6.5/10Wilson (Lambert) - Loin

/ Critique - écrit par juro, le 25/11/2007
Notre verdict : 6.5/10 - Actor's studio (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

L'album de Lambert Wilson, Loin... d'être ridicule.

Le privilège d’un acteur se lançant dans la chanson, c’est tout de suite de pouvoir s’entourer de noms prestigieux pour rendre son album attractif, une sorte de valeur sûre. Lambert Wilson n’y fait pas défaut en s’entourant de Boris Bergman, Christophe Mali de Tryo ou encore Marc Estève. L’acteur se livre à travers des textes évocateurs sur le monde artistique dans une chanson française dépouillée de quasiment tout effet et dans lequel il fait valoir son grain de voix. Loin fait sans doute référence au temps vu la nostalgie dégagée par l’album, un retour à l’enfance marquée entre autres par le titre Enfants de la balle.

La douceur intrinsèque de Loin est tout à l’honneur de Lambert Wilson qui aurait sans doute pu se cacher derrière beaucoup plus d’effets que le naturel dégagé par l’album. On sent un risque pris en permanence (même s’il reste relatif) sur des chansons qui lui conviennent à juste titre. La guitare sèche guide l’interprète vers des chemins convergeant vers un univers très chanson française lente (Attaches, Nous deux) ou pop (Trois c’est trop). Lui qui a déjà prêté sa voix au monde du classique se retrouve à son aise dans ce genre. Lambert Wilson habite ses chansons avec de multiples variations de rythme rendant son album vivant, parfois inspiré. L’interprète en vient même à monter en puissance (D’avril à mai). Tout le monde sera sans doute d’accord pour lui demander d’abandonner les rythmes les plus lents qui n’en finissent pas pour se concentrer sur ceux plus emballés comme le refrain d’Enfants de la balle ou même dans un autre registre pour se faire plaisir sur la légère invitation au voyage avec Loin ou un jeu de sons avec Trois c’est trop.

 

Mais Loin est avant tout un album de mots où l’acteur ne signe qu’un titre de ses mains. Il est largement compensé par des auteurs dépositaires de quelques réussites de la chanson. Et comme pour un scénario, Wilson s’en inspire pour composer son interprétation touchante, plaisante. L’album passe plutôt bien mais laisse Lambert Wilson encore à la recherche de son identité musicale mal définie. Les ratés ne sont pas légion mais sonnent quand même durement aux oreilles (Image fantôme). L’acteur s’exprime sur son cas personnel à travers des échos comme Enfants de la balle, Trop tard ou encore Comme une envie. Sans apitoiement.

 

Un album d’une star du grand écran qui ne passera pas aussi inaperçu que pour de nombreux autres, c’est déjà un large succès d’estime pour Lambert Wilson. Pour le reste, on demande encore à voir comment l’artiste parviendra à s’en sortir par la suite. Loin d’être ridicule, c’est sans doute ce que l’artiste voulait nous exprimer avec le titre de son album…


Lambert Wilson – Loin
01. Attaches
02. Trois c’est trop
03. D’avril à mai
04. Nous deux
05. Enfants de la balle
06. Retouches
07. Loin
08. Image fantôme
09. Depuis que tu pars
10. L’attente
11. Trop tard
12. Comme une envie

 

A découvrir
Tryo - Mamagubida
Tryo - Mamagubida
Miossec
Miossec
Artsonic - Interview
Artsonic - Interview