7/10Six ans après Battlefield, Ez3kiel revient avec un nouvel album, LUX

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 07/11/2014
Notre verdict : 7/10 - C'est pas du luxe (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Peut-on trouver un album bon et être néanmoins déçu par celui-ci ? Oui assurément, la preuve avec LUX le dernier Ez3kiel.

Ez3kiel est de retour avec un nouvel album. Et rien que ça c'est un petit événement puisque le groupe n'avait rien sorti d'original depuis… Battlefield en 2008 il y a déjà 6 ans donc. Après trois lives (dont The Naphtaline Orchestra) qui ne nous auront pas fait patienter, Lux sera donc dans les bacs dès la semaine prochaine. Et c'est avec une impatience certaine qu'on a posé nos oreilles sur cette nouvelle galette.

Lux débute avec Born in Valhalla, un long morceau d'intro (8 minutes tout de même) qui semble faire la synthèse entre le sombre et torturé Battlefied et le splendidement gracieux Naphtaline, même si l'on est franchement un peu loin de ce que l'on imagine du Valhalla, cette gigantesque salle où sont censés boire et manger pour l'éternité les guerriers morts au combat. La suite du morceau, Dead in Valhalla, de nouveau, un long, très long titre est beaucoup moins satisfaisante malgré un final encordé et pêchu. Mais il manque quand même quelque chose d'enthousiasmant à ces deux titres pour nous embarquer vraiment avec eux. Peut-être l'impression d'entendre des intermèdes et des intros, peut-être un certain manque de nouveauté un peu décevant pour un groupe qui a toujours été mouvant dans son approche musicale.


DR. Ez3kiel expérimente toujours

 

C'est ainsi que des morceaux comme L’œil du cyclone qui semble s'étirer en langueur plus qu'en longueur, la trop courte Never over (on dirait qu'elle s'arrête juste avant de prendre son envol) ou l'insipide Dusty peinent à créer une ambiance porteuse pour l'auditeur et semblent se perdre dans des mignonneries plus aptes à faire bailler qu'à exciter le poil cilié. Heureusement d'autres morceaux sont un peu plus convaincants. Lux avec ses rythmes déstructurés, son côté noisy et son ambiance lourde et empesée rappelle là encore les meilleurs morceaux de Battlefield mais toujours avec un peu moins de maestria. Mais Anonymous, porté par la voix très féminine de Pierre Mottron, est un très beau morceau planant de trip-hop avec ce qu'il faut de basse et de breaks pour apporter un peu d'aspérités. S'il est loin de nous scotcher au fauteuil, il est tout de même très bon.


DR. En live ça peut le faire

Dans les bonnes surprises reste quand même Eclipse qui, par la voix de Laetitia Sheriff, la présence d'un doux piano et d'une guitare délicate, s'en sort plutôt bien en créant une atmosphère éthérée comme en suspens. Ou Zero gravity qui a ce qu'il faut de planant pour rendre hommage à son titre. Ou encore Stereochrome qui termine particulièrement bien l'album.

Alors qu'Ez3kiel nous étonne depuis plus d'une décennie, Lux sonne un peu comme une régression, surtout en comparaison au fabuleux diptyque Naphtaline/Battlefield. À moins qu'on ne soit trop exigeant. Il paraît cependant qu'un nouveau processus scénique est mis en place pour la tournée associée à Lux. Ez3kiel ayant toujours eu la bonne idée de développer un véritable visuel associé à la musique, on espère que Lux prendra sa pleine envolée en concert.

Point fort : c'est Ez3kiel quand même, ça reste du bon

Point faible : tellement décevant

La critique en 140 caractères : un album peut-il être bon et décevant en même temps. Oui, la preuve avec Lux d'Ez3kiel

En écoute : Anonymous

Ez3kiel – Lux

01. Born in Valhalla
02. Anonymous
03. Zero gravity
04. Dusty
05. Dead in Valhalla
06. Lux
07. Eclipse
08. L’œil du cyclone
09. Never over
10. Stereochrome

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites