Vieilles Charrues - Edition 2006 : Johnny Hallyday

/ Compte-rendu de concert - écrit par Loic, le 21/07/2006

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 2 réactions

Et c'est parti pour la quinzième édition des Vieilles Charrues ! Etape estivale incontournable pour tout festivalier qui se respecte, les Vieilles Charrues en sont déjà à leur quinzième édition. Et que de chemin parcouru depuis 15 ans, ce qui n'était qu'une fête entre amis lors de la première édition est devenu le plus grand festival de France. Et pour marquer le coup de l'anniversaire, les organisateurs ont prévu grand : une journée supplémentaire, le jeudi soir, avec une tête d'affiche emblématique, Johnny Hallyday. On pourra dire ce qu'on voudra, que Johnny est loin de l'esprit original du festival, que sa musique est faites pour les beaufs, ou que tout simplement « Johnny, c'est ringard », sa venue au festival de Carhaix est un véritable événement.

D'ailleurs, tout a été prévu pour lui en cette journée. Ouverture du site un jour plus tôt, une seule scène, et seulement deux groupes jouant avant lui, les Têtes Raides et Mauss. Coté coulisse, on remarquera également que monsieur Hallyday ne donnera pas de conférence de presse (contrairement aux deux autres groupes), et que tous les photographes accrédités ne pourront accéder à la fosse, privilège qui sera réservé a des photographes de presse écrite triés sur le volet.
En ce qui concerne les concerts de Mauss et des Têtes Raides, je vais faire rapide. Ces deux groupes ne servaient qu'à faire patienter les spectateurs, en attendant que la nuit commence à tomber et que Johnny monte sur scène. Ils auraient fait le meilleur concert du monde que ça n'aurait rien changé : la foule est venue pour Johnny et veut Johnny.

Après, leurs prestations ont été plutôt réussies, surtout les Têtes Raides, habitué des festivals et qui aurait sans doute pu jouer un rôle de tête d'affiche un autre jour, mais qui en cette journée, n'est qu'un amuse gueule. Ils ont quand même réussi à faire réagir la foule à plusieurs reprises, à chaque fois qu'ils prononçaient les mots « Johnny va bientôt monter sur scène ».

Après le concert des Têtes Raides, 3/4 d'heure d'attente, il faut bien ça pour installer tout le matériel de Jojo. Je profite de cette pause pour observer le public, étrangement hétéroclite. Bien sûr, la plus grosse partie du public est composée de fans de Johnny, avec des T-shirts avec Johnny qui brille dans le dos, et sur le devant l'indication « derrière y a Johnny qui brille ». Une autre partie du public est faite de festivaliers habituels, plus jeunes donc, et pas forcément fans de Johnny. Des gens comme moi en somme, qui profitent de ce festival pour assister au concert d'un artiste français incontournable, mais qui ne se serait pas déplacé uniquement pour un concert de Johnny. Ce sont également ces même personnes qui peuvent également se montrer légèrement moqueuses, comme ceux qui portaient une grande bannière bien visible « Optic 2000 ».

A 22h passé de quelques minutes, le rideau qui masquait la scène tombe, et les musiciens apparaissent, puis quelques instants plus tard, c'est Johnny, tout de cuir vêtu. La foule est en délire, et les cris du public réussissent à cacher la musique, le volume étant un poil faible en ce début de concert il est vrai. On a beau ne pas être fan de Johnny, on doit le dire, ce monsieur en impose quand même pas mal. Autre constatation, il sait bien s'entourer, ses musiciens et ses choristes sont tous de très haut niveau technique, et ont tous une forte présence scénique. Au niveau du show en lui-même, j'ai été assez déçu. Je m'attendais à plus de pétards, feux d'artifices, étincelles, mais il n'en était rien. A part quelques jeux de fumée à un moment, une nuée d'étincelle à la fin de Que je t'aime, dernière chanson avant le rappel, il n'y a rien eu. Le gros du spectacle résidait cependant sur les écrans géants, où étaient projetées des images du concerts, mélangées avec des vidéos, principalement des films de synthèses, bien faits dans l'ensemble, ou encore un film de famille, montrant Johnny, Laetitia et Jade, lors de la chanson Mon plus beau noël, le vrai moment émotion du concert. Mais bon, Johnny n'a pas besoin d'artifice pour briller sur scène, et sa seule prestance suffit à embraser son public. Pour les non-fans par contre, c'est une autre histoire. J'avoue que je ne connaissais pas toutes les chansons qu'il a joué, et que par moments je me suis limite ennuyé (le concert a quand même duré 2h30), mais même comme cela, je me suis surpris à chanter à tue-tête en coeur avec 40 000 personnes des hymnes qui sont depuis longtemps entrés dans la culture populaire, comme Allumer le feu, Que je t'aime, Les portes du pénitencier, Toute la musique que j'aime, et bien d'autres encore. Et des artistes qui peuvent rassembler à ce point tant de générations, il n'y en a pas des dizaines dans le monde.

Respect.


Crédit photo : Gilles Kerboriou

A découvrir
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit
Boulay (Isabelle) - Au moment d'être avec vous
Boulay (Isabelle) - Au moment d'être avec vous
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003