Astonvilla - Concert à l'Elysée Montmartre

/ Compte-rendu de concert - écrit par juro, le 01/12/2005

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Par ce froid début de soirée, Sky compte nous réchauffer en ouvrant le bal. Armée de sa guitare acoustique et d'un sourire à toute épreuve devant une salle pas encore très attentive. Avec ses airs et ses paroles minimalistes, la jeune femme
parvenait tout de même à trouver un accueil sympathique devant un public plutôt impatient de retrouver l'affiche de la soirée. A son crédit, une reprise d'Hallelujah de Leonard Cohen et beaucoup de bonne humeur pour essayer d'évacuer un stress visible. Elle se débrouille bien, prend du plaisir sur scène et le communique sans hésiter, récoltant quelques applaudissements au passage. Dans la sobriété et avec un ton intimiste, Sky s'en va même vers des horizons rappelant plus ceux de Jack Johnson avec des « Aloha ». On accroche plus ou moins, on écoute plus ou moins, on attend. Un petit set plus tard, l'ambiance n'est plus la même...

Il était dit que ce concert d'Astonvilla devait faire du bruit. Cette date parisienne, la dixième de la tournée de De jour comme de nuit invitait à voir Fred et ses compagnons se produire dans la - toujours - très bonne salle de L'Elysée Montmartre. Devant un public chauffé à blanc et profondément attentif à la moindre parole à son égard, les autres membres du groupe ont donné leur plein potentiel pour fournir un spectacle de qualité avec une première partie de set acoustique. Le leader charismatique du groupe fait déjà son show en fixant au plus profond des yeux les premiers rangs lors des intro avant de lancer son regard à l'horizon. Bougeant beaucoup sur scène, il est l'opposé total de ses compères assez figés sur leurs positions. Avec des titres comme Soldier (applaudi massivement lors d'un passage bien précis) ou Ma blonde, la salle commence à tanguer relativement bien. Le public hurle à se casser la voix, répondant présent à chaque mot de Fred qui se contredisait avec quelques déclarations qu'il nous avait faites lors d'une interview.


La partie électrique du set fut véritablement lancée avec Rock music et Coming out. Le bondissant chanteur saute d'un bout à l'autre de la scène, l'autre quasi-intégralité de l'album y passe avec pas mal d'électricité dans l'air. Les interprétations valaient le coup de se déplacer notamment sur Croiser le fer ou Champagne mais c'est bel et bien De jour comme de nuit haletant, transpirant et encore plus agréable que sur disque qui mettait vraiment tout le monde d'accord, le groupe soignant sa sortie dessus avec des solos pour chacun d'excellente facture. A noter, quelques titres de Strange en plus et une reprise non identifiée au programme puis le rappel bouclait cette soirée. Mais...

Une longue ovation de dix minutes plus tard, le groupe revenait pour interpréter Raisonne en acoustique. Généreux, le public et les deux membres du groupe faisaient communion en échangeant les paroles. Un titre et... c'est tout. Même si ce ne fut pas assez pour un certain nombre de fans auto déclarés présents à mes côtés... Astonvilla certifie sa réputation d'être un groupe de scène avant tout et son bon rapport avec un public comblé (ou presque) ne pourrait que laisser persévérer d'une tournée à l'instar de ce concert : salle pleine, hurlements, interpellations du groupe et communication basée sur l'échange de bons propos. Plaisant.

A découvrir
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Mushroomhead - XX
Mushroomhead - XX
Ill Niño - EP
Ill Niño - EP