8/10Childhood home, l'album de Ben Harper en duo avec sa maman Ellen

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 02/05/2014
Notre verdict : 8/10 - Bonne fête à toutes les mamans (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Ben Harper n'a pas qu'un joli chapeau et une jolie guitare, il a aussi une maman qui manie elle aussi très bien l'instrument !

Hasard du calendrier, la semaine dernière, nous vous parlions de Didier Wampas qui sortait un album avec sa compagne et ses enfants sous le nom de Sugar & Tiger. Cette semaine c'est à nouveau une histoire de famille qui nous intéresse puisque Childhood home est la conséquence d'un mariage presque incestueux entre Ben Harper et sa maman Ellen.


DR.

S'il fallait se pencher sur la genèse de ce projet, on rencontrerait vite deux parents certes distants dans le temps mais d'égale importance. Il y aurait, en effet, dans un premier temps le Folk Music Center and Museum créé par les grands-parents de Ben, véritable laboratoire pour la famille Harper et de nombreux artistes. Et, dans un deuxième temps, le Grammy du « Meilleur album de blues » de Ben Harper pour Get up ! réalisé avec Charlie Musselwhite. Le rejeton de ces deux parents est un album folk, soul et blues interprété de façon acoustique par Ellen et Ben Harper qui ont écrit respectivement 4 et 6 des 10 titres.

De ce Childhood home se dégage une atmosphère de quiétude et de plénitude, expérience zen et support idéal pour une décompression toute en douceur. Ici rien ne vient heurter l'oreille, des voix, aussi bien féminine que masculine, caressantes et reposantes (Heavyhearted world), aux instruments qui, en quelques touches douces, construisent un cocon immaculé, tissé dans la nostalgie d'une enfance heureuse et musicale (City of dreams). Évidemment il est souvent délicat de naviguer sur le fil ténu qui traverse l'effrayant canyon de l'onctuosité sirupeuse et Born to love you est très proche de sombrer dans le moelleux abîme de la mièvrerie mais s'en extirpe avec difficulté. Dans cette mer d'huile où seules quelques vaguelettes se brisent contre le rivage, Farmer's daughter brille comme un phare qui, pour une fois, ne signale pas un dangereux récif mais proclame l'amour de la folk music par la grâce, évidemment, d'un banjo toujours aussi musicalement connoté.

Que les énervés du bocal, les adeptes du pogo, les fanatiques du dancefloor passent leur chemin, Childhood home sera plutôt le disque d'une soirée à deux, à cocooner au pieu ou, à la limite, celui d'une soirée entre potes au bord du feu, une bière à la main en se souvenant du bon vieux temps, ce temps qui s'évanouit inévitablement dans les mémoires.

Point fort : paisible et tranquille

Point faible : paisible et tranquille

En écoute A house is a home

Ben & Ellen Harper – Childhood home

01. A house is a home
02. City of dreams
03. Born to love you
04. Heavyhearted world
05. Farmer's daughter
06. Memories of gold
07. Altar of love
08. Break your heart
09. Learn it all again tomorrow
10. How could we not believe

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites