9/10Trembling Blue Stars - The Last Holy Writer

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 27/08/2007
Notre verdict : 9/10 - Holy songwriting (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

The Last Holy Writer, sixième album de Trembling Blue Stars est le meilleur de la formation. Un summum de dream pop mélancolique.

Si la pop mélancolique devait s'adjoindre à un unique groupe, Trembling Blue Stars serait l'élu. Depuis 1996, la formation venant de Londres et Bristol additionne les albums radieux et chavirants. Le leader, Robert Wratten, est connu pour avoir mené la barque de The Field Mice dans les années quatre-vingt et celle de Northern Picture Library dans les années quatre-vingt dix. Après plusieurs changements de membres au sein du groupe depuis plus de 10 ans, le chanteur navigue aujourd'hui en duo avec l'exquise Beth Arzy (membre de Aberdeen jusqu'à sa dissolution en 2005).

Summum de dream pop

Histoires d'amour tristes, souvenirs nostalgiques et paroles imagées. Les textes de Trembling Blue Stars restent dans les mêmes thématiques. La musique, elle, se consolide d'album en album, jusqu'à parvenir à The Last Holy Writer, le sixième et meilleur opus en date. Un summum de dream pop. En 12 titres et 55 minutes, les Anglais agencent les pop songs raffinées, à l'image d'Idyllwild, forte de sa fraîcheur adolescente, de ses paroles poétiques et du timbre liquide de Beth Arzy. Une voix pure qui s'accouple dès Sacred Music avec celle de Robert Wratten, chanteur doté d'un des plus beaux cachets vocal (masculin).

Les guitares, basses, violons, orgues et claviers aériens viennent casser les barrières sentimentales et nous mettre à nu. La splendeur musicale est une évidence. Les changements d'accords et de mélodies sont toujours d'une justesse angélique. Parfois, le sol vibre, poussé par une boite à rythmes ou une batterie bienveillantes et délicates. Le groupe Slowdive n'a pas à s'en faire, Trembling Blue Stars a définitivement pris la relève. This Once Was an Island et November Starlings (ses chœurs tourbillonnants, ses synthés new wave), avec une certitude désarmante, exposent l'auditeur dans un bonheur pop sans limite. De temps à autre, une légère brume se précise (By False Lights, Schnee Gletscher Glas), à peine effacée par un refrain étincelant (Darker, Colder, Slower, The Coldest Sky).

La fin de l'album dessine tout autant de réussite avec des ballades bouleversantes. Beth Arzy et Robert Wratten se succèdent aux commandes (From a Pale Blue Rosary, Say Goodbye to the Sea) avant de se retrouver mignonnement (The Tenth of Always), transperçant avec la même effectivité notre enthousiasme. The Last Holy Writer est un disque de pop romantique et élégiaque. Un disque pour toutes les saisons, avec une tendance à privilégier l'hiver et l'automne.

 

Trembling Blue Stars - The Last Holy Writer
01. By False Lights 
02. Idyllwild 
03. Sacred Music 
04. This Once Was an Island 
05. The Coldest Sky 
06. Schnee Gletscher Glas 
07. November Starlings 
08. Darker, Colder, Slower 
09. From a Pale Blue Rosary 
10. Say Goodbye to the Sea 
11. The Tenth of Always 
12. A Statue to Wilde

A découvrir
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child
Eminem - The Eminem Show
Eminem - The Eminem Show