6/10Sunshiners - Sunshiners

/ Critique - écrit par juro, le 03/07/2006
Notre verdict : 6/10 - Let the sun shiniiiiiiiiiiiing (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Archipel perdu dans le Pacifique, Vanuatu nous propose de découvrir sa curiosité musicale sortie tout droit de derrière les cocotiers et du soleil. Mais quel style de musique réalise-t-on là-bas ? On assimile tout simplement Bob Marley et consorts pour trouver un petit air de reggae et de Jamaïque, le tout sur des standards d'origine pop anglaise pour un résultat étonnant même si pas toujours convaincant. Et lorsqu'un groupe venant du soleil adopte aussi un style venant du soleil, ça donne des histoires de soleil ! Et c'est presque naturellement qu'ils se nomment Sunshiners...

La question se pose toujours : quel utilité d'un album de reprises, surtout sur des titres aussi connus que ceux de David Bowie, Supertramp ou les Fine Young Cannibals ? Excepté le fait de découvrir un groupe aux couleurs tropicales, Sunshiners possède quatre voix. Quatre voix avec chacune leur particularité et tonalité autour d'une production léchée pour une version totalement différente des originaux avec un saxophone ressortant clairement de la rythmique. L'interprétation reggae de ces titres pop donne un petit air frais léger et inconséquent pour cet été. Alors sans bouder son plaisir, remettre une couche de She drives me crazy version reggae, ce n'est que du plaisir.

S'ouvrant sur Take the long way home de Supertramp, la touche reggae fait profiter de toute l'ampleur du titre avec des choeurs féminins. Robert Smith interprété version reggae sur In between days par Sunshiners prend des allures inimaginables lorsque le titre original repasse. Le Modern love de Bowie et son solo de saxophone et Baby Jane de Rod Stewart mettent en valeur une production léchée. A titre personnel, si Everybody wants to rule the world de Tears For Fears est détruit, c'est surtout She drives me crazy des Fine Young Cannibals qui marque par son intensité. Au rayon des autres artistes repris, on trouve : Robert Palmer, Depeche Mode, The Korgis, Talk Talk, The Human League et Crowded House. Sunshiners est entouré de choeurs donnant une constance à cet album éponyme. Les artistes vanuatans ne possèdent pas la fougue des jamaïquains et les titres tombent parfois dans un trop sucré avec des effets naïfs.

Sunshiners bénéficie de qualités qui ne demande plus qu'à être exploité sur leur premier vrai album après cet opus divertissant, ne servant qu'à montrer le phénomène en marche. On attend mieux mais on l'attend avec impatience ce nouveau rayon de soleil...


Sunshiners - Sunshiners

01. Take the long way home
02. Between days
03. Modern love
04. Baby Jane
05. Shake the disease
06. Everybody wants to rule the world
07. Every kinda people
08. She drives me crazy
09. Everybody's got to learn sometime
10. Such a shame
11. Don't you want me
12. Don't dream it's over

A découvrir
Dream Theater
Dream Theater
Pearl Jam - L'intégrale
Pearl Jam - L'intégrale
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo