8/10Smooth - The Endless Rise of the Sun

/ Critique - écrit par juro, le 03/10/2006
Notre verdict : 8/10 - Sunshine of the spotless mind (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

De retour. Après un premier album qui avait reçu une bonne appréciation de la presse musicale et un accueil chaleureux du public, Smooth nous revient avec un nouvel album et les meilleures intentions. Succédant à An electro soul experience, ce nouvel opus se fait le digne successeur de ce mélange de la blacksploitation
des seventies et de rythmes électroniques, ponctués d'influences jazz, extrait de BO et rock. L'intégration de petits effets donne un trip hop détonnant alliant avec subtilité les genres sans les dénaturer. Ah que oui, The endless of the rise of the sun s'écoute même au-delà du coucher de soleil...

Un album aussi bon que le premier mais avec des collaborations, et non des moindres. Sinclair et Yann Tiersen ont notamment mis la main à la pâte pour peaufiner cet album. Si le premier n'est pas une surprise car il les a découverts depuis déjà un petit moment, le second confirme l'aura qu'il possède auprès de la seconde génération et se donne un petit bleu de chauffe en vue de son prochain album. Ajoutez y deux DJ (Elveeda et Pfel) et une voix hip hop (Shabbaz) et vous avez à peu près le grand rassemblement musical qui gravite autour de Smooth. La question consistait à savoir si à force de combiner les différences, le contexte originel n'allait pas se dénaturer. Que nenni ! Smooth est bel et bien présent, imposant sa griffe sur la plupart des titres. Continuité du premier album, on redécouvre cette poésie musicale surprenante, alliant rythmes classieux et urbains qui rallient et fédèrent autour du projet.

De l'aube représente l'introduction de I believed, titre une fois de plus hybride et profondément intéressant par son potentiel séduction au point de le repasser en boucle : le violon donne sa saveur au duo de voix masculines qui gardent une tranquillité apaisante. Red train rappelle le premier album, son sampler de voix féminine, le son grésillant d'un vinyle et ses effets inattendus (une marche
militaire !) s'emportant dans une envolée orchestrée encore une fois par des violons définitivement très présents. Sans oublier la guitare groovy qui reste le fondamental du groupe. Désemparé dans une ambiance Burtonienne influencé par la pop des Beatles à coup sûr et venant à se confondre dans un solo de guitare, Carry me est le fer de lance d'une fin d'album explosive. Le funky We will show you et Human race redonnent un goût de fouet avant de finir sur des vocalises de soprano au pays d'Ennio Morricone (Return). Resplendissant.

Smooth explore de nouveaux horizons musicaux en conservant ses atouts primaires et confirme son statut de très bon groupe de trip hop. Toujours aussi pointus dans le choix de leurs samplers et mixant avec habileté les beats, les nantais mettent leur science infuse au service du son avec un grand 'S' avec une ouverture non négligeable vers les rythmes urbains. Non, le soleil n'est pas prêt de se coucher avec Smooth surtout s'ils continuent de rayonner sur scène...


Smooth - The endless rise of the sun

01. Leni awakes
02. The sun (feat Yann Tiersen)
03. What will you do (feat Sinclair)
04. Midnight love (feat Shabbaz et DJ Pfel)
05. This shit is wild (feat DJ Elveeda)
06. De l'aube
07. I believed
08. Red train
09. Carry me
10. We will show you
11. Human race
12. Return

A découvrir
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue
Stupeflip - Stupeflip
Stupeflip - Stupeflip
Dido - No Angel
Dido - No Angel