est vraiment stupéfiant comme on dit à la brigade du même nom. Interrogeons quelques personnes sur ce groupe :

Maxime, théoricien des ensembles sous amphé :

En fait, on peut classer les pistes de cet album selon trois catégories : les pistes hip hop ou rock, les pistes "gros délire" et les interludes qui occupent quand même une piste sur trois. C'est une des première forces de ce groupe. Ils n'ont pas un style de musique. Ils ont leur style, assez stupéfiant d'ailleurs.

Lucien, auditeur de Skyrock à la retraite :

Non, c'est pas vraiment du rap. Ou alors un rap très torturé, totalement déjanté. A la base, on trouve des samples et un beat agressifs sur des paroles hachés comme dans la piste "Stupeflip" (qui les décrit un peu) ou renforcées à grand coups de guitare comme pour "L'épouvantable épouvantail". Seule la présence en guest star du rappeur Mangu sur l'excellente chanson "l.e.c.r.o.u." nous rappelle vraiment le coté hip hop. Si vous dites que c'est du rap, précisez que c'est du rap stupéfiant.

Cécile, otage en freelance du groupe depuis 1972 :

AU SECOURS ! SORTEZ MOI DE CETTE BANDE DE MALADES ! Ils sont trois : King-Ju (faites gaffe, il est schizo et change de nom souvent !) et Cadillac sont comme ils le disent eux-mêmes, "deux petits connards qui fument et qui fument en jouant de la guitare". Le troisième, un certain MC Salo, est bien plus mystérieux. Ils mettent des fringues horribles et me font écouter en boucle "Comme les zot" où ils s'amusent à parodier l'ensemble de la chanson française ! Ils m'ont forcée à sampler "Passe mon truc", un rythme électro bien fendard qui raconte leurs conversations avec un DJ pour faire passer leur musique. Pire ! Ils m'ont forcé à écouter "The Cadillac Theory", la chanson la plus barrée de tous les temps où Cadillac nous parle de ses goûts stupéfiants...

Antoine, graveur de CDs à Honk-Kong :

Moi vous savez, j'écoute pas trop les CDs. Juste les interludes car ça dure pas longtemps. J'étais gâté avec celui-là... Il nous raconte la vrai/fausse histoire du groupe comme quoi ils sont le crou, ils sont 894, ils veulent terroriser la population... Le must étant la dernière piste "L'annexion de la région sud"... 7 minutes de messages politiques à base de "tiens ! prend ça dans ton cul !". Je sais pas si je dois rire ou les prendre en sérieux. En tout cas, c'est vraiment stupéfiant.

Pierre-Alexandre, vendeur de piano à Versailles :

Pff... C'est de la musique de jeunes braillards tout ça. Quoi que... J'apprécie beaucoup les trois guitares de l'énergique "Carry on" et l'apaisant "la bavure de pop hip" qui me fait oublier pour un temps la grisaille versaillaise... Cet odieux personnage qu'est King-ju chante vraiment très bien en fait. Ca en est stupéfiant.

Dominique, agent des RG :

J'ai bien étudié les paroles du groupe car ils parlent un peu trop de shit à mon goût. Mêmes si elles peuvent paraître totalement à l'ouest ou bien marrantes, elles sont en fait parfois très intimistes. Elles racontent leur rapport à la drogue, à la musique, leurs galères dans la vie et au travail. On sent qu'ils ont besoin que ça sorte, que ça explose comme dans la piste "A bas la hiérarchie"véritable cri du coeur de King-Ju, assez stupéfiant.

CBL, rédacteur pirate sur Krinein :

Voilà, je pense que ces personnes vous ont à peu près tout dit. Dès que les guitares de la piste introductrice commencent, je sais que j'en prend pour une heure de bonheur. Ce n'est pas juste un groupe différent. C'est un groupe novateur et totalement déjanté. Ca faisait longtemps qu'on avait pas entendu quelque chose qui interpelle à ce point nos oreilles, qu'on aime ou pas. C'est peut-être juste une grosse blague ou c'est peut-être l'avenir de la musique. Ne soyez pas critique à la première écoute. Soyez ouvert et acceptez la nouveauté. Mais n'oubliez pas une chose : LE STUPEFLIP CROU NE MOURRA JAMAIS ! Tout du moins je l'espère :)

A découvrir
Stupeflip - Interview
Stupeflip - Interview
Simone elle est bonne
Simone elle est bonne
Stupeflip, la troisième ère du Stup
Stupeflip, la troisième ère du Stup