5/10Nada Surf - The Weight is a Gift

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 02/09/2005
Notre verdict : 5/10 - Le poids de la déception (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

3 ans déjà qu'on attendait le nouvel album des américains en majorité francophones. 3 ans durant lesquels on pouvait se surprendre à penser de temps à autres à un successeur de High/Low, The Proximity Effect et de Let Go encore meilleur que les deux derniers. 3 ans pendant lesquels le groupe nous avait livré un Live in Brussels décevant par rapport au DVD live des Eurockéennes de Belfort.
3 ans d'attente pour une grosse déception... Malgré de multiples écoutes, ce quatrième album de Nada Surf ne passe pas, tellement en dessous des autres, y compris le premier...

Et pourtant tout avait si bien commencé avec le titre Your Legs Grow qui circulait en version acoustique et qu'on croyait être un inédit. Se rapprochant d'un Neither Heaven Nor Space, cette première chanson, qui ne s'annonçait pas encore comme une des plages du nouvel album The Weight Is A Gift, contenait assez de mélancolie et de simplicité pour tendrement émouvoir. Plus encore, le récent concert à la Bastille pour la fête de la musique (21.06.05), où le groupe avait livré des versions live enflammées du nouveau single Always Love, de Do It Again, de What Is Your Secret et d'Imaginary Friend, laissait présager un album Pop-Rock aussi étonnant et séduisant que Let Go.
Mais dès l'écoute de Concrete Bed, la première piste de l'opus, on se dit qu'il y a un problème: cette petite chanson de 2.30 nous rappelle drôlement l'inédit End Credits de l'édition limitée de Let Go qui ne faisait pas dans l'originalité. Il enchaîne sa structure couplet-refrain sans apporter aucune conviction.
Les trois titres qui suivent, Always Love, Do It Again et What Is Your Secret vont constituer les meilleurs oeuvres de l'album. Alors qu'ils feraient pale figure à côté de chansons telles qu'Inside Of Love, Blonde on Blonde, Treading Water, Bacardi, Spooky, Hyperspace ou 80 Windows, les écoutes nous résignent à les considérer comme « meilleurs titres » de l'opus. Do It Again en tête est le mieux arrangé, le plus émouvant et le plus puissant avec sa montée tout en cymbales et batterie saccadée. Le single Always Love laisse un goût étrange de « déjà entendu quelque part » et malgré tout de bien sympa: chanson Rock ultra classique avec son alternance de couplets calmes et de refrains imparables, elle aura peut-être le potentiel d'entraîner enfin un nouveau succès en single pour Nada Surf après Popular. Le particulièrement Pop What Is Your Secret charme par son mid-tempo lancinant, sa fausse montée au refrain et le chant de Matthew Caws très « Brit Pop » avec ses « ouh, ouh, ouh ». Avec la nouvelle version de Your Legs Grow, on ne peut que s'apercevoir avec tristesse que les nouveaux arrangements font perdre une bonne partie des émotions de la chanson: la flûte vient tout gâcher dans la répétition du couplet et les choeurs sont absorbés par le reste.
All Is A Game marque le vrai commencement de la déception. Terriblement bateau et répétitive, cette chanson indiffère par un cruel manque d'énergie. Blankest Year et Armies Walk, avec leurs vulgarités guitaristiques et lyriques très Rock américain, pourraient totalement être attribuées à des B-sides de High/Low. Comes A Time, nous fait d'abord croire à une balade aussi intéressante que Killian's Red ou Paper Boats mais part malheureusement vite dans un refrain surfait et lassant qui ne laisse plus aucune chance à un retour dans l'émotion. Au bout de la dizaine d'écoute, In The Mirror gagne un intéressant côté hypnotique avec ses constants arrêts-départs du rythme et de la guitare acoustique mais ennuie indéniablement. Enfin, Imaginary Friends, construit sur le modèle de Bacardi, comme l'est Treading Water, perd tout sa force avec un bon break qu'on ne voudrait pas entendre se terminer en revenant à la simplicité Rock du début.

Matthew Caws, Daniel Lorca et Ira Elliot n'ont pas su innover ou même rester dans la même lignée des deux précédents albums. Trop conventionnels, leurs nouveaux titres se perdent dans les défauts du premier album, ne canalisant pas assez les diverses envies. En outre, il n'est pas impossible que ce The Weight Is A Gift, avec sa pochette presque prétentieuse et le single Always Love, marque le retour du succès pour Nada Surf...

Nada Surf - The Weight Is A Gift

01. Concrete Bed
02. Do It Again
03. Always Love
04. What Is Your Secret
05. Your Legs Grow
06. All Is A Game
07. Blankest Year
08. Comes A Time
09. In The Mirror
10. Armies Walk
11. Imaginary Friends

A découvrir
Muse - Hullabaloo Soundtrack
Muse - Hullabaloo Soundtrack
Coldplay - Parachutes
Coldplay - Parachutes
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State