8.5/10Têtes Raides Redemption

/ Critique - écrit par siduri, le 14/02/2011
Notre verdict : 8.5/10 - Banco ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Après trois ans d’absence, le 11ème album des Têtes raides s’avère être un très agréable moment, dans une certaine continuité mais sans sombrer dans la redondance.

26 ans après leur début de carrière, Christian Olivier et ses comparses nous ont offert fin janvier leur onzième album. Sorti trois ans après Banco et cinq après Fragile, L’an demain arrive à mêler les identités de ces deux précédents albums de manière plutôt harmonieuse.
DR.

Fragile, sorti fin 2005 faisait la part belle à des sonorités électriques et (un peu) électro, alors que Banco semblait revenir aux origines (faussement) variété du groupe. Ainsi, L’an demain s’ouvre sur un morceau éponyme, qui permet à l’auditeur de se retrouver en terrain connu

Pour autant, la transition entre les deux albums n’était pas forcément évidente. En effet, le changement d’ambiance graphique, avec la tête à Christian en photo sur la pochette de l’album, marque une évolution dans l’iconographie du groupe. Au revoir les illustrations enfantines peintes sur carton, voici venir toute une série de portraits, dont les tirages photos ont été griffés, rayés, raturés, recouvert de feutre ou de peinture, laissant  présager une ambiance très sombre. On retrouve néanmoins la marque des Chats Pelés dans le livret de l’album comme on retrouve l’empreinte évidente des Têtes Raides tout au long des morceaux. Ainsi, Marteau-Piqueur, Fulgurance et Pas à Pas sont fortement marquées par l’identité poétique des Têtes Raides, quand J’m’en fous rappelle que dans les années 80, les Têtes Raides, bah c’était quand même un groupe de punk.

D’autres morceaux se détachent de l’album : Gérard, portrait fersenien d’un sympathique garagiste de banlieue parisienne et Emma, qui marque le retour Têtes Raides Redemption
DR.
de Jeanne Moreau au chant et qui, surtout rappelle, par le jeu sur les mots, certaines chansons de Gainsbourg première époque. À noter pour clore le chapitre des collaborations, la participation de Jacques Martyn Richard, des Tiger Lillies, qui s’invite sur So free et vocalise sur Marteau-Piqueur.

Enfin, un album des Têtes raides n’en serait pas un si leur engagement ne perçait pas. Sans être aussi ouvertement explicite que pouvaient l’être l’Iditenté sur Gratte poil et Expulsez moi sur Banco, Je voudrais, reprenant un message téléphonique laissé sur le répondeur de l’émission de Daniel Mermet là bas si j’y suis par un anonyme, est un rude rappel à l’ordre sur lequel se termine l’album.

Au final, L’an demain est un très bel album, parfaitement équilibré dans sa construction, propre à ravir les amateurs et à séduire les néophytes et qui laisse espérer des concerts généreux… comme d’habitude.

Têtes Raides - L'an demain

01. L'an demain
02. Fulgurance
03. Emma
04. Angata
05. Marteau-Piqueur
06. J'm'en fous
07. Météo
08. Gérard
09. So free
10. Pas à pas
11. Olé
12. Maquis
13. Je voudrais

A découvrir
Nolwenn Leroy - Nolwenn Leroy
Nolwenn Leroy - Nolwenn Leroy
Matmatah - La ouache
Matmatah - La ouache
Cradle of filth
Cradle of filth