8/10Represas (Luis) - Fora de Mao

/ Critique - écrit par Filipe, le 04/03/2005
Notre verdict : 8/10 - Fora de Mão (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Luis Represas, un artiste du monde, absorbé par son art de prédilection, artistiquement engagé.

Luis Represas achète sa première guitare à l'âge de treize ans. Le 25 avril 1974, la Révolution des oeillets met un terme à de longues années de fascisme et autorise du même coup l'émergence de nouveaux courants musicaux. En août 1976, Represas fonde le groupe Trovante, conjointement avec João Gil, João Nuno Represas, Manuel Faria et Artur Costa. S'en suivent seize années de concerts et de festivals, 8 LP, un double album (Ao Vivo) et un Best Of. Les membres du groupe se séparent en 1992, après avoir figuré parmi les principaux acteurs du renouveau de la scène musicale portugaise.

C'est uniquement en compagnie du bassiste Nani Teixeira que Luis Represas s'envole alors pour Cuba. A La Havane, il rencontre le groupe de Pablo Milanés, l'un des plus grands noms de la scène locale, ainsi que le pianiste Miguel Nuñez. Il enregistre avec eux son premier album solo, Represas, qu'il édite à la fois en portugais et en castillan. Cet album lui donne accès au Coliseu dos Recreios de Lisbonne, l'une des enseignes les plus prestigieuses de la capitale.

En 1995, il compose et enregistre son deuxième album : Cumplicidades. A cette occasion, il compte sur le soutien artistique et financier de Bernardo Sassetti, pianiste de jazz de renommée internationale, ainsi que de l'irlandais Davy Spillane. Après avoir présenté cet album aux quatre coins du pays, Luis Represas s'offre le Grand Auditorium du Centre Culturel de Belém, une représentation télévisée et un double album, en guise de souvenir : Ao Vivo no CCB.

En 1998, il quitte le label EMI, s'engage avec BMG et commercialise presque aussitôt son troisième album : A Hora do Lobo. La même année, à l'occasion de l'Exposition Universelle de Lisbonne, il organise un concert multiculturel, en conviant des artistes des quatre coins de ce monde : l'espagnol Pedro Guerra, le portugais Carlos Zel, le cubain Miguel Nuñez, l'angolais Carlos Nascimento et le brésilien Edu Miranda. Le 12 mai 1999, à la demande du Président Jorge Sampaio, le groupe Trovante renaît de ses cendres le temps d'un soir, sur la scène du Pavillon Atlantique de Lisbonne. Ce concert donne lieu à la mise en circulation d'un double disque de platine : Uma Noite só.

La même année, Luis Represas prête sa voix aux compositions de Phil Collins pour la version portugaise du film Tarzan et rencontre à Macao le leader indépendantiste de Timor Est, Xanana Gusmão. Il s'insurge contre la guerre civile, qui fait rage sur cette île du Pacifique, et compose un hymne à son indépendance, en faveur de la paix. Timor est l'un des nombreux vestiges de l'ancien Empire colonial portugais.

En 2000, il se rend au Brésil pour participer à des concerts sur la plage de Copacabana de Rio de Janeiro et le Parc Ibirapuera de São Paulo, partageant la scène avec la célèbre Daniela Mercury. Il signe alors chez Universal, ce qui lui permet d'éditer un quatrième album : Código Verde. En 2001, il collabore une première fois avec l'Orchestre Symphonique de Prague pour mettre sur pied une compilation de reprises de tout premier choix : Reserva Especial. Y figurent en outre les titres Fire and Rain de James Taylor, Con los años que me quedan de Gloria Estefan, Bilhete de Ivan Lins et A noite passada de Sergio Godinho. Enfin, c'est en octobre 2003 que sort l'album Fora de Mão, pour lequel on note les participations du guitariste Luis Fernando, du pianiste Miguel Nuñez, du percussionniste cubain Osmany Sanchez, ainsi que de ce même orchestre tchèque.

Au fil des compositions, Luis Represas a su faire le deuil des « années Trovante » et prendre du recul vis-à-vis de ses premières heures de gloire en imaginant des morceaux à la fois plus personnels et perméables. En revanche, il n'a jamais cessé de militer, son éternelle conscience citoyenne ayant largement imprégné l'ensemble de ses réalisations, durant ses trente ans de carrière. Entre bonheurs, égoïsmes, dommages et crimes affectifs, Fora de Mão est une sorte de bréviaire d'émotions, qui développe essentiellement le champ des relations humaines.

Cet album, le dernier en date de Luis Represas, est une excellente représentation musicale de la carrière de son auteur, des rencontres qu'il put faire et des succès qu'il vécut. A travers leurs rythmiques si particulières et l'emploi de nombreux cuivres et de nombreuses percussions, les titres Fogo de Vista, Eu Vi et A Marca laissent clairement apparaître cette influence cubaine, qui figure désormais parmi les genres de prédilection de leur auteur. Les cordes de l'orchestre tchèque offrent une ampleur considérable à ses balades : citons parmi elles les sublimes Acontece, Nos Vamos la Chegar, Prece et Mar I Ana, qui achève cet album de fort belle manière. Les accords de blues de O Jogo ne sont qu'une couleur de plus sur la palette de l'artiste. Au fil de l'écoute, tous ces univers sonores s'enchevêtrent et se marient parfaitement.

Les titres Da Proxima Vez, Que Valha a Pena et Nao Ponhas o Vestido présentent une architecture commune relativement classique, entendez les guitares de Luis Fernando, le piano de Miguel Nuñez et quelques brèves interventions d'instruments à vents. En revanche, le titre Ando em Busca das Palavras se joue uniquement au piano. Il se distingue assez, privilégiant la simplicité à l'exubérance de cet arc-en-ciel de mélodies, que représente Fora de Mão.


L'ensemble ne manque ni de cohésion, ni même d'originalité. A mille lieues du moindre phénomène de mode et de ce que diffusent habituellement les plus grandes stations nationales, Luis Represas se surpasse sur chacune de ses compositions. A l'instar de ses confrères et néanmoins concurrents directs, Pedro Abrunhosa et autres Paulo Gonzo ou Rui Veloso, les paroles de ses chansons sont extrêmement chargées, ne manquant ni de malice, ni de poésie. On en attendra toujours davantage de sa part, tant ses ressources ne semblent guère s'épuiser. Luis Represas est un artiste du monde et n'a cessé de le démontrer tout au long de ce dernier quart de siècle, à travers ses nombreuses collaborations et son engagement sans faille pour de bien malheureuses causes. Et pour l'heure, Fora de Mão est certainement le meilleur de tous ses disques.

Mais uma vez, melhor desta vez, Luis Represas é o sábio porta-voz da inquieta serenidade que pode morar nas canções. Pode estar Fora de Mão ! Pode - e deve ! - manter-se fora de moda (João Gobern).

01 - Da Proxima Vez
02 - Que Valha a Pena
03 - Acontece (às vezes)
04 - Fogo de Vista
05 - O Jogo (quando acordares)
06 - Nos Vamos la Chegar
07 - Prece (aqui deixamos)
08 - Não Punhas o Vestido
09 - Ando em Busca das Palavras
10 - Eu Vi (tão claro e transparente)
11 - A Marca
12 - Mar I Ana

A découvrir
Silence 4 - Silence Becomes it
Silence 4 - Silence Becomes it
Mano Negra (La) et Manu Chao
Mano Negra (La) et Manu Chao
Merzhin - Adrénaline
Merzhin - Adrénaline