7/10Zurribanda - La Mala Hora

/ Critique - écrit par Val Lazare, le 17/10/2003
Notre verdict : 7/10 - There is no ibanda...it's just a tape (air connu) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Zurribanda présente La Mala Hora. Dans une cité de ruines plombée par un ciel en feu, un oiseau prend son envol. Après un premier album autoproduit La Casa De Tocame Roque, mine de rien écoulé à plus de 3000 exemplaires, La Mala Hora prend des airs de deuxième naissance pour le band poitevin.
Une deuxième naissance, possible, sûrement pour un monde meilleur. En tout cas, In Utero semble nous guider dans cette direction. 45 secondes d'une rythmique simple qui s'accélère, coeur qui bat encore et encore pour éclater sur Llego La Ley. Zurribanda y est et nous montre ce que le groupe a dans les tripes. On frôle immédiatement le ska et le rock festif, avec une petite pensée pour la Mano Negra et les Béruriers Noirs, influence assumée par les Zurri. Bon sang, c'était la fin des années 80, les années 90, ces deux groupes avaient réussi à créer un style, donné un visage au rock alternatif français avec dans un tout autre genre les Noir Dez. Mais bref, depuis, toute une chiée de groupes s'étaient plus ou moins inspirés de ces deux groupes ou essayer de récupérer le son latino de la Mano, sans vraiment convaincre. Et là on y est, le son coule tout seul, servi par un chant en grande partie hispanique tout à fait honorable.
Zurribanda ne désarme pas et leur croisière s'amuse sur un Love Boat à l'intro planante, guitare et piano s'accordant sur un rythme rêveur, rappelant le son plus qu'agréable des Pink Martini. La machine s'emballe alors sur El Rebolcon et on repart sur une rythmique ska, clavier et cuivre entêtant, le chant s'autorise de petits trémolos pour donner à la sauce une saveur tragique, reprise sur la déprimante et réussie Mala Hora.
Les huits bonhommes du Zurri montrent qu'ils ont plus d'une corde à leur arc et orchestrent un mélange d'influences assez bluffant que ce soit sur Conchita avec une intro au piano tant grésillante que barrée, accompagnée d'un chant en français rien moins que saisissant ou sur la très salsa No Hay Paso. Clavier, trompette, saxo et djembés s'échinent sur chaque compo à faire monter la température quand la formation classique guitare, basse, batterie se permet deux trois rush alternatifs sur le pont bluffant de Mala Haya (consternante cette rupture, bravo !) ou pour un Bad People saturé.

Voilà, une jeune groupe prend son envol. Zurribanda, grosse formation (on imagine la capacité du groupe en live), a pris le risque d'un premier album faisant la somme de leurs nombreuses influences. Pari risqué et pari réussi. Zurribanda a un bel avenir devant soi.

1-In Utero
2-Llego La Ley
3-Love Boat
4-El Rebolcon
5-Conchita
6-Mal Haya
7-Liquidation Totale
8-La Mala Hora
9-Bad People
10-Media Vuelta
11-From Downstairs
12-Upstairs
13-Ink Life
14-No Hay Paso
15-Nacimiento

A découvrir
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Mano Negra (La) et Manu Chao
Mano Negra (La) et Manu Chao
Maximum Kouette (Le) - Moi j'aime ça !
Maximum Kouette (Le) - Moi j'aime ça !