7.5/10Pollyanna - On Concrete

/ Critique - écrit par wqw..., le 16/06/2008
Notre verdict : 7.5/10 - Sereine mélancolie (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Intimiste, souvent doux-amer, On Concrete, dévoile un duo sensible, mélancolique qui ne joue pas pour autant les funambules au bord d’un gouffre sans fond. Précieux.

Un métronome, la pluie au dehors et des arpèges de guitare acoustique qui tisse de douces mélodies. C’est tout en finesse que s’ouvre ce deuxième album de Pollyanna, enregistré en compagnie de Stéphane Garry, que l’on connaît sans doute plus sous le nom de Pokett. Suite logique et pourtant bien plus aboutie de Whatever They Say I’m A Princess, sorti il y a déjà trois ans sur le label Eglantine Records.

Les années ont passé, les dates en France mais aussi pas mal à l’étranger, des rencontres, autant d’éléments précieux et nécessaires à la maturation d’un songwriting qui n’a pas aujourd'hui à rougir de ce qu’il est. On s’éloigne ainsi un peu plus de ces journées qu’Isabelle passait seule à enregistrer dans sa chambre. Avec David, leurs chansons s’installent dans un salon aux fauteuils élimés.

Un peu précaires et pourtant ô combien cosy, elles sont comme autant de petites histoires au scénario bien amené. Faussement minimalistes, elles s’habillent d’arrangements soignés, instruments acquis récemment (et qu’il faut bien utiliser !) un banjo, un ukulélé, un triangle… et puis le violoncelle de Léa Le Meur (Machin-Chose) ou trois notes de piano comme égarées.

Intimiste, souvent doux-amer, On Concrete, dévoile un duo sensible, mélancolique qui ne joue pas pour autant les funambules au bord d’un gouffre sans fond. Pollyanna aime déceler dans le quotidien les anomalies, ces fantaisies, ces petites absurdités qui rendent ce grand tout supportable. Un album attachant et sans prétention… et donc ô combien précieux.

 


Pollyanna - On Concrete
01. Introduction
02. Chocolate Jesus
03. A Landscape
04. In the Cornfields
05. Run
06. Tristan
07. Friends
08. Railroad Boy
09. Løkken
10. Folk Song
11. Whatever they say I'm a princess
12. Outroduction

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites