Starsailor - Concert à l'Elysée Montmartre le 3 avril 2006

/ Compte-rendu de concert - écrit par Loic, le 10/04/2006

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Lundi 3 avril, milieu de l'après midi, coup de téléphone.

« Allo Loïc, tu fais quoi ce soir ? »
« Rien, pourquoi ? »
« Très bien, tu vas au concert de Starsailor à l'Elysée Montmartre, prend ton appareil photo, trouve quelqu'un pour t'accompagner, et prépare-toi, le concert commence à 19H30 »
« Heu..., ok »

Et voilà comment je me suis retrouvé à l'Elysée Montmartre pour le concert d'un groupe que je connaissais à peine. En effet, à part Alcoholic, in the Crossfire, et le mega tube Four to the Floor, je ne connais pas Starsailor. Pire, même si Alcoholic m'a laissé un bon souvenir, le remix entêtant (et surtout écoeurant) de Four to the Floor ne m'a pas donné envie de découvrir plus profondément ce groupe, et a même eu tendance à m'en éloigner.

Nous voici donc arrivés dans la salle, un peu en retard, vers 20h. Exsonvaldes, le groupe de première partie, a déjà bien commencé son set et nous n'assisterons qu'à leurs dernières chansons, pas l'idéal pour se faire une idée précise de leur musique. Suivant les chansons, on pense soit à du Coldplay (avec le piano), soit à du Radiohead (voix geignarde), mais comme l'a dit le chanteur du groupe, je vous invite à aller découvrir par vous même leur musique sur leur site internet.


Après le traditionnel temps mort, c'est au tour de Starsailor de monter sur scène, sous les cris du public, dont les premiers rangs sont majoritairement composés d'Anglais. Sur le moment, j'ai l'impression qu'Ashton Kuchter vient d'arriver sur scène, mais non, c'est James, le chanteur et la figure charismatique du groupe. Les autres membres semblent bien en retrait par rapport à lui. C'est simple, c'est lui qui assure tout le spectacle, qui bouge et communique avec le public. Et ça marche plutôt bien, il a l'air d'être heureux sur scène, ne « se la pète pas », semble très accessible, répond aux injonctions du public et raconte de nombreuses anecdotes : comment ils ont écrit telle chanson dans un coin sombre, étroit et malodorant (oui, le trou du cul, mais je ne voulais pas être vulgaire...) du Pays de Galles, ou encore comment Four to the Floor n'a pas dépassé le milieu des charts anglais alors qu'il a été numéro un en France...


Pour ce qui est du côté musical, le groupe assure, peut-être même un peu trop. La qualité sonore est très bonne, comme souvent à l'Elysée Montmartre, et le groupe joue impeccablement. Ajoutons à cela les samples (y compris vocaux), et on a parfois l'impression d'écouter une bande. Sans souhaiter un son cradingue, un chanteur qui chante faux et des musiciens manchots, un peu plus d'originalité et de prise de risque aurait été les bienvenues.

En étant rentré dans la salle sans connaître le groupe, on ne ressort pas en ayant une envie irrésistible d'acheter les albums du groupe. Néanmoins, on ressort content de sa soirée, en ayant passé un bon moment devant un groupe sympathique jouant une musique non moins sympathique.


Je tiens à remercier Emeric, Filipe, ainsi que Noémy qui nous a offert les places.

A découvrir
Mushroomhead - XX
Mushroomhead - XX
Coldplay - Parachutes
Coldplay - Parachutes
Ellis-Bextor (Sophie) - Read my Lips
Ellis-Bextor (Sophie) - Read my Lips