4.5/10Stereotypical Working Class - Sans repères

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 27/04/2006
Notre verdict : 4.5/10 - Stéréotypé néo (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

La scène néo metal française ne manque assurément pas de groupes pour la faire vivre. Même si la qualité n'est pas toujours au rendez-vous, quelques uns arrivent tout de même à se détacher du lot et faire l'unanimité sur leurs capacités. Stereotypical Working Class faisait partie de ce clan là après Illusions, un premier album frais et puissant qui laissait entrevoir le meilleur. Malheureusement, comme le montre le temps employé dans la dernière phrase, ce n'est plus vrai qu'à l'imparfait. Sans repères, leur deuxième opus, vient de les remettre au beau milieu des groupes de néo sans saveur.

Les six lyonnais avaient tout de même mis de bonnes chances de leur côté en bénéficiant de Stéphane Kraemer (Watcha, Pleymo ou Enhancer) à la production. De même, les musiciens sont loin d'être manchots et Martin possède une des meilleures voix du metal français. Alors oui, le son est bon, les musiciens maîtrisent et le groupe sait être aussi puissant que mélodique mais au final, la mayonnaise ne prend absolument pas ! On a l'impression d'entendre n'importe quel banal groupe de néo tant leur musique n'a aucune personnalité et s'enfonce dans la mélodie bon marché.

Même les meilleurs titres semblent tout droit tirés d'autres groupes et ne parviennent pas à tenir la longueur. Bustabraï et Karma font ainsi très Lostprophets par le chant et leur sympathique intro mais s'enfoncent en leur milieu dans des errements musicaux qui n'apportent que l'ennui. Dommage, le potentiel est pourtant là, ce que l'on retrouve dans des titres comme Si j'en sors pour le sens mélodique ou les énergiques Lucide et That's all right. Voilà pour les morceaux qui peuvent rester en tête, ce qui en fait assez peu sur les 13 que comporte l'album. Le reste a dû mal à se démarquer et les morceaux sont trop orientés metal mielleux qui cherche le chant et la mélodie à tout prix. Ce n'est pas les quelques breaks bourrins souvent mal adaptés qui changeront la donne. L'album manque simplement de vie et d'émotion. Jamais la voix de Martin ne réussit à nous toucher, que les textes soient en français ou en anglais.

On attendait beaucoup des Stereotypical Working Class et on est forcément déçu par ce Sans repères estampillé « néo metal 100 % calibré pour faire néo ». La pochette veut tout dire, c'est très joli et bien mis en valeur mais c'est un énorme cliché du genre. On dirait du Lostprophets croisé avec du Eths. Et le pire, c'est qu'ils viennent de se faire prendre une grosse baffe par Unswabbed qui joue le même genre de musique et qui est autrement meilleur sur tous les niveaux, même pour le chant.


Stereotypical Working Class - Sans repères
1. Bustabraï
2. Selfish
3. Sans repères
4. Nothing at all
5. Silence
6. Insecure
7. Karma
8. Interlude 1
9. Si j'en sors
10. Sorrow
11. Lucide
12. That's all right
13. Interlude 2
14. Here we go again
15. No end for a circle

A découvrir
Ambryo - Interview
Ambryo - Interview
Pleymo - Episode 2 : Medecine Cake
Pleymo - Episode 2 : Medecine Cake
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003