8/10Western by Western

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 03/04/2015
Notre verdict : 8/10 - Bien plus de 1000 idées (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Imaginez un Western sans indiens. Sans cowboys non plus d'ailleurs. Ni même de chevaux. Ou de grandes plaines. Seulement un CD. Et tellement plus que ça.

Rangez vos colts, vos indiens et vos stetsons, ce Western n'a rien à voir avec l'Ouest américain, ni même avec son imaginaire, si ce n'est peut-être dans l'incroyable liberté que s'accordent les quatre musiciens qui forment Western. Au départ trio de musicos jazzeux issus du collectif nantais 1name4acrew, le groupe s'est enrichi de la présence de Federico Pellegrini (Little Rabbits), sans doute pour se défaire des oripeaux jazz et prendre un chemin résolument plus écoutable sans toutefois céder à la facilité. Western fourmille donc de mille idées, s'évade sur une multitude de chemins mais nous séduit à chaque titre.

De prime abord, Western Trio semble s'engager, avec Stay, dans une voie résolument pop sombre et mélancolique portée par la voix désenchantée de Pellegrini. Évidemment ce premier morceau est un bijou de noirceur contenue et nous permet d'entrer par la porte la plus accessible dans le monde de Western. À la fois plus planant et plus rampant, insidieux, Money plombe toujours l'ambiance malgré des beats bien sentis qui filent sans aucune transition ouvrir le bien nommé Beat totalement hypnotique et electro. Et que dire du superbe Breathe qui ne dépare pas du tout de l'ensemble en allant faire ses courses chez Sigur Rós, la voix magnifique de Jónsi en moins même s'il faut bien reconnaître que Pellegrini ne se débrouille pas si mal. Dans cet océan de réussite, on peut cependant un peu moins bien adhérer à Feel qui, malgré un mélange de voix assez bien senti, déploie une atmosphère maladive pas franchement très agréable.

Et l'originalité alors ? Elle se cache dans des morceaux comme Silent dans lequel la voix chantante devient parlée légèrement appuyée par la musique. Certes le morceau n'est pas le plus percutant de l'album mais, tout en se décalant légèrement du reste de l'album, il possède une qualité indéniable. Comme un symbole, Western se termine par un Same song qui explose les clivages, qui explore des territoires divers et variés : guitare ronflante associée à un duo de voix magistral, longue plage expérimentale, ouverture lumineuse et aérienne qui ferme l'album et nous laisse avec la seule envie de réécouter ce très bel opus.

Point faible : le pas très joli Feel

Point fort : le très sigurrosien Breathe

La critique en 140 caractères : En 9 coups, Western vous fera mettre le pied à terre.

En écoute : MoneyBeat

Western – Western

01. Stay
02. Music
03. Money
04. Beat
05. Breathe
06. Feel
07. Dive
08. Silent
09. Same song

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites