7/10Starsailor - Silence Is Easy

/ Critique - écrit par Danorah, le 26/10/2005
Notre verdict : 7/10 - La tête dans les étoiles... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

L'ère des boys bands est révolue, c'est un fait. Place aux groupes de pop-rock composés de jeunes blondinets propres sur eux à la Keane, Travis, Thirteen Senses, Interpol ou encore The Strokes (et la liste est loin d'être exhaustive). Starsailor est l'un d'entre eux. Après s'être illustré grâce à un premier album au succès critique non négligeable, le groupe revient avec Silence Is Easy, album de onze titres (seulement...) accompagné d'un disque de remixes. Emphatique, enjôleur, gracile... en un mot : séduisant.

La pochette est à l'image de l'album : limpide et travaillée. Pour ce qui est de la musique, c'est un plaisir que d'entendre des arrangements aussi recherchés, un piano élégant et très timbré, et des guitares qui ne soient pas noyées sous les cordes. Le tout est équilibré, et agrémenté de la voix particulière de James Walsh, à la diction grandiloquente, presque théâtrale, portant parfois jusqu'à la limite de l'agacement, mais époustouflante de maîtrise. Les mélodies sont accrocheuses, langoureuses mais tellement aguicheuses qu'on leur pardonnerait bien pire bévue. En fait, la seule réelle lacune de Silence Is Easy est le manque d'originalité et d'audace.

L'album commence très fort avec Music Was Saved, courte et terriblement percutante. Plus rock que la plupart des autres titres, elle constitue une excellente entrée en matière. Il s'agit en fait de l'unique titre résolument rock de l'album, un rock mordant mais élégant, presque agressif et pourtant très policé. Un raffinement que l'on retrouve d'ailleurs sur des titres plus langoureux, tels que Some Of Us, la Ballade avec un grand B, chant languissant, piano plus présent que jamais, guitare acoustique discrète mais indispensable, refrain à tomber. Telling Them et White Dove s'inscrivent dans la même veine, malgré des refrains un peu moins accrocheurs car trop indolents. Entre ces deux extrêmes, le groupe navigue sur des courants pop-rock misant sur des cordes « volumineuses », un piano insistant et de guitares pour enrober le tout : en ressort un effet d'emphase plaisant, parfois légèrement excessif, mais qu'importe... On ne peut qu'éprouver du plaisir à écouter Silence Is Easy et ses arrangements un peu kitsch, Born Again et ses six minutes qui mettent en valeur la voix de Walsh grâce à des instruments légèrement en retrait sur les couplets, ou encore le hit de l'album, Four To The Floor, véritable modèle de chanson pop, notamment grâce à son refrain dévastateur bardé de violons. Fidelity et Shark Food s'extirpent du lot en proposant des instrumentations un peu plus innovantes. Au sein de tout ce déballage de sentiments et cette armée d'instruments à cordes (pas moins de 16 violons, 6 altos et 5 violoncelles) la sobriété de Fidelity séduit, mais le titre ne parvient pas à se développer sur la durée... (2 minutes 22, c'est trop court !) Quant à Shark Food, titre hypnotique s'il en est, il gravera dans votre mémoire ses deux thèmes chantés qui ne varient que par l'instrumentation qui les accompagne. Probablement le titre le plus intéressant de tout l'album. En revanche, Bring My Love tombe dans l'excès que les autres titres ne font que frôler : vulgaire, presque pédant, ce titre rompt l'équilibre que le groupe avait su trouver sur le reste de l'album.

Un mot sur le disque de remixes : celui-ci ne présente que très peu d'intérêt, puisqu'il propose des remixes fades, peu inventifs et inintéressants. On ne retiendra en fait que les difficultés de lecture rencontrées avec un lecteur CD informatique, qui ne font que rendre l'écoute plus désagréable et ennuyeuse. On se contentera donc du premier disque, qui bien qu'un peu court, constitue le véritable et unique intérêt de ce double album.

Atypique, Starsailor se démarque par la grandiloquence de sa musique et par la voix bien particulière de son chanteur. Malheureusement, les quatre Anglais ne font pas preuve de suffisamment d'audace dans leurs compositions, et se contentent d'appliquer - avec brio, j'en conviens - des recettes bien peu innovantes. Un peu « précieux » et suranné, Silence Is Easy n'en reste pas moins un album pop-rock intéressant, et Starsailor un groupe avec lequel il va véritablement falloir compter.


Starsailor - Silence Is Easy
01. Music Was Saved
02. Fidelity
03. Some Of Us
04. Silence Is Easy
05. Telling Them
06. Shark Food
07. Bring My Love
08. White Dove
09. Four To The Floor
10. Born Again
11. Restless Heart

A découvrir
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures
Maze - Some Noise
Maze - Some Noise