5/10Watcha - Phénix

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 07/03/2006
Notre verdict : 5/10 - La désillusion du phenix (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Ce n'est plus vraiment la peine de présenter Watcha, un des groupes phares de la scène néo-metal française. Après deux albums bruts de décoffrage, les Parisiens se sont tournés davantage vers la mélodie dans Mutant, qui conservait tout de même une tonicité qui leur est propre. Les revoilà avec Phenix, un titre annonciateur de renaissance ? Pas franchement puisque le virage mélodique entrepris se voit même largement renforcé alors que le côté énergique, toujours présent, n'est plus vraiment à la hauteur des espérances. En réalité, le groupe a réalisé un album plus varié que les précédents où l'on rencontre un peu de tout, de la chanson posée limite gnangnan aux passages hardcore. Il devrait y en avoir pour tous les goûts, même un peu trop, et personne n'y trouvera son compte sur l'ensemble du disque et ne le rejettera non plus en bloc.

En tout cas, ce qui est bien avec Watcha, c'est l'assurance d'avoir un bon gros son. Comme d'habitude, la production est de qualité avec une basse dopée aux amphétamines. On remarquera qu'El Butcho a progressé niveau chant et joue davantage sur son organe vocal, ce qui en horripilera certains et en charmera d'autres. J'avoue faire partie de la première catégorie puisqu'il a désormais tendance à en faire trop. Bref, on y retrouve le Watcha que l'on connaît, certes un peu moins énergique que d'habitude, et les fans de Mutant retrouveront dans Phenix les éléments qui faisaient le charme de l'ancien album.

Toutefois, le résultat est un ton en dessous du précédent. Tout d'abord, les titres sont bien moins originaux. Le style Watcha est répétitif et il commence à lasser. De plus, le groupe met trop en avant les mélodies et arrive même à faire de la soupe comme le single Un jour, complètement formaté pour la FM. C'est également le cas de L'amour n'évite pas la mort et de Sauve moi, même si c'est moins flagrant dans le premier cas puisque le titre ne se veut pas faussement énervé. Les chansons tiennent difficilement la route sur leur longueur et comportent la plupart du temps de bons passages et d'autres à zapper. C'est le cas pour Lâche au riff sympathique plombé par un refrain dégoulinant ou de Plus fort dont la fin rappée est du plus mauvais effet. Mis à part le très groovy Y a plus de messages, le rentre-dedans Dimebag et le classique Sam 4, difficile de trouver des titres qui se démarquent. Tout le reste se ressemble trop et ce ne sont pas les deux titres bonus (enfin juste I was made for loving you puisque Wolf le guerrier n'est qu'une blague chantée) qui relèvent le niveau même s'ils ont plus de personnalité.

Watcha s'est quelque peu planté avec Phenix et aurait dû travailler autre chose que la superbe pochette. Pour un des piliers du néo-metal français, le résultat est d'autant plus décevant. Trop de mélodie, de refrain chanté et un manque d'originalité flagrant, voilà ce qu'on en retire. Pour le reste, c'est du Watcha plutôt classique et les inconditionnels du groupe apprécieront tout de même cet opus.


Watcha - Phenix

1. Lâche
2. Je t'emmène
3. La guerre des nerfs
4. Un jour
5. Y a plus de messages
6. Planète
7. L'amour n'évite pas la mort
8. Plus fort
9. Une nuit
10. Dans tous mes états
11. Sauve moi
12. Dimebag
13. Sam 4(prologue)
14. Sam 4
15. Wolf le guerrier
16. I was made for loving you

A découvrir
Watcha - Mutant
Watcha - Mutant
Coldplay - Parachutes
Coldplay - Parachutes
3 jours en vrac ! 2 discs en live
3 jours en vrac ! 2 discs en live