2/10Star Academy - Saison 1 : l'album

/ Critique - écrit par Nicolas (), le 07/01/2002
Notre verdict : 2/10 - Tares Academy, l'album (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Il y a quelques mois, la variété française prenait un gros coup dans les dents avec le "tube" Up And Down de nos amis les lofteurs. La télé-réalité et son amour de la musique nous revient, cette fois-ci orchestrée par TF1, avec l'album de la Star Academy, plein de reprises chantées par nos nouveaux amis les... euh... académiciens.. ?

Chaque samedi, les joyeux élèves de la Star Academy se retrouvent dans un prime-time, d'abord pour virer un cancre, mais aussi pour chanter avec des stars de la chanson française. Et parfois pour pousser la chansonnette tout seul. Alors on a eu droit à des reprises des plus diversifiées, comme La musique de Nicoletta (reprise par l'intégrale des élèves), Gimme ! Gimme ! Gimme !de Abba (Repris par Jennifer, Jessica et Carine), ou encore Le chanteur de Daniel Balavoine (Repris par Mario). Objectivement, la majorité savent chanter, si on excepte la tête à claques Jean-Pascal, et le deux de tension Patrice. Mais voilà, la seule bonne idée qui fut trouvée pour dépoussiérer ces tubes qui, admettons-le, ne sont plus tout jeunes, c'est de les remixer pour faire plus moderne. Là, c'est la catastrophe. C'est moche, ça dénature entièrement les paroles, et mise à part la musique, ça ne présente aucun intérêt. Quand on pense que ça fait des mois qu'ils nous saoulent avec leur académie, si c'est pour pondre un mauvais album même pas écoutable, autant qu'ils y restent 2 ans dans ce truc, peut-être qu'à la fin ils auront compris la différence entre musique et soupe de notes.

Donc, l'album de la Star Academy, c'est quatorze mauvaises reprises, remixées à l'arrache de façon à ruiner la musique en question. A jeter, à brûler, à piétiner, à dissoudre, ou tout simplement à ne pas acheter.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites