7/10The Fratellis - Costello Music

/ Critique - écrit par juro, le 23/01/2007
Notre verdict : 7/10 - Fraternels Fratellis (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Quand une bande de frangins écossais se met à faire du rock garage plein d'enthousiasme et d'énergie, on peut d'ores et déjà s'attendre à retrouver une
galette aux sons festifs et emballants. C'est le cas des Fratellis et de leur opus Costello music à travers lequel une bonne dose de rock bien trempé officie avec une tendance vintage pour les seventies comme le laisse supposer la pochette de l'album.

Du rock efficace, en voilà à la pelle. Sans tomber dans la copie des groupes actuels, les trois frères Fratelli ooffrent un son épuré, simple, sans bidouillage quelque qu'il soit. Acoustique ou électrique, les écossais rendent un hommage appuyé de très bonne facture à travers leurs treize titres. Si Henrietta possède tous les attraits du single avec son refrain facile, Flathead et son petit pop (la-la-la et clappements de main à gogo) frappe à la porte pour rappeler d'emblée que le groupe est imprégné d'une forte culture de l'époque de T-Rex. Petite pépite en son genre, Whistle for the choir est une petite balade tout à fait dans l'esprit d'un groupe de l'époque avec sifflotement à la clé. Malgré tous ces clichés de la pop, le son sonne et résonne profondément, devenant prenant comme le confirme l'excellent Chelsea Dagger. Et encore une fois, comme sur la pochette, le petit ton des paroles très rétro semble faire des jeunes hommes fait la part belle aux rencontres délurées avec de charmantes demoiselles. Vous avez dit rétro ?

Brut de coffre, brut de pomme. The Fratellis enchaîne les titres à toute vitesse avec une énergie bluffante. Le ton léger et foncièrement amusant des titres aguichent bien au point que la tête est immanquablement pris d'un hochement
irrémédiable. Et même si les paroles ne volent pas très haut, cette ambiance rock garage réussie tant elle est rare à retrouver. Et même si la comparaison à des groupes comme les Arctic Monkeys ou Clap Your Hands and Say Yeah pourra paraître inévitable avec un titre comme Creepin up the backstairs, la qualité du band des Fratellis devrait percer outre avec ce côté festif affirmé allant jusqu'à l'utilisation de cuivres sur Cuntry boys and city girls. Leur son énergique possède plus la tonalité d'un Blur ressuscité même si Jon Fratelli ne sera jamais Damon Albarn par une voix désespérément trop peu marquée.

Pas vraiment comparable aux groupes anglophones ayant débarqué depuis quelques années en masse, les écossais profitent d'un créneau dont le plus proche représentant s'avère être américain, Kings of Leon. Costello music, un bon petit album pour lancer 2007.


The Fratellis - Costello music

01. Henrietta
02. Flathead
03. Whistle for the choir
04. Chelsea dagger
05. For the girl
06. Doginabag
07. Creepin up the backstairs
08. Vince the loveable stoner
09. Everyboday knows you cried last night
10. Baby Fratelli
11. Got ma nuts from a hippy
12. Ole black'n'blue eyes

A découvrir
Blur - Think Tank
Blur - Think Tank
Lovage - Music to Make Love to your Old Lady by
Lovage - Music to Make Love to your Old Lady by
Blur - Best of
Blur - Best of