5.5/10Shivaz - Kamizol

/ Critique - écrit par Danorah, le 03/05/2006
Notre verdict : 5.5/10 - ... Banal ? (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Difficile de se faire une identité. Pas facile de trouver son style, comme dirait Bertrand Cantat... Et pourtant, nombreux sont ceux qui se lancent dans l'aventure, avec plus ou moins de bonheur et de talent. Fort de son premier album, Shivaz semble flotter entre deux eaux. Traversées de fulgurances créatives et énergiques, les compositions du groupe manquent parfois cruellement de caractère et d'envergure. Chronique d'un album (pas) comme les autres.

Shivaz, c'est du rock brut de décoffrage. Mélodique parfois, abrasif souvent, direct toujours. Ne cherchez ni détour ni échauffourée, rien ne vous est caché, tout est déballé dès la première écoute. La voix du chanteur fait une entrée tonitruante et donne le ton : Shivaz taille sa route et ne traînera pas en chemin. De fait, Kamizol
sonne dans les premiers temps comme un bloc monolithique qui ne laisse guère à l'auditeur le temps de respirer. Une écoute approfondie révèlera les fulgurances évoquées plus haut, notamment dans des titres comme Kamizole (plus mélodique que le reste de l'album) ou Grain de sable, qui gagne vraiment en ampleur grâce au timbre très "grenu" que prend la voix du chanteur, et qui lui sied à merveille.

Pour le reste, on regrettera une trop grande homogénéité tout au long de l'album, et une prise de risque quasi nulle de la part des musiciens, plutôt bons au demeurant. Son "noisy" juste comme il faut, les différentes parties sont équilibrées et l'on appréciera la basse bien présente. Côté textes, si tout n'est pas du meilleur goût, on saluera tout de même la recherche et les quelques traits poétiques qui compensent le manque d'originalité de la musique. A noter également le morceau de bravoure qui clôt l'album, d'une durée de vingt minutes et qui met à jour des percées presque atmosphériques, de véritables bouffées d'oxygène.

Finalement, ce que l'on reprochera avec une pointe d'amertume à ce Kamizol, c'est l'absence d'identité propre. Loin d'être mauvais, le quatuor peine simplement à se forger une "signature auditive". On pense à Noir Désir, on pense parfois même à Matmatah, mais l'on pense rarement innovation. On écoutera néanmoins cet album doté d'un artwork aux relents post-apocalyptiques sans grand déplaisir, et avec l'espérance qu'avec la maturité viendra l'originalité. Dans tous les cas, le potentiel est là.


Shivaz - Kamizol

01. Des Elles
02. L'Enfer
03. Grain de Sable
04. La Plage
05. Kamizol
06. Comme un Serpent
07. Le Voile
08. Minit Corse
09. Des Mots

A découvrir
Cornu - Cornu
Cornu - Cornu
Matmatah - La ouache
Matmatah - La ouache
Merzhin - Pleine Lune
Merzhin - Pleine Lune