9/10Godinho (Sérgio) - De Volta ao Coliseu

/ Critique - écrit par Filipe, le 09/10/2005
Notre verdict : 9/10 - I Feel Godinho ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 7 minute(s) - laisser un commentaire

Trente-quatre ans de carrière. Vingt-trois disques, dont seize originaux. Même si sa formation d'acteur l'a conduit à participer à divers longs métrages, pièces de théâtre et autres séries télé au cours de sa longue carrière, Sérgio Godinho est avant tout un compositeur mémorable, doublé d'un excellent poète. Ses chansons ont toutes été écrites avec la même rigueur et la même passion des lettres. Il fabrique depuis toujours ses propres métaphores, ses propres comparaisons, ses propres jeux de mots. Son don pour l'écriture, allié à sa vision avant-gardiste de la musique, est à l'origine de cette invraisemblable discographie qui figure au bas de cet article. Proche des hautes sphères du rock, le son qu'il y propose est néanmoins teinté de cette douceur et de cette mélancolie, qui caractérisent la musique portugaise de façon générale. Le public ne s'y est jamais trompé, en répondant présent à chacune de ses apparitions. Y compris pour ce retour au "Coliseu", l'une des plus grandes salles de la capitale lusitanienne.

Sérgio Godinho enregistre ses deux premiers albums (Os Sobreviventes en 1971, Pré-Histórias en 1972) hors de son pays natal. Une manière comme une autre de dire non à la dictature et aux guerres coloniales. Il faudra attendre la Révolution des oeillets de 1974 et la libération du pays pour qu'il revienne auprès des siens et enregistre certains de ses titres les plus célèbres : parmi eux, O Primeiro Dia en 1978, Com Um Brilhozinho Nos Olhos, É Terça-Feira et Espalhem a Notícia en 1980. Pour son album Coincidências paru en 1983, il collabore avec les plus grands musiciens brésiliens du moment : Chico Buarque, Ivan Lins et Milton Nascimento. Il multiplie les tournées au Portugal et dans le monde entier. Pour étancher sa grande soif d'écriture, il compose une foule d'autres albums : Salão de Festas en 1984, Era Uma Vez Um Rapaz en 1985, Na Vida Real en 1987 et Aos Amores en 1989. Au début des années 90, il se retrouve à l'origine d'une série télévisée (Luz na Sombra), portant sur les métiers de la musique. Il s'essaie même à la réalisation de petits films (Ultimactos), produits par la première chaîne portugaise. Il compose encore deux albums : Tinta Permanente en 1993, puis Domingo no Mundo en 2000. Qu'elles aient lieu au théâtre Rivoli de Porto, au théâtre St Louis, au Ritz Club ou au Colisée de Lisbonne, ses prestations scéniques sont immortalisés par trois disques de légende : Escritor de Canções en 1990, Noites Passadas en 1995 et Rivolitz en 1998. Sur Irmão do meio (2003), il partage quinze de ses plus grands succès avec plusieurs amis du milieu artistique : parmi eux la sublime Teresa Salgueiro, l'inusable Caetano Veloso, le talentueux David Fonseca et les irremplaçables Xutos e Pontapés.

Une carrière bien remplie donc, qui pousse certains à comparer Sérgio Godinho au célèbre vin de Porto : du haut de sa soixantaine d'années, chacun de ses gestes, chacune de ses paroles ou de ses mélodies le font paraître plus jeune. Chaque fois qu'il apparaît en public, il continue de le surprendre. Les gens se lèvent, applaudissent et dansent, si la salle le permet. On l'interpelle de toutes parts. On lui commande ses plus grands succès. D'ailleurs, le titre As Horas Extraordinárias ("Les Heures Extraordinaires"), qui ouvre ce concert du Colisée, est un hommage symbolique à l'ensemble de sa carrière. Pour le second titre, Visita Guiada, Sérgio Godinho est secondé au micro par la charmante Sara Côrte Real, qui insuffle à ce morceau une sensibilité toute féminine. O Galo É O Dono Dos Ovos et O Charlatão conduisent ensuite à l'excellent Ela Tinha Uma Amiga ("Elle Avait Une Amie"), interprété par un duo Sérgio Godinho - Camané fonctionnant à la perfection. Camané est, avec Carlos do Carmo, l'un des rares hommes à lutter contre l'aura des héritières d'Amália, la grande diva du fado. S'en suit le très saillant O Elixir Da Eterna Juventude ("L'Elixir De La Jeunesse Eternelle"), sur lequel on surprend le chanteur s'essayant au rap. Avec un jeu de lumières en sa faveur, on le croirait presque aguerri en la matière. A croire qu'il a finalement été en mesure de percer le mystère de la jeunesse éternelle ! Puis c'est au tour du très poétique, et néanmoins très applaudi, Espalhem A Notícia ("Propagez La Nouvelle"). L'émotion se lit encore davantage sur les traits de l'artiste pour l'exécution du très "guitaresque" A Última Sessão ("La Dernière Session"). Coiffé de son sempiternel béret, Vitorino apporte tout son charisme pour dresser ensuite le portrait d'un certain Barnabé. Com Um Brilhozinho Nos Olhos est l'une des balades les plus abouties de l'artiste. C'est également l'une des plus célèbres. Sur Benvindo, Sr. Presidente ("Bienvenue, M. Le Président"), Sérgio Godinho se rappelle à ses bons vieux souvenirs de théâtre, en se glissant dans la peau d'un odieux dirigeant. Les dernières secondes du morceau laissent transparaître l'enthousiasme et le talent de ses "Assessores", entendez les musiciens qui l'entourent depuis plusieurs années. Parmi eux se distinguent tout particulièrement le guitariste Nuno Rafael et le batteur Sérgio Nascimento. Suite au très jazzy Lisboa Que Amanhece ("Lisbonne, qui se lève"), Sérgio Godinho reçoit son troisième et dernier invité en la personne de David Fonseca, l'ancien leader du groupe Silence 4. Ensemble, ils interprètent l'excellent Um Tempo Que Passou ("Une époque révolue"), un morceau qui prend ici toute sa dimension, puisqu'il réunit sur scène une vedette incontestée et l'un des plus grands espoirs de la chanson portugaise. A noter la différence de style vestimentaire entre les deux musiciens...

