L'Skadrille - Interview

/ Interview - écrit par juro, le 01/02/2006

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Interview de L'Skadrille

Pour la sortie de leur premier album Nos vies, le groupe de rap L'Skadrille a répondu a nos questions.

Bonjour L'Skadrille, pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?
16ar : 13or et 16ar alias la massue et la lame, L'Skadrille depuis 10 ans.

Et vous venez d'où ?
16ar : Moi pour ma part j'ai commencé à Meudon et maintenant Paname, j'oscille entre le 92 et le 75...
13or : St Cyr, cité marron, Yvelines.

Vous êtes dans le rap depuis 1996, pourquoi avez-vous pris autant de temps avant de sortir un premier album ?
13or : On a commencé par C2la balle avec Ziko, on a sorti un maxi chez eux et un morceau : Le rêve. On était sur différents labels mais ça a pas abouti, avec 1ère classe on a fait un maxi et un 9 titres Dangereux 2001 mais on avait des attentes, nos voeux n'étaient pas exaucés parce que les gars avaient d'autres priorités. On a voulu voler de nos propres ailes, on a fait la tournée avec Sinik et Tandem : L'Indépendance Tour, de là on a eu un deal en licence chez Warner et on a pu sortir notre premier album Nos Vies.

Donc maintenant, vous êtes indépendants ?
13or : Oui, on a notre propre structure L'Skadrille Bizness, on a sorti Extazik tout seul, on a attendu après personne.

En fait vous aviez quelques barrières par rapport a vos derniers labels...
13or : On avait des attentes différentes d'eux.
16ar : On avait l'impression que si on restait là-bas on ne ferait que des premières parties.

Selon vous qu'est-ce qui vous a fait connaître du public ?
13or : Au niveau du public spécialisé, je pense que c'est depuis Le rêve.

A la base l'album était prévu pour le 12 Décembre, pourquoi avoir retardé sa sortie ?
13or : Fallait faire un maximum de promo, fallait faire des clips, on a fait les clips de Bons moments et Ils veulent... qui sont maintenant disponibles sur notre site. C'était pour installer le truc bien, bien préparer notre Planète Rap et notre passage sur Générations.


Pourquoi avez vous choisi d'appeler votre album
Nos vies ?
13or
 : On voulait que ce disque nous ressemble un maximum, dans la vie il y a des moments où t'es cool, où t'es énervé, des moments où tu veux danser, des moments de confessions avec les mamans, c'est du archi vécu !

Avec cet album, comment allez-vous envisager la suite ?
13or : On espère qu'il va marcher et on va continuer dans ce sens pour en sortir un autre dans un an. On veut continuer comme ça pendant qu'on est jeune.

Vous pensez quoi des styles de rap, par exemple de groupes comme Hocus Pocus, ou le Club des Loosers ?
13or : Il en faut , maintenant c'est une question de feeling, s'ils existent c'est qu'ils ont une passion par rapport a la musique et qu'il y a un public qui apprécie leur style. On crachera jamais sur ce style, c'est bien qu'il y ait cette diversité.

Dans la musique, quelles ont été vos influences ?
13or : Beaucoup de rap US, un peu moins de rap français, les 1ers Mobb Deep, Xzibit, tous les sons a l'ancienne, les premiers Nas, les Wu-Tang... les gros classiques !

Pour en revenir à Nos vies, on vous entend souvent dans vos chansons citer vos pays d'origine Sénégal et Mali, quel rapport vous conservez avec ces pays ?
13or : J'ai demandé un paquet de Cds pour l'envoyer au Sénégal. On est très proches de nos racines. Dans notre album justement on a fait un morceau qui dure assez longtemps, on a voulu en parler. On a aussi fait un stade plein là-bas et un palais des congrès et ça nous a donné beaucoup d'émotions...

Selon vous qu'est-ce qui fait la caractéristique de chacun de vous ?
13or : On se complète.
16ar : Ouais, c'est la lame et la massue...
13or : Je ne me vois pas rapper avec quelqu'un d'autre. Ca va au delà de la musique, on a plein de choses en commun, les caractères sont presque identiques.

Vous pensez quoi du rôle que peut jouer le rap lors d'événements comme ceux qui se sont produits récemment en France et dans les banlieues ?
16ar : Ca fait longtemps que le rap joue un rôle dans des événements comme ça, il devrait jouer son rôle positif, c'est un problème de société...
13or : Au lieu d'apporter des solutions, les politiques ne se remettent pas en question.
16ar : Faut faire gaffe, aux States avec les émeutes de Watts il y a eu des morts...

Est ce que le rap vous permet de subvenir a vos besoins ?
13or : Non, contrairement à ce que certains pensent on n'est pas des millionnaires, loin de là. On n'en vit pas encore, j'ai bossé a la MJC de St Cyr, je faisais de l'animation avec les petits. Le rap c'est super dur, il n'y en a pas dix qui vivent du rap en France
16ar : Ceux qui vivent du rap c'est ceux que t'entend partout.

Vous avez fait une tournée, l'indépendance tour avec Sinik et Tandem, vous envisagez le la refaire plus tard ?
13or : Pour l'instant, on se concentre sur notre tournée mais pourquoi ne pas refaire le truc si les dates de chacun collent, on en garde un super souvenir donc il n'y a pas de soucis.

Merci à L'Skadrille, Alexandra Gaillard de System Buzz et à Nicolas et Vincent.

A découvrir
Pleymo - Keçkispasse ?
Pleymo - Keçkispasse ?
Merzhin - Pleine Lune
Merzhin - Pleine Lune
Stupeflip - Stupeflip
Stupeflip - Stupeflip