Alec Empire, Nine Inch Nails - Concert aux Arènes de Nîmes - 28/07/2009

/ Compte-rendu de concert - écrit par nazonfly (), le 25/08/2009

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 13 réactions

1989-2009 : Wave goodbye. Dernière tournée de Nine Inch Nails ou pas ? Review du concert aux Arènes de Nîmes.

Trois semaines après le concert de Metallica, nous voilà revenus aux Arènes de Nîmes pour la tournée "Wave Goodbye" de Nine Inch Nails. Une tournée d'adieu pour le groupe créé en 1988 par Trent Reznor, seul compositeur et seul membre permanent du projet. Les spéculations vont donc bon train sur l'avenir du groupe. Le concert de Nîmes semble être tout simplement le dernier en terre française.

Empire mécanique

A l'entrée des Arènes, la foule n'est pas au rendez-vous : quelques centaines de personnes attendent sagement. Rien à voir avec le concert de Metallica ! D'ailleurs les Arènes sont à moitié vides quand commence le show d'Alec Empire. Dès la première seconde, la voix criarde de l'ex-Atari Teenage Riot vrille les tympans : le son est monstrueusement et désagréablement fort. Les bouchons d'oreille sont donc de rigueur. Atari Teenage Riot a marqué le monde de la musique avec son digital hardcore, enfant malsain né de l'union du métal, du punk, de la noise et de la techno. Créé en 1992, le groupe s'arrête en 2001 suite au décès de Carl Crack. Alec Empire continue donc sa route en solo, assisté de Nic Endo. Le couple ouvre la voie à Trent Reznor dans un show ultra-minimaliste : la musicienne est derrière ses machines, ne bougeant presque pas tandis le chanteur, tout de noir vêtu, hurle et crie, bouge vaguement sur la trop grande scène, prend un rapide bain de foule. Simple à outrance. Seuls quelques lights et quelques jets de fumée meublent la scène, mais ils sont apparemment testés pour le set de Nine Inch Nails ! La musique bruitiste et violente donne un aspect terriblement bordélique au concert. La voix hurlante d'Alec Empire se brouille, se noie presque dans la lourdeur des frappes massives des machines. Même la fosse semble un peu perdue par cette décadente architecture sonore. Seules les reprises de Atari Teenage Riot (No remorse, Destroy 2000 years of culture, Revolution action) font remuer le public et le préparent à la venue de Nine Inch Nails.

Mieux que des cils de 3 mètres

La nuit tombe, la fumée tente, tant bien que mal, d'investir la scène et de rendre l'atmosphère brumeuse et inquiétante. Traversant le brouillard et la nuit comme un Conan des Âges Farouches, le très bodybuildé Trent Reznor surgit sur le devant de la scène et entame Home de l'album With Teeth. La setlist réunit d'ailleurs des morceaux d'à peu près tous les albums de Nine Inch Nails de Broken à The Slip, en passant par l'inévitable The Downward Spiral. La mise en bouche est plutôt lente, même si le son est vraiment nickel. On est loin d'Alec Empire. Côté scène, le concert est tout simplement parfait, même si on peut regretter l'absence de  certains titres comme "Closer" ou "Terrible Lie" ainsi que l'absence de communion avec le public : Trent Reznor n'adresse quasiment par la parole à son audience, sans doute trop pris dans le concert. Les titres se suivent et se combinent pour créer une ambiance fantastique sous des lumières stroboscopiques. Mais ce sont surtout les derniers morceaux qui sont un délice pour les oreilles : "Mr Self Destruct" avec sa lourde rythmique d'intro suivi par l'enchaînement "Echoplex", "The hand that feed", "Head like a hole". Le concert s'achève sur un magnifique "Hurt" plus proche de la version de Johnny Cash que de l'originale : Trent Reznor nous semble à fleur de peau et la foule écoute presque religieusement la belle voix du chanteur. Mais c'est presque la seule chanson sur laquelle le public est vraiment à sa place, car étrangement l'assemblée est terriblement molle. Les tribunes restent majoritairement assises jusqu'au final. Pourtant la musique de Nine Inch Nails est propre à faire se lever les foules, ça n'est malheureusement pas le cas dans la cité aux crocodiles.

Les Arènes de Nîmes auront donc vu en peu de temps deux concerts tout simplement exceptionnels. Nine Inch Nails aura rendu une copie très propre avec un son aux petits oignons et une setlist presque parfaite. Seul le public n'aura pas été à la hauteur d'un tel événement.

A découvrir
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Static-X - Machine
Static-X - Machine
Pearl Jam - L'intégrale
Pearl Jam - L'intégrale