S'en suit le titre Liberdade ("Liberté"), un chant révolutionnaire entonné à l'américaine, composé suite au renversement du régime fasciste de 1974. Traduction du refrain : "On ne pourra vraiment parler de liberté que lorsqu'il y aura la paix, du pain, des logements, la santé, l'éducation ; On ne pourra vraiment parler de liberté que lorsqu'on aura la liberté de changer les choses et de décider ; Quand le peuple pourra disposer de ce qu'il produit." Le temps règlementaire s'achève sur le divertissant Coro Das Velhas, qui requiert à nouveau la pleine participation du public. Le temps d'un petit aller-retour en coulisse, Sérgio Godinho aborde alors la période compensatoire par son imparable O Primeiro Dia ("Le Premier Jour"), dont les premières notes provoquent l'exaltation de la foule. Enregistré en 1978, ce titre demeure à coup sûr l'un de ses plus grands succès d'artiste. Il y divulgue notamment son célèbre commandement : "Hoje é o primeiro dia do resto da tua vida". Traduction : "Aujourd'hui, c'est le premier jour du reste de ta vie". Le temps d'un clin d'oeil aux chants populaires des bals d'été avec Quatro Quadras Soltas, Sérgio Godinho entame alors un autre monument de sa discographie : A Noite Passada ("La Nuit Passée"), une chanson d'amour écrite en 1972, qui prend peu à peu la forme d'un vaste témoignage de sympathie à l'égard du public. Un public qui a su répondre présent, une fois de plus. Immortalisé en DVD, ce retour au Colisée de Lisbonne est un spectacle pour tous les goûts, qui réunit à la fois les fans de la première heure et les plus jeunes d'entre eux. Un événement qui réunit dans un même élan d'enthousiasme parents et enfants autour des mêmes morceaux, des mêmes accords. Des chansons parfois vieilles de plus de trente ans (et remaniées pour l'occasion) : la plus ancienne, O Charlatão, figure sur son tout premier album paru en 1971, Os Sobreviventes.

Le support DVD retranscrit assez bien l'atmosphère de ces grandes retrouvailles en famille et cette proximité entre l'artiste et son public. Autour de lui, guitaristes, bassistes, percussionnistes, trompettistes, saxophonistes et autres vocalistes rivalisent de talent. L'Artiste a une fois plus vaincu le Temps. Ses chansons n'ont pas pris une ride. Entouré de ses "Assessores", Sérgio Godinho est sans nul doute l'un des plus grands artisans du renouveau de la scène portugaise. En prime, il est une sorte de trait d'union entre tous les artistes à succès du moment (ceux qu'il désigne comme étant ses Irmãos do Meio) : Rui Veloso, David Fonseca, Teresa Salgueiro, Camané, Vitorino, Jorge Palma, Carlos do Carmo, les Xutos e Pontapés, les Clã et autres Da Weasel... Pour les besoins de ce concert, il n'a d'ailleurs pas pu s'empêcher d'inviter trois d'entre eux à monter sur scène, pour un ensemble d'une grande variété... même si le thème de l'amour n'est jamais bien loin. Mais après tout, n'est-ce pas là la seule et unique raison de vivre de ce DVD ?

Discographie de Sérgio Godinho :

1971 - Os Sobreviventes
1972 - Pré-Histórias
1974 - À Queima-Roupa
1976 - De Pequenino Se Torce O Destino
1978 - Pano Cru
1979 - Campolide
1980 - Canto da Boca
1980 - Kilas o Mau da Fita
1983 - Coincidências
1984 - Salão de Festas
1985 - Era Uma Vez Um Rapaz
1987 - Na Vida Real
1988 - Sérgio Godinho Canta com Os Amigos do Gaspar (contes pour enfants)
1989 - Aos Amores
1990 - Escritor de Canções (live)
1993 - Tinta Permanente
1995 - Noites Passadas (live)
1997 - Domingo no Mundo
1998 - Rivolitz (live)
2000 - Lupa
2001 - Afinidades
2001 - Biografias do Amor
2003 - Irmão do meio

A découvrir
Silence 4 - Silence Becomes it
Silence 4 - Silence Becomes it
Java - Hawaï
Java - Hawaï
Alizée - Mes courants électriques
Alizée - Mes courants électriques