Nada Surf - Concert à l'Elysée Montmartre 20/11/2005

/ Compte-rendu de concert - écrit par Vincent.L, le 03/12/2005

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Nada Surf - Concert à l'Elysée Montmartre : Past Perfect

Le concert de Nada Surf du 20 novembre 2005 à l'Elysée Montmartre montre un groupe fatigué qui ne propose rien de neuf. La faute certainement à un dernier opus, The Weight Is A Gift, bien en deçà de ce que la formation américaine propose sur The Proximity Effect et Let Go.

En première partie, John Vanderslice offre un Rock agréable teinté d'influences de Grandaddy. Spécificité originale, le batteur joue du clavier en même temps que sa batterie. En invités sympathiques, Matthew Caws et Daniel Lorca viennent chacun participer sur un titre. Passé une bonne demi heure d'installations et de réglages d'instruments, les Nada Surf arrivent sur scène, accueillis très chaleureusement par le public parisien.

Pendant presque deux heures, le groupe enchaîne la quasi totalité de Let Go (Blizzard Of '77, Happy Kid, Hi-Speed Soul, Killian's Red, Fruit Fly, Inside Of Love, Là Pour Ca, Paper Boats, The Way You Were Your Head et Blonde On Blonde), les plus grosses perles de The Proximity Effect (80 Windows, Bacardi et Hyperspace), les titres les plus convainquant de The Weight Is A Gift (Concrete Bed, What Is Your Secret, Imaginery Friends, Do It Again, le single Always Love et Your Legs Grow) et quelques titres de High/Low (Stalemate couplé avec le Love Will Tears Us Apart de Joy Division et le classique Popular en clôture). Comme à la fête de la musique 2005 à la Bastille, Nada Surf se montre plus nerveux, notamment au travers de solos déchaînés. Tout comme au concert de l'Elysée Montmartre de décembre 2002, les titres les plus rock sont ceux qui déclenchent des sauts et des clappements de mains du public. Côté déplaisant, les versions live de In The Mirror et Blankest Year répètent évidemment les mêmes erreurs que sur le dernier album. Trop rarement, le groupe fait des blagues et parle à son public. Sur un Fruit Fly traduit comiquement en français par une certaine Magalie et sur le titre pour enfant Meow Meow Lullaby, le groupe montre la sympathie qu'on lui connait.

Malgré un bon concert, on a la triste impression que les Nada Surf n'ont plus rien à nous dire sur scène, qu'ils ont fait le tour d'eux-mêmes. Le groupe semble vivre dans le passé. Peut-être car ce qu'il propose dans le présent n'a pas la même puissance et originalité. Espérons seulement que l'avenir nous étonnera.

A découvrir
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz
Ill Niño - EP
Ill Niño - EP
Papa Roach - Infest & lovehatetragedy
Papa Roach - Infest & lovehatetragedy