9.5/10Therion - Secret of the Runes

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 03/01/2008
Notre verdict : 9.5/10 - Et Therion découvrir le Secret (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 6 réactions

Secret of the Runes est un album magnifique qui mélange les voix d'opéra sur une musique franchement metal. En un mot comme en cent, cet album touche à la perfection.

Au commencement était Ginnungagap, un gouffre insondable d'une lourdeur toute métallique. De la chaleur du sud et de la glace du nord, naquit le géant Ymer. La lourdeur métallique se transforme en un ensemble de voix claires ponctuée par un synthé et une voix de tenor. L'album Secret of the Runes s'ouvre de façon magistrale avec ce premier morceau, idéal pour représenter la création de ce monde. Cet album est un véritable metal opéra avec un thème propre pour chaque partie du monde primordial mythologique scandinave. Christopher Johnsson n'a jamais caché son admiration pour Wagner et ses opéras d'inspiration mythologique.

Back in black
Back in black
Des choeurs masculins ouvrent le deuxième morceau, Midgard, la terre du milieu, le monde des hommes. Ils sont bientôt rejoints par de sublimes choeurs féminins, créant une véritable féérie sur ce morceau illustrant cette terre qui porte les plus belles feuilles de Yggdrasil, le frêne primordial, l'arbre cosmique de cette mythologie. Ce morceau mid-tempo est pour moi l'un des plus beaux de cet album que j'adore. Ce sont, sans doute, ces puissants mais doux choeurs féminins qui portent le morceau jusqu'aux portes d'un Paradis sonore. Evidemment Therion reste Therion et ne peut s'empêcher de placer un solo de guitare sur la fin du morceau annonçant peut-être par là la fin proche de Midgard.

Mais la musique est maintenant plus martiale, moins angélique. Car on a grimpé sur Bifrost, l'arc-en-ciel conduisant au monde des Ases, une des familles de dieux scandinaves. Nous voici donc à Asgard. C'est ici que se trouve le Walhalla, le Paradis des guerriers qui attendent la fin des temps pour combattre les forces du chaos. Une nouvelle fois se répondent voix masculines et féminines, peut-être une mise en chant des guerriers et des Valkyries se mettant au servide d'Odin pour le Ragnarok ?

Le Ragnarok, la fin des temps, se met petit à petit en place au fil de l'album en visitant les différentes parties du monde mythologique. Les forces du chaos, les géants "jotun", les géants à forme de loup et les "géants du givre" résidant à Jotunheim apparaissent ainsi dans Secret of the Runes. Forces du chaos, mais aussi forces de la nature et ancienne sagesse, la puissance de leur magie transparaît dans la musique et dans ces voix entêtantes. Les géants sont appelés, ils arrivent!

Les grosses guitares reprennent du service, associées à une voix allemande (différents langages sont utilisés dans Secret of the Runes, anglais la majeure partie du temps, mais aussi allemand et suédois). Rien de tel pour symboliser le monde souterrain, celui des nains et des elfes noirs. Le peuple des forgerons mais aussi de la magie alchimique. Ils travaillent avec les dieux pour créer des objets de grand pouvoir, comme l'anneau Draupnir ou Mjolnir le marteau de Thor.

Yggdrasil et les mondes nordiques
Yggdrasil et les mondes nordiques
Du monde des elfes noirs, il faut désormais passer à celui des elfes de lumière, Ljusalfheim. Un monde en apparence brillant et magnifique, qu'on a envie d'atteindre en écoutant ce splendide morceau. Mais tout ce qui brille n'est pas or, et il n'est pas facile de suivre les elfes parfois si trompeurs. Et c'est ce qu'on ressent en écoutant les paroles du morceau aux voix angéliques.
Kaun. Kaun. Kaun. Une voix de glas résonne dans l'éther. Mais bientôt le feu et la flamme surgissent d'un coup et enflamment le morceau, claquant dans l'air comme un gigantesque incendie. Car, de Muspellheim, le monde du feu vont surgir Surt et ses forces de destruction pour la bataille finale.

Et de l'autre côté, c'est le monde des glaces, Nifelheim. L'auditeur sent le froid s'insinuer dans son esprit. Ici Jormundgang le serpent entourant Midgard et Nidhogg le serpent qui ronge les racines de Yggdrasil semblent se mélanger car Nifelheim est un monde désolé, presque le monde des morts. Et c'est là que vivent les terribles géants de givre.

Un vieux violon lance quelques notes dans l'air, souvenir lointain de ce que furent les Vanes. La ritournelle de Vanaheim a quelque chose de passéiste, naïf et calme à la fois, typique de ces divinités agraires. C'est un monde de beauté et de dureté mélangées, où Frey et Freya donnèrent la vie à notre monde.

Des voix majestueuses, sombres, les voix des morts surmontées par une voix claire, presque diabolique. Voici venir Hel la déesse des enfers. Dans son royaume de Helheim, elle commande la mort mais aussi la naissance et la renaissance. Quel dommage que la langue utilisée ne soit pas l'anglais pour comprendre les paroles! Les guitares résonnant en arrière plan sont d'une lourdeur propre à décrire le monde des enfers.

Et la dernière chanson repose sur le Secret des Runes qui donne son nom à cet album, ce secret pour lequel Odin est resté pendu à Yggdrasil pendant 9 nuits et 9 jours. Il ne reste alors plus qu'à l'auditeur d'apprendre à son tour le Secret des Runes. On aurait attendu que le Ragnarok termine l'album mais c'est l'éveil d'Odin au monde magique qui termine l'opéra, euh pardon l'album.

Petite pause avant de découvrir deux chansons bonus qui n'ont rien à voir, thématiquement, avec le reste de l'album. Il s'agit deux chansons de la fin des années 70, Crying Days et Summernight City respectivement de Scorpions et... Abba! Si je ne connais pas les originaux, Summernight City clôt habilement l'album avec un son païen (au sens premier du terme) touchant exactement là où il faut.

Secret of the Runes est un album magnifique qui mélange les voix d'opéra sur une musique franchement metal (symphonique peut-être, mais metal quand même). Si on ajoute à la musique, un concept basé sur la mythologie nordique, un livret très bien réalisé où chaque partie du monde est richement illustrée et rapidement documentée de façon à proposer à l'auditeur un aperçu de cette mythologie réellement intéressante.
En un mot comme en cent, cet album touche à la perfection.

 

Therion - Secret of the Runes
01. Ginnungagap
02. Midgard
03. Asgård
04. Jotunheim
05. Schwarzalbenheim
06. Ljusalfheim
07. Muspelheim
08. Nifelheim
09. Vanaheim
10. Helheim
11. Secret of the Runes

A découvrir
Star Academy - Saison 1 : l'album
Star Academy - Saison 1 : l'album
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Lofofora - Le fond et la forme
Lofofora - Le fond et la forme