6/10Jacno - Tant de temps

/ Critique - écrit par juro, le 15/05/2006
Notre verdict : 6/10 - Peu de temps (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Son air détaché et sa voix intensément masculine ne sauraient laisser présager que - pour ceux qui ne le connaissent pas - Jacno fait partie de la génération des
années punk 1970-1980. Après avoir quitté les Stinky Toys, l'homme au grain de beauté sous l'oeil droit s'est lancé dans une carrière solo orienté pop, précurseur de ses fameuses touches électroniques qui s'intègrent désormais dans de nombreuses compositions d'artistes plus récents. Quatre ans après fait paraître son French Paradoxe, le dandy nous revient toujours aussi irrévérencieux et libertaire avec Tant de temps.

Le petit monde de la pop internationale s'est côtoyé sur cet album pour aider le maître. On y retrouve Stereo Total et Etienne Daho pour un coup de main vocal et les guitares de Thomas Dutronc et Paul Personne. Jouant des mots comme des sons, Jacno pose sa voix profonde sur des mélodies simples, réduites à une sorte de minimalisme à la fois doux et étrange. Jamais bien simple de savoir dans quel monde l'interprète veut nous emmener car les thèmes passent du tout au tout sans transition notoire. Amateur de rimes, Jacno s'inspire indéniablement d'histoires proches des siennes et de contes extraordinaires pour mettre en valeur son phrasé somme toute assez lent. La pop n'est pas fluette, les mots glissent sur des airs de piano ou des guitares.

Titres pop par excellence, l'ensemble de l'album tourne autour de la personnalité que Jacno a déjà développé lors de ces précédents albums. Si je te quitte ou Tant de temps laissent apparaître des beats propres à l'interprète qui se retrouve en
terrain connu. Joie éphémère d'un vampire assoiffé d'amour (L'homme de l'ombre), délices éthyliques bordelais (T'es mon château) montrent l'expérience du verbe et de la prose de Jacno. Mais l'artiste est aussi capable de dévoiler des titres sans courbette et avec même de l'irrévérence à contre emploi de la pensée commune (Le sport, Les amants, les clients). Titre tiré du film éponyme, Code 68 n'est qu'un extrait du reflet du thème principal de Tant de temps, à savoir la personnalité de Jacno elle-même. En revenant sur des expériences personnelles (Tous ces mots-là, Baiser empoisonné, Avec les yeux), l'artiste donne l'impression de réaliser un bilan fait de silence et de réflexion. La nostalgie se dégageant de l'album donne l'impression que l'artiste cherche à se redonner une identité, à explorer toujours un peu plus profondément ses pensées mais avec moins d'intensité qu'il ne l'a fait. Bien dommage.

Il manque un petit quelque chose supplémentaire pour faire de cet album un bon opus, peut-être un peu d'originalité et moins de nostalgie. Jacno a su faire évoluer sa musique au goût actuel tout en restant lui-même mais Tant de temps ne convainc pas toujours dans son intégralité.


Jacno - Tant de temps

01. Tous ces mots-là (feat. Françoise Cactus)
02. Le sport
03. Tant de temps
04. T'es mon château
05. L'homme de l'ombre
06. Les amants, les clients
07. Si je te quitte
08. Avec les yeux
09. Baiser empoissonné
10. Mars rendez-vous (feat. Stereo Total)
11. Code 68

A découvrir
Mind the Step - 4 titres
Mind the Step - 4 titres
Stereotypical Working Class - Illusions
Stereotypical Working Class - Illusions
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue