8/10Les Wampas - Concert au Zénith

/ Critique - écrit par Filipe, le 19/05/2006
Notre verdict : 8/10 - Le 'fou chantant' faux (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Concert au Zénith en 2006

Leurs textes sont enfantins et décalés, leurs refrains, faciles à retenir. Pourtant, leur leader s'obstine à les interpréter de travers. Son incompétence au micro, Didier l'assume à 100%. Il en a d'ailleurs fait la marque de fabrique de son groupe. Les Wampas, c'est une association classique guitare - basse - batterie pour une musique de fête sans prétention commerciale. Un rock à l'ancienne, "façon sixties", calibré pour la scène et des concerts embrasés.


Longtemps méconnus du grand public, car ignorés des médias, les Wampas sont de véritables miraculés de la chanson française. Qu'ils existent depuis près de vingt cinq ans relève littéralement de l'exploit. Illustration de ce décalage avec leur nomination aux Victoires 2004 dans la catégorie "Groupe / Artiste révélation scène de l'année" au même titre que Kyo, futurs lauréats. Ce soir-là, la performance des Wampas fut tout bonnement mémorable... "Plaisir, ludisme, vitalité, insolence" : tels sont leurs maîtres mots, le secret de leur longévité.

Jeudi 11 mai - 21h30 : l'agent de la RATP le plus célèbre de Paris aurait été aperçu aux alentours de la station "Porte de Pantin" (ligne 5).

22h15 : Côté spectacle, Didier Wampas ne tient pas en place une seconde. Il marche, court, saute, sautille ou rampe. Le délire total. Sur scène, il se livre à toutes sortes d'excentricités. Il gesticule dans tous les sens, joue de son micro, grimpe sur toutes sortes d'objets, invective la foule. Il le dit lui-même : "Le rock, c'est tout à fond". Avec lui, "ça passe ou ça casse". Ainsi, il n'hésite pas multiplier les farces et attrapes, à slamer, encore et encore, à monter sur une chaise portée à bout de bras par le public, puis sur un bidon type Tambours du Bronx, "parce qu'on est au Zénith et qu'il faut marquer le coup". Et même si cette dernière acrobatie ne lui réussit pas (il tombera la tête la première), le principal est là : la foule est conquise et le fait savoir à coups de "Di-dier-Wampas-est-le-roi". Ce n'est plus un refrain mais bien une réalité. Chaque concert, Didier le prend comme un nouveau départ. Il fait preuve d'un charisme inouï, communique avec la foule comme personne. Et le public chante et danse, inlassablement, reprenant en choeur les refrains qui ont fait des Wampas ce qu'ils sont aujourd'hui. Et même s'il joue mal, et même s'il chante faux, s'il rate ses acrobaties, le public s'en contrefiche. "Didier Wampas est le roi".


Côté chansons, le groupe est en pleine promotion pour son dernier album, Rock'n'roll part 9, ce qui ne l'empêche pas d'entamer son show par un classique : Ce soir c'est Noël. Au rayon des nouveautés, Rimini puis Johnny sont accueillis de façon magistrale. Puis vient l'incontournable Manu Chao aux paroles gentiment provoc'. Qu'il interprète ensuite Vie, mort et résurrection d'un papillon au milieu d'une fosse assise en tailleur autour de lui ou bien J'ai avalé une mouche sur scène et en compagnie d'un jeune supporter (vainqueur d'un concours organisé par Ouï FM), Didier Wampas se montre implacable. Il multiplie les prises de risque. Ainsi, quand vient l'heure du sulfureux Chirac en Prison, l'artiste conclut sur un échange désopilant avec sa fillette : "Et toi, tu voudrais voir Chirac en prison ?" Réponse de l'intéressée : "Nan !" Didier et les siens n'oublient pas leurs fans de la première heure en leur offrant un bel aperçu de leur discographie passée : C'est l'amour (1996), Yeah Yeah (1988), Comme un ange (1992), Les Îles au soleil (1992)... En fin de parcours, tradition oblige, il descend dans la foule et parcourt la salle en embrassant son public, ponctué d'un "Kiss" à chaque bise. Puis, il revient sur scène enchaîner Où sont les femmes et Petite fille, l'occasion de voir débouler une horde de filles de tous âges particulièrement bien intentionnées à son égard. A l'issue du concert, Didier quitte la scène, prend la direction des portes de sortie et s'assoit sur une marche à proximité de la boutique. Quelques spectateurs quittent les gradins et viennent à sa rencontre. Certains s'essaient à des "Didier Wampas Président..." Illustration de cette étonnante familiarité qui le lie à son public.

 

 

Playlist initiale :

A découvrir
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Mano Negra (La) et Manu Chao
Mano Negra (La) et Manu Chao