7/10Les Suprêmes Dindes - La Poutine

/ Critique - écrit par juro, le 27/05/2006
Notre verdict : 7/10 - Ah, Vladimir... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 5 réactions

Les Suprêmes Dindes, ça ressemble à un groupe qui verserait dans le potache pour faire son potage mais à bien écouter le son produit par les gallinacés est meilleur qu'un remède contre la grippe aviaire. Face à la déferlante de guitares dont elles nous abreuvent, les interprètes au look de secrétaires rock ne craignent personne et vont fièrement - le bec en premier - proposer des prestations festives,
pleines d'entrain, de gaieté et d'un joyeux délire. Lors de leurs concerts québécois, leur prestation live a été enregistrée en format audio et vidéo pour un double album intitulé La poutine. Le disque préféré de la femme du président russe...

S'enlaidir pour rayonner sur scène, telle serait la philosophie des Suprêmes Dindes. Devant l'accueil imposant réservé par le public québécois au groupe, on imagine sans peine l'ambiance dégagée au cours du concert. Introduit brièvement, le groupe envoie les décibels à perte... d'ouïe sur Mississe l'anglaise, Parfois ou J'accuse. Les riffs sont bons même si le niveau technique n'atteint pas toujours des sommets et la communication avec le public proche de la naïveté. Les textes demeurent tout de même le large point faible du groupe car en dépit d'une volonté de donner rire et gloussements, se cache une réelle envie de développer des « histoires ». Malheureusement, le chant a du mal à se faire tout à fait audible entre les cris, les effets et les refrains répétitifs jusqu'au gimmick. On s'amuse, on profite de ce léger divertissement tout à fait honorable et on se laisse aller à reprendre les paroles de Et alors ? ou à hurler toujours plus fort sur Princesse. Bref, l'ambiance y est, on passe un petit moment sympathique... mais comme dit auparavant, le niveau technique atteint ses limites et la reprise de No one knows de Queens of the Stone Age vire au massacre.


Certains titres passent beaucoup mieux sous support vidéo comme J'en ai presque pleuré ou Le camion. Dans l'ensemble, ils atteignent leur plénitude avec l'image et l'interprétation toute en folie de Jacqueline Bonjon et les siens. Véritables monstres lâchés sur une scène qui n'appartient qu'à eux, les Suprêmes Dindes se déchaînent au point d'arriver presque à en faire pâlir les Wampas ou Dionysos par instants. Le DVD est entrecoupé de saynètes de vie ou d'impressions d'avant concert du groupe se livrant à des fantaisies en tout genre à l'hôtel ou en coulisses. En prenant un véritable plaisir à donner et se donner totalement en live, les Suprêmes Dindes offrent un show à visualiser.

La poutine se révèle comme une véritable ode à la fête mais la partie DVD se révèle largement supérieure à l'audio tant par la prestation du groupe à visualiser pour obtenir un enseignement certain sur un des groupes idéals pour passer un excellent concert. A voir et à revoir en live.


CD 1 : CD live

01. Introduction
02. Missise l'anglaise
03. Les femmes divines
04. Hier
05. Parfois
06. J'en ai presque pleuré
07. Princesse
08. Le camion
09. J'accuse
10. N'importe quoi
11. Ah monsieur !
12. No one knows
13. Je t'ai promis
14. Noël
15. Et alors ?
16. Obéiobibiaba
17. Le bonheur
18. Je te préviens

CD 2 : DVD live

01. Missise l'anglaise
02. Ces femmes divines
03. Parfois
04. J'en ai presque pleuré
05. Le crabe
06. Et alors ?
07. Princesse
08. Le camion
09. J'accuse
10. Ah monsieur !
11. Le bonheur

A découvrir
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Tenacious D - Tenacious D
Tenacious D - Tenacious D
Offspring (The) - Conspiracy of One
Offspring (The) - Conspiracy of One