9/10Pomme ne fait pas dans l'À peu près

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 23/04/2018
Notre verdict : 9/10 - Carrément de quoi nous plaire ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les fleurs ne meurent pas vraiment et renaissent au printemps. Les pommes, elles, se contentent de nous donner envie de mourir avec elles sur de bien belles chansons.

- J’écoute des musiques super douces. Et trop belles.

- Tu écoutes quoi comme musiques super douces ?

- Je sais pas si tu connais, c’est Pomme.

Voilà comment en quelques mots, on peut découvrir une chanteuse, tomber amoureux et finir par écouter Pomme toute la journée. Pomme est une jeune Lyonnaise qui sait manier à la perfection sa douce voix pour nous emmener avec elle dans ses 13 titres qui n’ont rien d’un À peu près, bien que ce soit le titre de son album. Pomme n’est pas une red chief rouge de colère et assez fade, ni une golden brillante et passe-partout. Pomme est une pomme d’amour qui nous prend par le bras et nous donne envie de nous retrouver en charmante compagnie sous une couette pour chiller en toute quiétude.

Je me souviens de tes Je t'aime

Pomme n’est pas très vieille mais semble avoir vécu déjà 1000 vies si l’on en croit les territoires amoureux qu’elle aborde : ces incertitudes qui font que l’on ne trouve jamais chez soi « le moindre souffle de grâce » (De quoi te plaire), cette jalousie insidieuse envers les belles filles toujours prêtes à piquer l’amour (Pauline), ces rendez-vous qui se terminent au petit matin (Même robe qu’hier), ces histoires terminées qui restent superbes jusque dans les mémoires (À peu près). Mais surtout c’est un amour tous azimuts que Pomme célèbre dans ses chansons : comme elle le chante elle-même, « j’ai embrassé deux, trois filles, quelques garçons ». Une liberté qui lui permet d’ouvrir son esprit et d’apporter sa petite pierre à l’édifice du féminisme (comme le montre par exemple son passage dans Cher Corps de Léa Bordier).

Je me souviens de tes poèmes

Pomme quitte cependant parfois le monde de l’amour, sans pour autant se départir de son talent : Ceux qui rêvent est une belle ballade envolée sur le thème de l’insomnie ou encore De là haut, son rythme chaloupé et ses paroles scintillantes qui font passer la mort pour une chouette balade. De là haut est d’ailleurs l’un des sommets de ce disque avec les deux exceptionnels titres que sont La lavande et On brûlera, tous les deux écrits et composés par Pomme elle-même. Oui car, au passage, il faut bien le mentionner, Pomme n’est pas la seule à intervenir sur l’album : on y trouve, par exemple, Ben Mazué (avec qui elle a fait un duo), Waxx ou encore Simeo dont nous avions chroniqué l’album il y a près d’une dizaine d’années…. Si La lavande et On brûlera sont clairement les deux plus belles chansons d'un album qui en contient un bon paquet, c'est avant tout par la grâce de la voix de Pomme, toute en douceur et en fragilité mais aussi parce que l'instrumentation est d'une fine délicatesse et nous emporte sans que l'on ne puisse y résister. N'hésitez pas à découvrir la saveur de Pomme avec ces deux sucreries !

Si « dans le miroir », Pomme « ne trouve pas de quoi » plaire, nous, on a parfaitement trouvé. Car tout est parfait (ou presque, n’exagérons pas) dans À peu près. Des mélodies ciselées avec précision à la voix douce en passant par des paroles touchantes, empreintes de liberté et simplement magnifiques. Tant et si bien qu’on n’a qu’une seule envie : chanter avec elle « je t’aime encore ».

La critique en 140 caractères : Pomme ne fait pas dans l’À peu près avec un splendide premier album constellé de belles mélodies portées par une voix sublime

En écoute, On brûlera.

Pomme – À peu près

01. À peu près
02. Même robe qu’hier
03. Ce garçon est une ville
04. Comme si j’y croyais
05. La gare
06. Adieu mon homme
07. La lavande
08. De là-haut
09. A lonely one
10. Pauline
11. Ceux qui rêvent
12. On brûlera
13. De quoi te plaire

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites