7.5/10Sallie ford est de retour avec Untamed beast

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 20/02/2013
Notre verdict : 7.5/10 - Domptée mais toujours un peu sauvage (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Rappelez-vous tout le bien qu'on vous a dit du premier album de Sallie Ford and the Sound Outside, Dirty radio. Sallie et son groupe sont de retour avec Untamed beast, soit si mon anglais n'est pas trop déglingué, Bête non-domptée. Un nom d'album assez mal choisi puisque justement on a l'impression que la voix de Sallie Ford est bien domestiquée sur ces 11 titres. Oui, cette voix qui nous avait charmé, cette voix qui nous avait mis sur les genoux, cette voix n'est plu. Enfin n'est plu, disons plutôt qu'elle s'est grandement assagie, même si quelques titres lâchent la bride comme Devil, Shivers ou Rockablity où Sallie joue parfaitement de son organe en se lançant dans des variations endiablées.

Guitares et surf music

Par contre, là où l'album gagne par rapport à Dirty radio, c'est certainement sur la guitare qui, tout en rappelant toujours autant les années 50 ou 60, prend aussi un malin plaisir à s'engager sur une voie
DR. Bêtes sauvages bien sages
surf music à la Dick Dale (Bad boys et son son de guitare tellement typique ou Lip boy qu'on aurait parfaitement vu sur la scène du bar de Pulp fiction). Les guitares sont en effet très largement mises en avant, parfois comme venues du fond des âges : They told me et son riff de tueur en fin de morceau est juste une parfaite chanson rock comme on l'aime. Shivers qui débute d'une façon lente, lancinante et déroutante, déchire complètement quand la voix de Sallie donne sa pleine mesure, en parfaite adéquation avec cette musique datée, géographiquement marquée (impossible de ne pas se retrouver téléporté aux States avec ce morceau) et tout simplement excellente. L'endiablée Devil prend le relais de la sombre Shivers à l'évidence boostée par ce rock considéré à l'époque comme la musique du diable : on imagine forcément les déhanchés de la foule sur ce morceau sans pitié pour nos pieds.

L'écoute de l'album ne va pourtant pas sans quelques petites déceptions comme Addicted qui, vocalement et musicalement, nous semble largement en deçà de ce que peut Sallie Ford and the Sound Outside : les dernières minutes du morceau où les cuivres s'en donnent à cœur joie ne sont pas franchement bandantes. Comme du reste Party kids qui peine sur la longueur malgré un début plein d'espoir. D'autres titres, sans être mauvais, sonnent plus traditionnels comme Paris ou Do me right d'un classicisme un peu triste. Mais, hauts les cœurs, que ces quelques écueils musicaux ne soient pas rédhibitoires à jeter une oreille (voire plus) sur Untamed beast, l'ensemble est de bien bonne facture. Et sans doute au dessus des ¾ de la musique actuelle.

Le point fort : des guitares déchaînées

Le point faible : une voix moins impressionnante que sur Dirty radio

En écoute, Party kids

Sallie Ford and the Sound Outside – Untamed beast

01. They told me
02. Addicted
03. Party kids
04. Bad boys
05. Shivers
06. Devil
07. Paris
08. Do me right
09. Lip boy
10. Rockability
11. Roll around

A découvrir
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Alpha Jet - Interview
Alpha Jet - Interview