10/10Wonder (Stevie) - Songs in the Key of Life

/ Critique - écrit par Otis, le 27/05/2006
Notre verdict : 10/10 - Les Clefs (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Sorti en 1976, son album fruit de deux longues années de travail, regroupe 2 cds produits par lui-même en collaboration avec la Motown ; et ce n'est pas seulement l'apogée de l'art de Stevland qui réussit à mélanger son Pop et Soul, c'est surtout l'esprit Groove perfectionniste qui s'inscrit dans cette oeuvre engagée où la Soul atteint sa véritable nature, celle de creuser plus loin dans le langage musical et d'étaler la puissance de la foi.

Piano électrique, timbales, guitare wah wah, grosse ligne de basse, saxophones, cuivres chauds, ou sa signature, l'harmonica... tout est fait pour modeler la musique en un son qui se regarde. On passe du Jazz Swing, sorte de Blues intensif et percutant, et cet hommage au "Sir" Duke Ellington, Sir Duke, aux mariages impossibles entre le Rock et le Jazz, Contusion, un instrumental enregistré avec la participation d'un certain Herbie Hancock et digne des plus beaux titres de la Blaxploitation. Hommage aussi à la Soul des premiers temps, au son feutré qui coule dans l'esprit avec des effets Gospel de toute beauté dans Love's In Need Of Love Today.

Il devient surtout difficile de rester insensible à Pastime Paradise, titre copié vingt ans plus tard par un Coolio incapable de reconnaître la musique de Little Stevie dans le Blind Test chez Ardisson. Dans la série copiage, on notera le son de Wild Wild West de Will Smith qui, plus sympa que Coolio peut-être, invitera le maître dans son clip. Je pense bien sûr au tubesque I Wish. Another Star sera plus tard transformé en hymne brésilo-house avec Bob Sinclar et Salomé de Bahia. Sans oublier As, repris récemment par George Michael.

Isn't She Lovely ? est une véritable preuve d'amour où Stevie chante pour sa fille Aisha et le déchaîné Black Man qui ne sous-entend aucun communautarisme de sa part ("This world was made for all men") est à ranger directement juste à côté du Trouble Man de Marvin Gaye ou du Superfly de Curtis Mayfield et à un niveau moindre, du Shaft de Isaac Hayes, le "Duke" d'un certain Escape from New York de John Carpenter mais qui exagère peut-être sur les sons wah-wah...

Ajoutez à cela des love-songs jamais larmoyantes, un son pointilleux comme Joy Inside My Tears qui suinte le Donny Hathaway des Think You Master For My Soul ou d'un Trying Times, avec, dans ce sens, l'immortel Ebony Eyes, piano enflammé et voix rocailleuse, transformée en voix déchirée dans l'exploration des sentiments amoureux, comme en témoigne Summer Soft, voire le Knocks Me Off My Feet à la mélodie savamment langoureuse, tous ces bijoux sont contenus dans cet album qu'il dédicace aussi à Donny.
Mais l'essence de la Soul, dans ce qu'elle a de plus spirituel et de plus épuré, est peut-être contenue dans Have A Talk With God, véritable prière musicale qui nous souffle des lamentations extatiques durant 2 minutes 42.

Stevie vous invite aussi dans son ghetto où les "bébés meurent avant qu'ils naissent" ; il suffit de fermer les yeux et de voir ce Village Ghetto Land aux violons trempés de mélancolie et déversant leur noirceur poignante. Notes qui déversent leur substance militaire avec un Saturn éclatant, et le souci de conquête de l'idéal. Parce qu'ici, tout n'est "qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté", là où un verbe sort de sa cécité pour nous souffler une musique qui colore l'Ame. Un génie de la Soul Music, un des plus grands artistes de l'histoire de la musique chantée, Stevie prouve avec son album le plus abouti qui jamais ne verse dans un engagement naïf, que l'aveugle peut comprendre ce qui l'entoure avec plus d'acuité qu'un simple "voyant". Il ressort de cet intemporel Songs In The Key Of Life quelque chose que les mots ont du mal à exprimer, comme un sixième sens en pleine maîtrise de son art. Magique à jamais.

Stevie Wonder - Songs In The Key Of Life

Disque : 1
1. Love's In Need Of Love Today
2. Have A Talk With God
3. Village Ghetto Land
4. Contusion
5. Sir Duke
6. I Wish
7. Knocks Me Off My Feet
8. Pastime Paradise
9. Summer Soft
10. Ordinary Pain

Disque : 2
1. Isn't She Lovely
2. Joy Inside My Tears
3. Black Man
4. Ngiculela-Es Una Historia I'm Singing
5. If It's Magic
6. As
7. Another Star
8. Saturn (A Something's Extra Bonus)
9. Ebony Eyes (A Something's Extra Bonus)
10. All Day Sacker (A Something's Extra Bonus)
11. Easy Goin' Evening (My Mama's Call) (A Something's Extra Bonus)

A découvrir
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo
Blur - Best of
Blur - Best of