7.5/10Astonvilla - De jour comme de nuit...

/ Critique - écrit par juro, le 23/08/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Premier League (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Depuis leur dernier album succès Strange, Astonvilla comptait réattaquer de plus belle avec De jour comme de nuit en se basant sur ce son qui emprunte au plus grandes heures du rock anglophone et sur lequel se couche des textes français travaillés pour les meilleures d'entre eux. Entre gros riffs de guitare pour des refrains percutants et mélodie accrocheuse, Astonvilla n'a perdu ni sa verve ni son inspiration musicale pour remettre le couvert avec une bonne dose de résonances dans les oreilles une fois la première écoute passée. Autant le dire tout de suite, les quatre hommes du groupe confirment une fois de plus leur potentiel sur ce nouvel album avec les mêmes arguments qui ont fait le succès des précédents mais avec une version un poil plus agressive. Cependant, le groupe s'est renouvelé et seuls restent les deux membres à l'origine de la création du groupe, Frédéric Franchitti et Jean-Baptiste Mory, mais le casting pour la nouvelle composition du groupe est de qualité...

I want to play rock music

Après un bref hommage aux influences rock qui a bercé la jeunesse du groupe (passant de Serge Gainsbourg à Radiohead) sur Rock music dont le rythme entêtant en fait un morceau défouloir, De jour comme de nuit prend toute son ampleur avec Regarde-moi qui marque par son texte fort appuyé par un refrain entraînant. Le morceau de qualité est très justement choisi pour devenir le premier single de l'album. Petit à petit, l'impression qui se dégage de l'album est que celui-ci se construit autour de textes dont le thème principal reste les rapports hommes/femmes et tout ce qu'il s'ensuit. Une pointe acide en plus par rapport à Raisonne par exemple... Parallèlement, des titres plus calmes aux sonorités de guitare acoustique se succèdent comme Lézard ou Ma blonde donnant un mélange d'ambiance balançant entre pop lancinante et rock plus brut. La majorité des titres reprennent une base rock classique mais avec quelques surprises comme quelques touches de piano sur Champagne.

De jour comme de nuit, titre de l'opus se veut énervé, haletant, déclamé dans un phrasé parlé à la manière de Serge G. avant de s'envoler dans un refrain en continu et de se finir à bout de souffle. L'ensemble de l'album sert une nouvelle fois à mettre en valeur le grain de voix de Frédéric Franchitti à l'aise dans la quasi-totalité des registres interprétés et poser quelques piques engagés (Italie notamment). A retenir le bon Coming out. Astonvilla évite le piège de tomber dans le phénomène de mode musicale actuelle et propose un album dans la continuité de Strange, les amateurs apprécieront...

Le groupe au nom synonyme de club de football anglais s'évertue à proposer un album de qualité aux ambiances différentes, où les styles les plus divers se côtoient, à l'image de leurs influences décrites dans le premier titre. Dans la lignée des précédents opus, Astonvilla parvient tout de même à se renouveler avec un ton foncièrement plus rock. Un travail de bonne facture sans réelle surprise mais qui s'écoute avec plaisir.

Astonvilla - De jour comme de nuit

01. Rock music
02. Regarde-moi
03. Un homme bien
04. Lézard
05. Coming out
06. Ma blonde
07. Tête de lune
08. Croiser le fer
09. Champagne
10. De jour comme de nuit
11. Italie
12. Soldier
13. A vendre

A découvrir
Cradle of filth
Cradle of filth
Eminem - The Eminem Show
Eminem - The Eminem Show
Muse - Origin of Symmetry
Muse - Origin of Symmetry