9/10Nosfell - Kälin Bla Lemsnit Dünfel Labyanit

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 08/06/2009
Notre verdict : 9/10 - Kali, Kakalin, kakalin, kakala (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Avant la sortie du troisième album de Nosfell, retour sur un deuxième opus essentiel à tout amateur de bonne musique.

Deuxième album pour Nosfell qui reste un des artistes francophones les plus originaux. Avec sa voix malléable, ses talents de compositeur et surtout d'interprète et ses danses passionnées, il s'est rapidement posé comme le chaman d'un univers qu'il développe autant sur album qu'en concert. Pomaïe Klokochazia balek nous avait séduit comme rarement un CD peut le faire. C'est donc un mélange de crainte et d'espoir qui se fait ressentir avec de mettre la galette dans le lecteur : l'espoir que Nosfell parvienne à passer le fameux écueil du deuxième album, et la crainte d'un échec retentissant. Une crainte infondée heureusement.

De Nosfell à Nosfell

Human beat Nosfell
Human beat Nosfell
Car Nosfell réussit à se renouveler tout en gardant une ligne directrice claire dans sa musique. Kälin Bla Lemsnit Dünfel Labyanit paraît d'emblée plus rock par Bløwtilan, une première chanson qui attaque, sans véritable introduction, avec une guitare ronflante et une batterie qui tape à qui mieux-mieux. L'arrivée d'une véritable batterie au détriment des rythmes issus de la beatbox Nosfell est d'ailleurs la principale nouveauté de l'album. Elle martèle les morceaux et donne de la densité, du poids aux compositions de Nosfell : Your Elegant Hat, Bløwtilan explorent ainsi de nouveaux territoires de l'univers de l'extraordinaire musicien. L'album voit aussi la participation de Peter Corser au saxophone et de Bertrand Belin à la guitare et aux sifflements. On pourra cependant regretter la quasi-absence de ces rythmiques créées par la bouche de Nosfell et qui donnaient une partie de la couleur extraordinaire du premier album : les beatbox nosfelliennes, si on peut dire, ne s'entendent que rarement dans ce deuxième opus, sur Likadë Liditãrk, The Gorgeous Hound ou I Jaün Bebdeï. A l'opposé, s'il y a un instrument qui gagne en présence sur cet album, c'est la contrebasse de Pierre Le Bourgeois. Elle semble omniprésente et se métamorphose au cours des morceaux. Elle s'impose par la délicatesse sur Ta main, leurs dents, se pare de mélancolie sur Hope ripped the night ou s'évade dans un monde bruitiste plutôt étonnant sur Jalin Madaz.

J'entends des voix

L'insoutenable légèreté de l'être
L'insoutenable légèreté de l'être
Avec Kälin Bla Lemsnit Dünfel Labyanit, Nosfell nous emmène une nouvelle fois sur les chemins de Klokochazia, ce monde imaginaire qu'il est le seul à connaître et dont il se fait le porte-parole, le conteur exclusif utilisant tour à tour le klokobetz (la langue de Klokochazia), l'anglais et, autre nouveauté de l'album, le français qu'on retrouve sur Le long sac de pierres et sur Ta main, leurs dents. Ce deuxième titre est d'ailleurs l'un des moments forts du disque, avec un "Venge-toi, venge-toi, venge-toi" qui s'installe durablement dans la mémoire. Les différents idiomes utilisés pour cet album s'enroulent autour du fameux organe vocal de Nosfell. Les voix claires (Your Elegant Hat), graves (Likadë Liditãrk) ou plus classiques (Günel) se mêlent, et s'aiment, s'opposent et s'affrontent et nous emportent ailleurs. Mais s'il y a quelque chose à retenir de cet album, ce sont sans doute ces choeurs majestueux, religieux, parfois sépulcrales qu'on entend sur Le long sac de pierres, Günel ou Oh! It's been a long time, but we're glad you came.

Nosfell parvient une nouvelle fois à nous emmener sur des chemins détournés où se croisent la beauté (I Jaün Bebdeï) et la fureur (Majodilo Tepü Jaredü), l'intimiste (Hope ripped the night) et l'intense ferveur (Le long sac de pierres). Un nouvel opus génial pour Nosfell qui devient plus qu'un griot klokobetz, mais véritablement un groupe. Le chien mord, mais pas le renard, comme le dit le titre de l'album.

Nosfell - Kälin Bla Lemsnit Dünfel Labyanit

01. Bløwtilan
02. Günel
03. Oh! It's Been a Long Time, but We're Glad you Came
04. Your Elegant Hat
05. Ta main, leurs dents
06. Likadë Liditãrk
07. Hope Ripped the Night
08. The Gorgeous Hound
09. Jalin Madaz
10. Majodilo Tepü Jaredü
11. Le Long sac de pierres
12. I Jaün Bebdeï
13. Path of Green (Memory of a Crimson Door Under the Waves) 

A découvrir
Saez - God Blesse
Saez - God Blesse
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies