Thomas Fersen à La Cigale du 26 au 29 avril 2011

/ Compte-rendu de concert - écrit par siduri, le 01/05/2011

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 5 réactions

Thomas Fersen s’est installé à la Cigale du 26 au 30 avril pour promouvoir la sortie de son 8ème album Je suis au Paradis. Nous y étions le 29. L assurait la première partie.

L’artiste L a honnêtement ouvert la soirée en présentant 6 morceaux,
DR.
quasiment tous issus de son premier album dont vous pouvez lire la critique de Krinein ici.

Accompagnée des musiciens Donia Berriri et Julien Lefèvre, elle a su intéresser un public pas forcément acquis à sa cause car venu écouter les histoires de Thomas Fersen, avec des textes graves, agréablement mis en musique et très bien interprétés.

Après avoir remercié son hôte pour l’avoir invitée trois jours de suite, elle a terminé sa prestation avec un superbe Petite, chargé en émotion.


DR.
L’arrivée de Thomas Fersen et de ses musiciens s’est faite sous un orage, la mise en scène du concert, adaptée à la thématique macabre de l’album, rappelant une procession rejoignant un cimetière.

Après une introduction déclamée, évoquant la rencontre d’un pauvre voyageur et d’une aubergiste quelque peu inquiétante, la présentation de l’album commence : Barbe Bleue, Dracula, suivis par La chauve-souris (histoire de revenir sur les fondamentaux). S’ensuivra un concert de 2 bonnes heures, faisant la part belle aux morceaux récents sans oublier quelques classiques (Saint-Jean-du-doigt, Zaza, Pégase, Monsieur…), le tout entrecoupé d’histoires aux allures d’improvisation, telle celle d’un dresseur de lion manchot et fataliste.

Dans une ambiance familiale, le public, ravi et conquis par le cabotinage du sieur, en redemande pour pouvoir chanter tout son soûl, entamant dès les premières notes et sans attendre Fersen, les premiers couplets de Diane de Poitiers.
DR.

Thomas Fersen, égal à lui-même, fait le boulot, soutenu par d’excellents musiciens poly-instrumentistes que nous ne pouvons manquer de citer ici : Véronique Mafart (violon, triangle et flute), Pierre Sangrâ (guitare, basse et mandoline), Christophe Cravero (batterie, batterie/basse et piano, remplacé à la batterie par le roadie sur un morceau) et Alexandre Barcelona (accordéon, clavier), tout ce monde-là assurant également les chœurs

Au final, un concert bien mené, fort sympathique bien que sans grande surprise, avec un public conquis d’avance qui repartira comblé.

A découvrir
Aldebert - Interview
Aldebert - Interview
Offspring (The) - Conspiracy of One
Offspring (The) - Conspiracy of One
Miossec
Miossec