9/10Koumekiam - A l'aise à l'est

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 11/05/2009
Notre verdict : 9/10 - Zvon de l'est (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 4 réactions

Koumekiam est un slammeur lyonnais aux accents rock et chanson, perdu quelque part entre la France et l'Europe de l'Est. Beau mouvement pour un premier essai.

Dans un souci de compréhension de nos chers lecteurs, il est impératif d'introduire d'entrée Koumekiam en tant qu'artiste lyonnais, artiste du reste aux multiples talents puisqu'il est auteur, compositeur, chanteur, slameur et comédien. Il est aussi primordial de signaler qu'il a 30 ans et qu'il a derrière lui un grand nombre de concerts, des petits bars lyonnais aux plus grands festivals français comme les Café clopes
Café clopes
Francofolies ou le Printemps de Bourges. Mais ce qui est surtout essentiel, c'est de parvenir à classer, à cloisonner la musique qu'il écrit et interprète. Heureusement nous ne sommes pas les premiers et déjà la presse l'a rangé bien comme il faut. Koumekiam fait de la chanson slam, il en fait même d'ailleurs une chanson tout en slam, une chanson qu'il appelle Chanson/slam. Mais chanson/slam, ça veut dire quoi ? Sans doute du slam comme sur Intermittent, sans doute de la chanson, comme Maman qui rappelle la Rue Ketanou ou les Tit'Nassels. Pourtant la catégorie est véritablement trop étroite pour Koumekiam. C'est le Far West qui pointe son nez sur Intermittent, l'Europe de l'Est sur Boum bam bim ou le rock sur Jamel il est drôle ou Le grand manège. Finalement Koumekiam c'est de la bonne musique à tous les niveaux.

On s'en bat les reins d'être chanson/slam !

Mais Koumekiam c'est du slam et le slam c'est redonner la place aux mots pour revenir à l'essence même de la parole. Les mots, il joue avec, les enchaîne à 100 à l'heure ou plus calmement. Il nous parle, il vous parle d'amour, de religion et de travail (Le grand manège), mais aussi de sujets plus polémiques, plus politiques. Le statut d'intermittent se voit réserver une chanson, des instants de galère à la perte Mur du son
Mur du son
des idéaux, comme une évolution logique. Koumekiam est franchement plutôt à l'aise à l'est. C'est le titre de son album mais c'est aussi, comme on dit, l'histoire d'une découverte, la découverte d'un pays qui a souvent mauvaise presse en France : la Roumanie. C'est au cours de projets d'ateliers de théâtre et de musique en Roumanie qu'il choisit de s'y installer pour un an et qu'il commence l'écriture de chansons : il n'a alors que 21 ans. Il lui en reste bien évidemment un amour pour le pays et la langue, et une chanson Boum bam bim. Mais surtout on sent l'influence de l'est dans Vartan, l'histoire d'un Arménien qui déserte l'armée et l'Arménie pour partir à l'ouest, atterrir en Russie avant de débarquer en France et de se voir refuser sa demande d'asile. Un sujet d'actualité. L'actualité toujours avec Jamel il est drôle, un texte incisif sur le racisme et la différence entre ce Noir qui nage pour venir en France et Jamel l'humoriste.

Le slam de Koumekiam n'est pas né dans une cité parisienne et de ce fait, il propose d'autres sonorités que celui des stars du genre comme Grand Corps Malade ou Abd El Malik. Koumekiam ose la rencontre entre le rock, la chanson qu'elle vienne de France ou d'Europe de l'Est et le slam. S'il fallait trouver un point négatif, ce serait bien sûr la longueur de A l'aise à l'est qui peine à dépasser les 22 minutes. Mais Krinein vous reparlera sans doute bientôt de Koumekiam.

Koumekiam - A l'aise à l'est

01. Chanson/slam
02. Intermittent
03. Le grand manège
04. Maman
05. Vartan
06. Boum bam bim
07/08. Jamel il est drôle
09. Il a 12 ans

A découvrir
Aldebert - Interview
Aldebert - Interview
Dionysos - Western sous la neige
Dionysos - Western sous la neige
Bratisla Boys - Stach Stach
Bratisla Boys - Stach Stach