7.5/10Les Ogres, apprenons à voyager avec eux

/ Critique - écrit par Maat (), le 16/03/2011
Notre verdict : 7.5/10 - C'est ogrement bon ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

Comment je suis devenu voyageur est une invitation à partager l'univers des Ogres, teinté des couleurs de la famille, de l'Amour, du voyage, de la vie en somme. Nous les rejoignons avec plaisir dans ce nouvel album !

Les Ogres de Barback nous reviennent après quatre ans d’attente. Les quatre frères et sœurs voyageurs sont même cinq sur deux chansons de l’album Comment je suis devenu voyageur. En effet, le petit frère, Léo, né alors que les Ogres jouaient déjà, vient se joindre à la petite troupe de la famille Burguière.  Sur ce septième album studio, les Ogres nous invitent à voyager avec eux au travers de seize chansons. Fidèles à leur univers musical, nos musiciens incorporent toutes sortes d’instruments allant des classiques guitare et piano aux plus originaux scie musicale ou duduk, instrument d’Arménie d’où la famille tient ses origines.

« En attendant, chante ta colère ! »

Les Ogres, apprenons à voyager avec eux
Crédit : Pierre Wetzel
Les ogres de Barback nous délivrent des textes touchant toujours à leurs thèmes fétiches. En premier lieu, un constat sur notre société, sans donner de leçon, juste amener des pistes de réflexion dans Graine de Brigand ou encore Elle fait du zèle. Ils nous racontent leur ressenti, tantôt en évoquant cette « jungle qui murmure » pour la première, surnom poétique pour la banlieue, tantôt offrant une diatribe contre la société en abordant ces concepts bourgeois. Le thème de la famille se retrouve dans Le Daron, un hymne à ce père fortement imparfait (et c’est un euphémisme !) mais tout aussi attachant, peut-être aussi dans Ma tête en mendiant qui raconte la séparation délicate et forcée entre deux êtres. Petite fleur nous conte la détresse du père qui doit laisser partir sa fille avec son aimé, dans un chant à moitié en français, à moitié en berbère (on notera d'ailleurs une utilisation de langues étrangères dans plusieurs chansons). L’amour, donc, s’entremêle avec la famille, dans Cœur arrangé, avec l’histoire d’un mariage arrangé, les excuses d’un mari auprès de sa promise. Mais cet amour s’exprime aussi très clairement dans un Entre tes saints, une ode à la femme, son corps et la suggestion de l’acte tout en poésie.
Il faut toutefois une écoute très attentive pour apprécier la poésie qui s'écoule au long des chansons, et pour ne pas passer à côté du fond du discours.

« Si je vis sans remords, je pourrai t’oublier. »

Les Ogres, apprenons à voyager avec eux
Crédit : Fabien Espinasse
Musicalement, les Ogres n’ont pas perdu la main, les instruments s’imbriquent bien et collent parfaitement aux thèmes abordés. La pléthore de style différent ne perturbe pas, ne choque pas, bien au contraire, cela fait partie intégrante de l’univers des Ogres et les chansons s'enchainent comme dans un conte. Une partition de flûte bien pensée par ici, de l’accordéon par là, tout est parfaitement travaillé, principalement emmené par guitare, piano et chant. On retrouve une certaine mélancolie dans Comment je suis devenu voyageur, virage déjà amorcé précédemment, comme l’indiquait Luz dans sa critique de Du simple au néant. Mais on retrouve tout de même la touche qui a fait connaître les Ogres dans le Ska Rock du Daron. L’apparition de nombreuses langues différentes donne une touche folklorique tout autant que musique du monde. L’alchimie prend clairement et nous transporte dans un pays de rêves évoqué dans L’ennui et le jour, avec des mélodies que l’on se prend à fredonner. Mon seul regret est de ne pas avoir trouvé de chanson qui hante mon esprit, qui me poursuit toute la journée comme c'était le cas sur leurs premiers albums.

Cet opus m’a réellement conquis, je l’écoute avec plaisir, et l’on retrouve tout ce qui fait le charme des Ogres de Barback. Je vous donne rendez-vous sur Krinein lorsque j’aurai assisté à leur spectacle, qui promet d’être mémorable tant leur musique se déguste encore plus sur scène.

Les ogres de Barback - Comment je suis devenu voyageur

Les Ogres, apprenons à voyager avec eux
Comment je suis devenu voyageur.
01. Comment je suis devenu voyageur
02. Nos vies en couleurs
03. Entre tes saints
04. Marcelle de Sarcelles
05. Graine de Brigand
06. Je n'suis pas courageux
07. Elle fait du zèle (pauvre France)
08. Ma tête en mendiant
09. Petite fleur
10. J'm'élance
11. Donc je fuis
12. Cœur arrangé
13. Palestine confession              
14. Le daron
15. L'ennui et le jour
16. Non remontant

A découvrir
Merzhin - Adrénaline
Merzhin - Adrénaline
Goulamas'K - Le kri des cigales
Goulamas'K - Le kri des cigales
La Ruda Salska
La Ruda Salska