7.5/10Superlitio - Tripping Tropicana

/ Critique - écrit par juro, le 28/07/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Good trip à l'orange sans pulpe (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Qui saurait me citer un groupe de rock colombien ? Superlitio, très bien ! Après avoir réalisé un carton du côté de Bogota, les six jeunes hommes s'attaquent à la scène mondiale en se démarquant du stéréotype collant à la musique sud américaine tout en conservant une base traditionnelle intéressante. Superlitio innove et propose aussi bien des morceaux en anglais qu'en espagnol (et même un peu de français) mais s'inscrit dans la mouvance électro rock du moment. Pas désagréable et assez original, le mélange entre gros son alternatif et sonorités latines, le funk vient aussi se greffer parvenant à créer une atmosphère festive et profondément énergique. La combinaison des voix n'amène que du bonheur.

Pour leur troisième album, quatorze titres suffisent à Superlitio pour démontrer que l'attraction ne réside pas dans le fait de voir un groupe exotique proposer un son de qualité. Le single Que vo' hacer se veut accessible, festif et rassembleur avec une touche traditionnelle plus prononcée entre flûte de pan et maracas mélangées à une base rock et un refrain entêtant. Sympa mais sans plus, Superlitio est capable de beaucoup mieux comme avec des titres tels que Babylon, Mulata ou Perdoname. Aussi différents soient-ils, ces titres marquent par leur puissance, Babylon puise sa force dans le rock avec des gros riff de guitare, une touche électro, une voix pitchée qui lui donne une aura puissante.

Entre le disco funk de Mulata et les notes de piano et le scratch de Mala hierba, les passages hip hop et salsa de Perdoname donnent du relief à Tripping Tropicana avec certains passages jazzy et des petites pointes de chant sur un français peu maîtrisé. Les rythmes latins bousculent les rythmes rock et inversement, Superlitio surprend par cette inspiration qui intègre tradition et nouvelles technologies en collant à la mode électro rock du moment (Lo fi, Camino) mais explorant aussi l'électro funk (Circus). Le meilleur reste pourtant l'inégalable Foxy sur lequel tout amateur ne pourra s'empêcher de beugler à tue-tête le refrain dès les premières lignes de basse, rappelant un peu Killing in the name of de RATM sauce latine. Morceau tonitruant s'il en est, Superlitio fait l'éloge d'un nombre incalculable de ses influences ancrées dans la vague punk rock des années 90. Jouant à fond la carte de la surprise à chaque nouvelle piste, les titres dub succèdent aux morceaux proches d'une musique cubaine inspirée du blues comme sur N.S.S.V (No sé si volvera) avec un texte de toute beauté. Une fin en douceur pour un album qui sent le soufre. Chaque titre se révèle être une découverte plus ou moins originale mais toujours fortement festive et dansante.

Il serait trop facile de classer Superlitio au rang de musique sud américaine alors que le mélange des styles ne les confine dans aucun style particulier. La Colombie possède avec Superlitio un bon groupe et avec Tripping Tropicana un album riche même si quelques titres sont un peu faciles. Le clip de Que vo' hacer consultable sur un lecteur vidéo montre bien l'ambiance festive représentative d'un groupe qui donne tout pour le show. Bref, à écouter de toute urgence rien que pour Foxy ou Babylon.


Superlitio - Tripping Tropicana

01. Babylon
02. Que vo' hacer
03. Lo fi
04. Mulata
05. Circus
06. Perdoname
07. Foxy
08. Mala hierba
09. Chabetiza
10. Hous era
11. N.S.S.V. (Trip)
12. Dub punk
13. Camino
14. N.S.S.V
Bonus vidéo Que vo' hacer

A découvrir
Java - Hawaï
Java - Hawaï
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue
Audioslave - Audioslave
Audioslave - Audioslave