Weepers Circus + Léoparleur - Concert à la Maroquinerie

/ Compte-rendu de concert - écrit par juro, le 08/02/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Weepers Circus + Léoparleur - Concert à la Maroquinerie

L'antre de la Maroquinerie accueille une soirée festive avec le concert commun de Weepers Circus et Léoparleur. Les groupes alsaciens se connaissent bien, les leaders des deux groupes étant des amis d'enfance. A occasion spéciale, concert spécial. Les deux groupes lancent leurs tournées respectives faisant suite à la
création de leur nouvel album qu'ils étrennent chacun en faisant monter sur scène leurs collègues d'un soir. Mais les duos s'accordent mal et le concert prend les allures d'un gigantesque bric-à-brac allant jusqu'à mettre les dix musiciens sur la scène sur la fin. A faire du festif pour du festif, on s'y perd plus que prévu...

Et c'est parti. Avec les Weepers Circus et leur monstrueuse parade. Toujours aussi à l'aise sur scène dans leurs rôles de joyeux drilles. Le jeu de scène est travaillé, les textes aussi mais il manque un petit quelque chose, la sauce prend moins bien que lors de leur prestation au Café de la Plage au cours de laquelle leur bonhomie avait séduit le public. Ici aussi. Mais moins. Les titres prennent toujours cette ampleur fabuleuse avec ce mélange instrumental faisant intervenir clarinette et violoncelle aux côtés de la guitare électrique, porté par la voix puissante d'Alexandre George. Les titres défilent après un premier titre électrique avec l'exploitation de leur répertoire habituel (le rigolo La fille et le loup, l'intense Sans vous aimer) et les nouveaux titres qui se veulent dans la continuité de ce dernier album. Le show passe bien mais l'arrivée progressive des Léoparleur décroît progressivement la qualité des titres et atteint son paroxysme lorsque Joseph Oster vient allumer le titre de sa guitare à côté du leader des Weepers Circus. L'ensemble se révèle particulièrement inaudible, un gigantesque capharnaüm prend place sur scène et dès lors, Léoparleur prend le dessus...


Et c'est fini. Un peu comme le chanterait Léoparleur mais c'est bel et bien l'impression donnée. Le groupe s'empare de la scène un long moment. Seuls. Au grand dam d'un public qui commençait à s'écrier sur les titres de Weepers Circus. Entre accordéon, trompette, trombone, guitare et batterie, le groupe se dépense sans compter, bouge énormément, au détriment d'une inspiration musicale débordante. Léoparleur essaye de compenser son manque de matière par un spectacle visuel mais cela ne suffit pas, les titres créent peu de débordements, n'emballent pas. Bref, on attend vivement que les Weepers Circus effectuent leur retour, ce qui sera le cas pour quelques derniers titres et les rappels.

Un concert inégal avec deux groupes trop différents pour être complémentaires, mélangeant deux univers musicaux opposés. La mayonnaise ne pouvait pas prendre et le spectacle s'est progressivement dissolu dans l'acide festif du deuxième groupe. Pas une grande soirée mais tout juste honorable pour conseiller de revoir Weepers Circus sur scène.

A découvrir
Java - Hawaï
Java - Hawaï
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Mano Negra (La) et Manu Chao
Mano Negra (La) et Manu Chao