7.5/10Tankian (Serj) - Elect the Dead Symphony

/ Critique - écrit par ozsy, le 22/03/2010
Notre verdict : 7.5/10 - Votez la mort (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 2 réactions

Après le succès de son premier album solo Elect the dead, vendu à plus de 20 000 exemplaires en France, découvrez la version Live : ELECT THE DEAD SYMPHONY !! Par le chanteur de System of a down, le groupe aux 16 millions d'albums.

L'homme au visage Zappatiste (Frank) et à la voix mi-slave mi-canard, récidive non pas pour un nouvel album mais pour un essai hors champ comme il a si bien l'habitude de le faire. Ainsi Serj Tankian, chanteur de System of a Down, renouvelle l'expérience soliste. Enfin presque, car le voilà accompagné de l'orchestre d'Auckland (New Zealand) pour réadapter ou plutôt pour créer une nouvelle interprétation de son unique album Elect the dead paru en 2007. Exercice, pourrait-on penser, périlleux et prétentieux au premier abord, pour un homme n'ayant qu'une seule œuvre à son actif. Mais c'est mal connaître l'animal qui a plus d'une corde à son arc, vu ses nombreuses aptitudes de chanteur, multi-instrumentiste et compositeur. Il est dans la nature du Tankian de vouloir naturellement toucher à tout et d'aspirer à sa vision de la perfection. Nous n'avons comme référence en métal, que la réadaptation soi-disant classique (désolé monsieur Bach) des morceaux de Metallica. Le travail de notre talentueux libano-arménien semble plus créatif. Il aspire à un réel désir de réécriture de ses œuvres ; le but de la manœuvre semblant être de compléter le sens de ses textes engagés par le côté grandiose et puissant du classique, afin d'y conserver et d'y amplifier son sens et son message.

051108110139_serj_tankian_main_250
4176783424_5aa7235588_o_250
 

 

 

 

 

Nous ne parlerons ici que des pistes audio, la galette étant accompagnée d'un DVD du spectacle pour les fafanes et d'un behind the scene qui comme à son habitude n'apporte rien de nouveau au schmililliibik. Pas de panique, Serj ne s'est pas transformé en un ténor d'une œuvre wagnérienne, drapé d'une toge teutonique et vociférant son courroux dans la langue de Goethe. Il garde incontestablement son touché SOAD pour la joie des petits et des grands, et son brin d'humour et de folie qui le caractérise, reste lui aussi intacte. Mais c'est définitivement dans ce classique que sa voix prend son ampleur. Les sensations et les sentiments semblent amplifiés. Les couleurs et les odeurs s'entrecroisent. Tout ce méli-mélo donne place à des rêveries où certaines mesures renvoient à de lointains  flashs d'images Terry Gillienne ou Tim Burtonienne, s'évaporant pour laisser place à des visions sépia d'un vieux saloon du début du 19ème siècle. Notre artiste a su  aussi implanté quelques touches à consonances du moyen-orient dans certaines de ses oeuvres. On peut ainsi avoir l'impression de voyager, d'éveiller nos sens ; cette hasardeuse mais talentueuse alchimie permettant aussi d'octroyer à ses textes une signification plus imposante.

20091203_486592298photo_250
20090729_1985926494photo_250

 

 

 

 

 

 

A la question "cet album va-t-il rester à jamais gravé dans la pierre comme référence musicale ?", la réponse est : sûrement pas. Il faut savoir remettre les choses à leurs places : nous sommes loin du religieux, du sacré ou du grandiose qu'une grande oeuvre classique peut procurer. Ce Live est à mon sens une réussite, non pas sur l'orchestration, la technicité ou bien la pertinence, mais plutôt sur toute cette multitudes d'impressions, d'images, de couleurs ou d'odeurs que l'artiste véhicule admirablement et qui apportent un sens plus profond, plus conséquent, aux textes en amplifiant leurs significations. En règle générale, l'immersion dans ces ambiances particulières s'autosuffit même, et pour les personnes qui seraient réfractaires aux tirades engagées du bonhomme, ils pourraient alors aisement profiter de la magie de sa musique pour être amplement satisfaits. Avis donc aux curieux de tous poils, l'Elect the Dead Symphony de l'ami Serj Tankian amusera sûrement vos oreilles... en attendant de vous mettre sous les dents son tant attendu album aux allures, paraît-il, jazz rock.

Serj Tankian - Elect the Dead Symphony

01. Feed Us
02. Blue 
03. Sky Is Over 
04. Lie Lie Lie 
05. Money  
06. Baby 
07. Gate 21
08. The Charade 
09. Honking Antelope  
10. Saving Us  
11. Elect the Dead  
12. Falling Stars
13. Beethoven's Cunt 
14. Empty Walls  

A découvrir
System of a Down - Toxicity
System of a Down - Toxicity
Dillinger Escape Plan (The) - Irony is a Dead Scene
Dillinger Escape Plan (The) - Irony is a Dead Scene
Rhapsody
Rhapsody